De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Mardi, mi juin 2022, mercredi et jeudi

La « droite » extrême suggère, là où il y a duel entre —je ne sais plus quel est le nouveau nom du parti de Maqueron—et ça coûte combien, de changer des noms, comme ça ? et qui c’est qui paie ? —et la Nupes des Dupes , de voter Mechan-Lon contre Maqueron… disant qu’il y a peu de chances quand même pour que Mechan-Lon, enfin, la Nupes, ait une majorité à l’assemblée, mais que ça pourrait vraiment enquiquiner ce petit truc-chose de Maqueron, cynique sans états d’âme… cette idée est séduisante, mais il faut que je me pince pour me rappeler que de toutes façons, n’étant pas à Paris, je ne vais pas voter, ce que je regrette, sincèrement; j’ai pensé à laisser une procuration, mais c’était vraiment compliqué à faire. S’il y des progrès à réaliser, pour augmenter le nombre de votants, c ‘est aussi là. Cela dit, le message est très clair, actuellement , de la part du pouvoir : vous pouvez voter, mais on se torche de votre vote de toutes façons.   🙂

La dictature, c’est « Ferme ta gueule » , la démocratie, la notre, c’est « Cause toujours » .

Il fait très beau et chaud, comme partout en France. une  « Canicule » est annoncée partout  , on dirait que c’est le non-évènement sur lequel  les gouvernants, les gens qui sont au commande du pays , s’appuient pour débiter à longueur de journée des recommandations et des professions de foi pour nous montrer à quel point on a soin de nous, on est chouchoutés.. On a Nurse Borgne, pardon, Borne, avec sa voix de maitresse sévère mais juste , qui nous informe des précautions que le pouvoir va prendre pour nous garder de la terrible canicule. (à chaque fois un nouveau truc arrive quand ils sont à cours de munition—là, c’est la canicule, pour ne surtout pas causer du Stade de France et des mensonges éhontés qu’ILS nous ont servis, le gouvernement (Maqueron est à la commande) fait une annonce comme quoi il va y avoir tant de sous de débloqués pour des « îlots de fraicheur » dans les villes… on s’en fout, mec ! on s’en fout, il y a des choses plus importantes que de dépenser encore à tort et à travers l’argent qu’on nous ponctionne si allègrement tandis que les services publics se cassent la gueule, On se demande à quel moment ces pauvres nocs vont s’occuper réellement de ce dont il faut s’occuper… tout marche, plus ou moins, mais c’est uniquement par l’effet de ce qui a existé pendant tant de siècles, d ‘années, avant. C’est à cause des constructions du passé. En réalité ILS ne maitrisent rien et se contentent de mesurettes qui n’ont, souvent aucun intérêt… et ils ne se préoccupent pas du délitement de choses qu’on aurait au contraire intérêt à maintenir. Canicule toi-même ! on s’en fout, de la canicule, ça va durer 3 jours, c ‘est pas le bout du monde, on s’accommodera … 🙂 après la canicule, il y aura un épisode de froid, on parie ? par contre on aimerait ne pas voir, en doublure des protestations de « on fait tout ce qu’on peut, on a la situation en main « , que les mesures à la con qui sont prises chaque été, par exemple à Paris (et là c’est la ville et sa mère stupide qui sont en cause) , de fermer la majorité des piscine, et de faire fonctionner les autres à des horaires stupides, (comme la fermeture à 15h30…) en laissant 3 ou 4 bassins (en délégation, même pas les bassins en gestion directe) ouverts jusqu’à 19h, et un ou deux jusqu’à 21h, de sorte que les pauvres cons que nous sommes ne peuvent que barboter dans une eau dégoutante, en plus des queues monstrueuses à l’accueil…je ne sais plus ce que je disais..;oui, on aimerait que ces mesures à la con soient retoquées, mais on peut toujours attendre ..;des mesurettes, oui, de la poudre aux yeux, et les vrais trucs, basiques, importants, mais jamais ! jamais ! même pas évoqués ! des trucs comme ce que je dis de la fermeture de piscines à Paris l’été(pendant que la noc de Mère ouvre les quais bas , c’est à dire pendant la canicule tu regardes l’eau, mais c’est tout… )  existent absolument dans tous les domaines…c’est du même tonneau que la façon dont ils ont traité cette histoire de covid, comme des nuls, des abrutis, je n’ai pas de mots …et le pire, ce sont tous les moutons, derrière, tous ces imbéciles qui ne distinguent pas leur nez au milieu de leur face, qui ont trouvé que tout ça c’était bien et que Maqueron nous avait sauvés… nuls, et trop payés pour leur manque de compétence (ils sont compétents à 49% je dis, non, ce n’est pas assez) , et encore on n’est pas les plus mal lotis, dans le monde, quand on voit le reste … quand on voit les gouvernants, les malades et les cinglés, ça va du complètement cinglé, bon pour l’asile , à l’incompétent plus ou moins bonasse … c’est quoi, ce monde, cette terre, mais qui a créé ça , c’est tellement barge ! la seule chose dont on doive s’occuper, me dit mon Cheval, c’est de se mettre à l’abri pépère dans un coin tranquille, si possible dans le nord de l’Europe, et en plus c’est là qu’il fera le moins chaud … 🙂 

Je hurle, je hurle, mais personnellement, je ne vais pas si mal, dans ce monde de fous ! je fais ce que je peux, et j’ai adopté la devise de l’ancien Daniel Day-lewis (avant son mariage avec la fille d ‘Arthur Miller) « Pour survivre, je dois être seul », disait-il… 🙂 hélas , il s’est vite converti, après quelques années où il a failli perdre la raison, tout en étant le meilleur acteur du monde , et est parti vivre en Irlande, a fondé une famille … encore un de perdu … 🙂 du coup, il est devenu moins séduisant, moins beau  … 🙂 

Aujourd’hui, j’ai nagé dans la piscine de 50m, avec une grosse paresse au début, juste envie de regarder les autres, donc je ne faisais rien, que des battements en matant tout le monde (il y avait 2 ou 3 triathlètes, car un gros triathlon se prépare ce week end… ) et ensuite, je me suis réveillée et ai fait un gros kilomètre sans m’arrêter … 🙂 j’ai discuté avec le nouveau directeur, qui est un ancien sportif de haut niveau (il faisait 19kms par jour dans sa jeunesse, en équipe de France, et il connait mon copain ex champion de France de dos ), et je lui ai dit que j’aimerais bien le voir nager un jour…(un des MNS m’a dit qu’il nage vraiment très bien) il faut venir soit à l’ouverture, soit à la fermeture, m’a t il dit , on verra … 🙂 il m’a donné des news de la piscine de Dinard : ils sont en train de la casser, pour en reconstruire une autre. Et il y a un bassin, à Dinard, au bord de la mer, en béton, et assez profond, et qui se remplit avec la marée, c’est une piscine d’eau de mer, donc, gratuite bien sur, et il parait qu’elle a été construite par les allemands, pendant la guerre … je me suis dit que peut être un jour je déménagerais à Dinard, (ou à saint Malo), pourquoi pas … 🙂 mais ce n’est pas encore à l’ordre du jour…c’est juste en cas de nuisances avérées ici, par exemple un aéroport qui ferait ch… 

La suite plus tard , avec un vrai poème pour M. Poutine, je n’abandonne pas, M. Poutine ! je me demande, dans 500ans, (si la terre existe encore) comment seront les régimes sous lesquels les gens vivront, et quel genre de progrès auront été faits, dans la moralité générale, je veux dire … 🙂 il y aura forcément du progrès, prétend mon cheval, mais le Pou de Droite, lui , est pessimiste, il voit l’avenir avec es couleurs sombres, et la pointe évoluée de l’humanité obligée de se casser et de commencer le voyage vers les étoiles … c’est idiot, je dis, il vaut mieux rester là, tout viendra à point à qui saura attendre ..;pas la peine d’aller chercher les extra terrestres, ils débarqueront surement un jour(ils sont d’ailleurs surement déjà, là, hihi…le truc, c’est qu’on ne les voit pas … ) 🙂 —non, je ne suis pas en train de perdre la boule et de raconter n’importe quoi, je n’y crois pas une minute, mais j’aimerais tellement, tellement … 🙂 

Je me demande comment on peut survivre à tout cela, cette guerre surtout, pas très loin;

Kafka avait un père, dont la figure se dissimule dans ses écrits, (je n’ai pas encore lu la  fameuse « Lettre au Père » …ça me rappelle un épisode que j’ai déjà raconté ici, je crois : il y a longtemps, je faisais partie (mais toujours un peu à coté, jamais acceptée vraiment, et très timide, ) d’une sorte de groupe informel d’extrême gauche (ça m’a dégoutée pour un moment… 🙂 ), des jeunes gens, des universitaires qui discouraient plus facilement que moi, réunis autour d’un intellectuel français connu qui, franchement, était quelqu’un de bien, haut  niveau moral , et qui est mort maintenant. Une fois, nous étions tous conviés à une pièce de théâtre, la lecture de la « Lettre au Père » de Kafka , dans un joli petit théâtre, où  le décor était soigné, avec une table rouge, une chaise, des lumières dorées, et un acteur qui lisait ça… tout le monde était censé écouter dans un religieux silence (sans doute ignoraient ils que Kafka, qui adorait faire des lectures , se fendait la pêche en le faisant, avec ses amis (j’ai lu, tout ça, je n’y étais pas … 🙂  ) … et donc, voilà l’acteur qui commence à dire le texte de Kafka, en le lisant à moitié, et j’ai trouvé ça extrêmement pénible, j’avais envie d’être ailleurs, on était coincés les uns contre les autres  , et il faisait trop chaud, et je me suis dit qu’un jour je lirais directement la Lettre au Père, et en plein milieu, je suis sortie (« excusez-moi, excusez moi » ) en essayant de me faire toute petite… Il y avait un garçon, dans cet aréopage, qui était un des  familiers du groupe, et qui se prenait pour le type le plus beau du monde, un brun avec un visage régulier, et effectivement, il était plutôt beau, très beau, même, sauf que je le trouvais absolument pas séduisant du tout, une rai con, même s’il parlait fleuri, etc… et ce jeune homme, par la suite, s’est élevé contre moi, en me fustigeant d’être sortie, comment, en plein milieu de la « Lettre au Père », il n’avait pas de mots assez durs … ma parole, il essayait d’obtenir à ce qu’on me vire du groupe… 🙂 ça rappelait tous ces cons de gauchistes qui sont plus sectaires que les plus sectaire des copains de Castro ou de Staline au moment des prises de pouvoir : la Mort, voilà ce que je méritais ! 🙂 , en réalité, je prenais une sorte de malin plaisir (quand j’y pensais, juste par malice,  mais il ne m’intéressait pas du tout), à ne pas montrer, comme toutes les filles qui faisaient partie de ce groupe, et qui se pâmaient devant lui, le moindre intérêt pour ce qu’il racontait, qui était souvent très oiseux, faut dire … un beau garçon, qui aimait bien qu’on remarque qu’il était beau garçon, mais oiseux et sans vrai charme (pour moi en tous cas) , qui s’écoutait pas mal parler … 🙂 qui sait ce qu’il est devenu…  🙂  et ça rappelle tous ces mecs qui, voyant qu’on ne s’intéresse pas à eux, se vengent, et je trouve ça minable, mais c’est la quintessence même du truc minable !  si quelqu’un ne s’intéresse pas à moi, j’estime qu’il a le droit, et je ne vais pas ourdir des trucs minables , des coups fourrés cachés, genre…  et voilà ma relation à la « Lettre au Père » , mais je vais lire ça dès que je rencontre le livre, ce qui ne saurait tarder… donc  Kafka avait un père, qui fut important dans sa vie, mais Milena aussi avait un père, qui la fit enfermer dans une maison de santé …il faudrait écrire un livre sur les pères qui ont ce fantasme d’enfermer leurs filles … 🙂  …Milena fait la traduction d’un texte « Détresse  » , traduction sur laquelle Kafka trouve qu’il y a 2 ou 3 petites incompréhensions »  . Il raconte qu’un lecteur de la Tribuna lui aurait fait des compliments, disant qu’il avait dû se documenter beaucoup dans un asile de fous . « Seulement dans le mien », lui répond Franz Kafka … 😉  et après quoi, le même lecteur essaie encore de le complimenter sur « son propre asile de fous « … 🙂 c’est ça qui est bien, avec Kafka, c’est qu’il suit le truc jusqu’au bout … n’importe qui s’arrêterait , racontant ça ou l’écrivant, à la première constatation,  mais pas lui, et c’est le mouvement même des choses. Et il fait ça tout le temps. « Quand je dois quitter ma chambre pour un instant « , écrit il encore ce jour-là,  » je dévale les escaliers et les remonte à toute vitesse pour pouvoir être à nouveau là et trouver le télégramme sur la table , moi aussi je serai à Gmünd samedi  » … je me demande si j’ai fait des trucs comme ça, moi aussi, et la réponse est oui…  🙂 

J’apprends en lisant ces lettres que non seulement il y a des frontières à passer, pour faire 300kms, mais aussi que pour certains des endroits qui sont évoqués dans ces lettres (peut être pour tous), il faut des visas ! et une « autorisation d’export », dans certains bureaux de postes, pour envoyer des livres ! quand on voit ça, on pense « Vive l’Europe » … (mais seulement pour ça)

Ils continuent; quand il y en a un qui serait disposé à une rencontre, l’autre recule et fait un pas de travers. Finalement, les lettres leur suffisent, faut croire ça … 🙂 ils s’envoient l’un à l’autre, en plus, les lettres qu’ils reçoivent d’autres personnes, quand ce sont des lettres qui comptent (pas de photocopieurs à cette époque, ni de fax…) 🙂  et ensuite ils se les renvoient,  au premier destinataire. Ils s’envoient des livres et des documents, se les prêtent, se les retournent, et je me demande si ce n’était pas mieux, finalement, que maintenant où tout est si abondant, qu’il est déprécié (voir ce qu’il advient des livres en ce moment, bien que le livre fasse de la résistance—au fait, il parait que la pâte à papier devient plus rare, d’où le prix du papier toilettes, peut être les livres ensuite… j’ai connu un petit bout de cette époque où pour faire une copie, on utilisait un carbone, et avant ça… mais je n’ai connu que l’époque du carbone, mes parents utilisaient ça… la photocopie fut une révolution… je ne sais même plus en quelle année elle a pris sa place, et maintenant, les scans… les mails… quelles seront les prochaines  étapes ? (quelque chose qui ira directement d’un esprit à un autre esprit ? comme cela la mémoire de l’humanité ne se perdra jamais, du moins à partir de notre époque, on deviendra , (l’espèce humaine) tellement savants … est ce que les pulsions du mal  se garderont de même ? toute la méchanceté accumulée par quelqu’un, par exemple, pourra t il la transmettre, comme par une greffe d’esprit à esprit ? (mon Cheval intervient et hennit que le Mal et la Méchanceté ont des facilités , et sont bien plus amusants, plus attractifs au début du moins, avant l’apocalypse, hihi, que  les choses qui font du bien, qui génèrent de la beauté,  l’amour, l’art, la générosité, l’aménité, le don de soi sans arrière pensée , la santé aussi,  et tout ça… 🙂 

« cette nuit, j’ai assassiné quelqu’un à cause de toi, un rêve sauvage, une mauvaise, mauvaise nuit  » , dit kafka à Milena … 🙂 il rêve parfois des trucs comme ça, avec des actions violentes de sa part… j’ai lu quelque part que les écrits de Kafka étaient scrutés par de psychanalystes, lus maintenant à cette aune, et il semble évident qu’il n’a pas su se libérer , et sans même avoir conscience sans doute que sa revanche serait d’être cet écrivain majeur … il était, de son vivant, connu des milieux littéraires de Prague, mais il ne savait pas qu’il serait lu un jour dans le monde entier, et qu’on en écrirait des tonnes sur lui … 🙂 (piètre consolation, s’il l’eut su, je pense que ça n’aurait pas calmé sa peur). C’est d’ailleurs très marrant de lire ce que les commentateurs disent de l’oeuvre des écrivains, la plupart du temps, on ne voit pas les choses de la même manière, quand on a lu les mêmes trucs, même s’il y a toujours un fond plus ou moins reconnaissable.Pour en revenir à ce rêve de Kafka, je ne peux pas m’empêcher de constater que moi j’ai rêvé souvent qu’on voulait me tuer (on me poursuivait avec un couteau, quelqu’un, tapi dans l’ombre, me voulait du mal ) 🙂 mais jamais que je tuais quelqu’un, jamais de jamais !  🙂  a t il rêvé , lui, qu’on voulait le tuer ? même une seule fois ? pas lu ça encore … 🙂  … dans chaque lettre, presque, il évoque un prochain voyageant quelques heures passées avec Milena  » Trop peu pour parler, assez pour se taire, se regarder dans les yeux , se tenir la main, » … 🙂  bof … c’est pas mal, quand même, même si c’est étrange…une volonté de ne pas casser le rêve, sans doute … 🙂  peut être n’étaient ils pas assez forts , tous les deux, pour survivre à une éventuelle vie commune ?  🙂 sauf que je fais une incursion au bout du livre (là j’en suis aux 2/3 à peu près j’ en ai laissé tomber la lecture pour quelques jours, ayant du boulot sur lequel je devais me concentrer ), et je constate que , dans les dernières pages, de nouveau, comme au début, Kafka l’appelle « Madame Milena » et lui dit « vous »—  mais que s’est il donc passé ?  🙂    je vous dirai, je vous dirai … 

M. Poutine, qui n’en a pas encore assez … à entendre les commentateurs, M. Poutine n’a pratiquement pas d’opposition dans son pays, et tout le monde décrit le peuple russe comme de parfaits idiots, qui croient tout ce qu’on leur fait avaler, et, dans un monde mondialisé comme le notre, avec des facilités pour accéder à l’information, refusent de voir quoi que ce soit d’autre que ce qu’on leur fait avaler … si c’est vraiment comme ça, c’est désespérant … encore que nous, ici, même un peu mieux lotis, nous ne soyons pas non plus au bout de nos peines … par exemple : je n’arrive pas à comprendre comment quelqu’un comme la Von der Layen puisse faire la pluie et le beau temps, en Europe, et régner sur tous ces trucs qu’on voit apparaitre tous les jours : c’est qui, la Von Der layen, elle est élue par qui ? qui l’a plantée là, dans le décor ? et qu’est e que nos députés européens, (dont on n’entend quasiment jamais parler une fois élus au parlement) ? des sortes de fantoches, on dirait … ça ne va pas, ça ! ça ne va pas du tout ! c’est la totalité du pouvoir européen, qui devrait être élue… pas seulement 3 pelés et un tondu sans potentialités…non, ça ne va pas… (le correcteur d’orthographe —peut être est ce lui qui dirige l’Europe— écrit « non, ça Neva pas  » … hihi…

Poème pour M. Poutine : M. Poutine, SVP, négociez, maintenant, et cessez le feu ! 

Un poème d’Antonin Artaud, écrit à 26 ans:

FÊTE  RÉGENCE

Hommes, ô larves du réel

—Et ce soir la cour, la cour danse—

Les cieux tournent dans chaque perle

Et la fête emporte le ciel.

 

O étincelants trépassés

Qu’agitez-vous, jambes et bras

Vous êtes morts, vous n’êtes plus là.

Vous appartenez au passé.

 

Et pourtant les jets d’eau chantonnent 

Avec le même enivrement 

Et les couples sur les étangs 

Font les gestes que l’on comprend.

 

O sentiment des choses visibles

Plénières sensualités 

Le clair de lune projette

Fouille les pierres insensibles.

 

Et les robes sont des pinceaux 

Plongés dans un email en flammes 

Dont la pointe traverse l’âme 

solide et dense de la nuit. 

 

Le clair de lune perce le vent.

Comme des souffles sur des pierres

Les mots traversent la matière

Inconstante des sentiments.

 

Il fait bon fixer son esprit

Dans la sensible sensible lumière

D’une vieille fête princière

Dont les feux sont hors de l’esprit.

 

La même bouffissure immense

Qui vous empêche de penser

Change en danse votre démence

Hommes, ô larves du créé.

 

25 septembre 1922 

Suite plus tard 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation