De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Aujourd’hui, un jour comme les autres ?

Je ne m’habitue pas à ce défilé des jours : le lundi ressemble au lundi d’avant, le mardi au mardi, etc… tout se fond dans un souvenir qui s’appelle « la vie » , la « vie » qui défile, et toujours la même sensation que je suis en train de rêver… comment ai-je pu en arriver là ? je suppose que si les ennuis les plus graves viennent à arriver, c a d les vrais ennuis de santé, dont on entend parler pour les autres et dont on ne peut imaginer que ce soit pour soi (le « ça arrive toujours aux autres » ), ben…les choses seraient différentes …  🙁  je verrais tout ça autrement… autant regarder en avant, avec la fuite des jours qui, eux, vont en arrière…c’est tuant, ce truc…  🙂 mais ne pas y penser…voilà, ne pas y penser … 

L’affaire Poutine : sur les vidéos et photos, on sent quand même que M. Poutine accuse le coup, il commence à avoir une tête qui enfle vraiment, loin de son visage du début… comment dort-il ? peut être assez mal… les images des morts (jetés dans la boue, on ne voit que de chaussures, des bouts de pantalon, des bras isolés, de ces pauvres gens ) lui soulèvent elles le coeur ? 

J’en ai juste marre de ces trucs là…je suis tombée hier sur la page Wikipédia d’un massacre pas si loin de nous, au 20ème siècle, il y en a des lignes et des lignes, bien documenté, et c’est l’horreur totale… je n’ai pas tout lu…

Voici un poème pour Vladimir Poutine :

———————————————–

« Aujourd’hui, le jour est un peu béjaune

Je ne le comprends pas–

Et parmi ancres et brumes

Les portes maritimes me regardent

 

Silencieux sur les eaux déteintes

Le passage des bateaux de guerre

Et plus noirs encore sous la glace 

Les étroits plumiers des canaux.

 

( Ossip Mandelstam , Voroneje, 9 – 28 décembre 1936)

 

Et un poème pour moi :

—————————-

Je sens l’hiver 

Comme un présent tardif.

Il me plait qu’au début

Son élan soit douteux. 

 

Il est beau de l’effroi 

Des hauts faits à leur source:

Devant ce cercle déboisé 

Le corbeau même perd courage.

 

Plus puissant que tout est le bleu

Des convexités précaires :

Glace, arcade temporale

Des fleuves insomnieux.

 

(20-30 décembre 1936, Voronèje , O. Mandelstam)

 

J’ai regardé hier la carte du fleuve Dniepr sur internet, qui passe à travers la Russie, la Biélorussie, et l’Ukraine pour se jeter dans la Mer noire, c’est le 3ème fleuve le plus long d’Europe. Il y a plusieurs bras du coté de Kiev, qui enserrent des bouts de terre, et le fleuve est soit très large, soit plus resserré, et je me suis dit que ça devait former un site géographique intéressant, avec de l’eau, des rives, des lagunes, des îles. Partout où c’est comme ça, c’est beau. 

Ensuite, je note que, comme chaque année au printemps, il y a des travaux qui commencent partout, en tous cas à paris où les gens sont trop de fric à dépenser, faut croire, et ça, par contre, c ‘est un supplice…qui me met en rage à chaque fois… Pourquoi les ouvriers tapent ils le plus fort de grand  matin, pour ensuite s’arrêter  en début d’après midi ? quand tu es bien rétamée … faites les travaux l’après midi, m… 

Donc, complètement abrutie, (je songeais même à ne pas bouger de chez moi), je me mets en route pour la piscine, parce que , malgré tout, ça va me remettre les idées en place d’y aller … et je vais me mettre au pieu à 23h ce soir, ai-je pensé, tandis que mon Cheval approuvait de la crinière … Paris, la ville qui survivra, quoi que l’on fasse … il y a des milliers de trucs à photographier, des choses étranges sur le macadam, comme cette sorte de …était-ce une pomme rongée par un rat ? drôle de bobine… du rouge, du vert des traces de dents…où alors qu’est ce que c’est …?  et toujours ces touristes de retour… de nouveau de retour… un couple de touristes béotiens a failli se faire scalper par un cycliste fou, brûlant le feu devant l’Hôtel de Ville (vaste dépotoir où Mme H s’égosillonne devant un parterre de lilliputiens empâtés, de lilliputiens AVEC pâtés, je veux dire—les gens avalent du pâté en regardant l’Hôtel de Ville…   ) , les gens ont fait un pas en arrière en hurlant , et puis, de nouveau sourire, c’est rien, on est à Paris… complètement idiots …j’ai quand même interviewé un couple de quarantenaires du Texas, (avec ascendants canadiens) et ce qu’ils pensent des trottinettes, c’est qu’ il y a tout pareil dans les grandes villes des States, mais que le résultat sur le terrain est complètement différent, pourquoi ? parce que dès qu’un type fait quelque chose de pas légal, il y a toujours quelqu’un pour lui filer une amende, et du coup tout le monde se tient tranquille, aucun piéton n’est coupé en deux par une trottinette, aux States… on va aller vivre là-bas, si je trouve assez de courage… 🙂 

Dans la piscine, les petits oisillons de 5 et 6 ans, qui apprennent à nager, vivent les enfants, vivent les petits enfants, tous mignons quand ils essaient de comprendre ce que veut la Grande Maitre Nageuse . J’ai vu un copain, un bon nageur qui était dans mon club il y a un moment. Ensuite il s’est mis plus ou moins au triathlon, et, se cassant la figure un jour (hors compétition) qu’il était sur son vélo, il s’est cassé le col du fémur en tombant, et pourtant il n’avait qu’une petite cinquantaine d’années, peut être même pas encore 50, et pendant 5 ans il avait la hanche complètement de traviole. Il marchait avec une canne, c’était dur pour lui, et il avait du mal à nager, lui qui était tellement rapide, (surtout en dos). je le voyais de temps en temps à Berlioux, il avait abandonné le club, il ne pouvait plus faire ces entrainements , assez durs, et qui se terminaient à 22h… donc je le voyais à Berlioux, parce que malgré tout il ne pouvait pas se passer de nager… et là, je le vois plein d’ardeur, et il me dit que tout va bien, il récupère de mieux en mieux, il n’a quasiment plus mal, parce qu’il s’est fait opérer de la hanche, j’ai cru comprendre que c’était maintenant une hanche en titane ou en je en sais quoi, et il a encore un tout petit peu mal, mais presque plus, il peut marcher sans canne, et nager, et la vie est belle pour lui… il m’a expliqué qu’il avait été suivi à la Pitié Salpétrière, et ce sont ces médecins qui lui ont conseillé d’aller à l’Hôpital Henri Mondor : et là, on lui a d’abord fait une thérapie génique, consistant en des injections de cellules-souches (je pelais de froid, debout dans le petit bain sans nager, à l’écouter, alors je n’ai pas tous les détails, mais ça m’intéressait au plus haut point, je pense que la thérapie génique est l’avenir pour plein de trucs…  ) 🙂 je lui ai dit « mais je croyais que la thérapie génique, pour ce genre de problèmes, c’était seulement au stade expérimental—c’est vrai, j’avais entendu parler de ça pour une arthrose du genou qui avait complètement régressé sous thérapie génique, mais c’était juste une expérience — et il m’a dit que oui, même son médecin croyait que c’était expérimental, et que personne ne mettait vraiment  ça en pratique ici à Paris, mais bon, à Mondor ils lui ont proposé ça, et il parait que sur le protocole , il était indiqué que c’était réservé aux gens de moins de 50 ans, et lui avait un peu plus, mais ils lui ont dit qu’ils allaient essayer quand même, parce qu’il était par ailleurs en bonne forme, sportif et tout, etc… donc ils ont essayé ça, et il parait que ça avait pas mal marché avec lui, ça l’avait stabilisé, etc… mais finalement il s’est fait opérer …la prochaine fois que je le vois, je lui demande pourquoi il ne s’en est pas tenu à la thérapie génique … (je crois qu’il a évoqué le fait que le confinement s’est produit à ce moment là, donc ça devenait compliqué…sinon peut être qu’il y serait encore…)  🙂 il dit qu’il a été super bien soigné, tout fonctionnait très bien, malgré ce qu’on raconte actuellement des hôpitaux,  et qu’il y a un bon service d’orthopédie dans cet hosto, qui est à Créteil… 🙂  comme je l’ai dit, je gelais sur place (et lui aussi), donc d’autres détails une autre fois … ça m’intéresse beaucoup, tous ces trucs-là, parce que immanquablement on s ‘achemine , à mesure que les lundi, mardi, mercredi, etc…passent  pour ne jamais revenir, vers des trucs comme ça… le plus tard possible, évidemment, mais bon… chaque fois que je marche dans Paris, je me suis aperçue, j’ai une peur d’être percutée par les foutues trottinettes, ça devient une sorte d’angoisse diffuse permanente,(je pense à mes jambes)  au point que je marche maintenant systématiquement, si je peux, dans les endroits que ces engins ne peuvent emprunter, par exemple, très près des grilles sur les trottoirs, des  plantations autour des arbres, ou alors dans les rues avec de gros pavés (comme derrière la mairie du 4), où les c… à trottinettes ne s’aventurent pas … en tous cas jamais au milieu du trottoir, maintenant c’est suicidaire … je crains pour mes abattis, je crains vraiment … 🙂 pas envie de me retrouver dans une situation à devoir choisir entre invalidité et opération… horrible dilemme…  🙂 

That’s all , Folks !  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation