De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Samedi, fin janvier, dimanche, fin fin janvier …

J’arrive devant un pont : la radio me dit qu’il est telle heure, très bien, je traverse simplement au feu, à peine de l’autre coté des clous, la radio me dit telle heure et 3 minutes … j’ai dépensé 3 minutes de mon temps rien que pour faire ces quelques mètres, je n’arrive pas à le croire… 

A la piscine, beaucoup de monde, pourquoi, mystère ? hier il n’y avait personne. Un type qui nage avec 2 anneaux d’or aux oreilles, la tête dans l’eau, mais malgré ça, je reconnais un copain maitre nageur dans une piscine parisienne.  C’est un gros filou madré (avec plein de défauts, une franche canaille) , qui est père de 2 enfants exceptionnels, une fille, un garçon,  des prix de beauté métis (lui même est moitié brésilien moitié autre origine, je ne sais pas laquelle) , qui gagnent plein de sous comme mannequins.  🙂  on s’embrasse quand même, mais vraiment sur le coté (j’embrasse son épaule, et lui mon dos, quelque chose comme ça)  🙂  . De temps en temps, il nage à Berlioux, ça le change de sa petite piscine.On échange 3 nouvelles de gens qu’on connait, et après, quand on se croise, il me pince la jambe … 🙂   

J’ai de bonnes sensations, malgré le monde , et tout le monde tourne , les uns derrière les autres, il faut aller assez vite quand même. de temps en temps un bourron arrive, qui se veut plus rapide que tout le monde, qui dépasse, qui dépasse, et qui s’affale au bout, en manque d’air… moi je me rends compte que j’ai une technique qui s’améliore de plus en plus, c’est à dire que je fais le maximum avec un minimum d’efforts…souvent, je me rends compte que, dans mon couloir, je suis l’une des seules personnes à continuer à nager alors que les autres sont soit affalés, soit partis, soit ont changé de couloir… 🙂 sauf bien sur quand il y a vraiment de bons nageurs, alors là, je n’existe pas tellement … 🙂 

Hier je suis allée à la piscine de mon quartier, j’avais des R.V. , et de temps en temps, j’y vais… elle est moins glamour que Berlioux (il y a longtemps c’était une piscine haut de gamme, un fleuron), et les vestiaires sont assez riquiqui : les cabines ont été construites au moment où les architectes des piscines avaient pour consigne de faire des bancs dans les cabine les plus étroits possible, parce qu’il fallait dissuader les gens de s’asseoir avec leurs fesses nues…c’était considéré comme dégueulasse … tes fesses nues au contact du « banc » sur lequel tu es censé poser tes affaires… je n’ai jamais vu personne s’asseoir sur ces bancs, les gens s’y assiéraient,  qu’ils seraient obligés de poser leurs affaires par terre… et la cabine elle même est si exiguë, qu’on peut à peine se retourner. C’est pourquoi, à Jean Taris, les gens se déshabillent de préférence dans les vestiaires (qui sont disposés en quartiers, si on a de la chance, on est seul dans son vestiaire).

Berlioux est luxueuse, par rapport  à ces pistoches de quartier. Aujourd’hui, en sortant, je veux prendre l’ascenseur qui est devant le cinéma : la cabine arrive et 3 blacks rigolards dedans, ce sont très certainement ceux qu’on appelle maintenant « des mineurs isolés » , qui squattent volontiers dans le jardin des Halles …il y a un mec aussi qui attend l’ascenseur et qui me dit , quand j’arrive, qu’il va chercher le vigile . Ce mec est un gars que je vois depuis des années dans les piscines, et il était à Berlioux quelques minutes avant, on est sortis à peu près en même temps, lui un peu avant moi. Les 3 zigues dans l’ascenseur ne décollent pas, ils bloquent l’ascenseur, et ils me disent « vous voulez monter madame, allez y » etc … mais je reste en bas. Ils ferment l’ascenseur, mais ne décollent pas (je me demande comment ils arrivent à faire ça, peut être en jouant sur les boutons fermeture et ouverture des portes…je fais semblant de regarder ailleurs … 🙂 finalement l’ascenseur se barre, moi je reste en bas, et arrive un paralytique genre myopathe, sur une chaise roulante qu’il actionne avec des boutons (il peut tourner sur lui même, c’est très maniable on dirait) , qui veut monter, qui appuie sur le bouton d’appel, mais ça ne marche pas… le bouton d ‘appel s’allume, puis s’éteint tout de suite, et on voit que c’est bloqué au 0, jardin des halles donc. J’explique qu’il y a 3 mecs qui font ch le monde dans l’ascenseur, etc… 🙂 le paralytique ne me croit pas, il appuie comme un malade sur le bouton, mais rien ne se passe…l’ascenseur indique toujours « 0 », dont que c’est bloqué niveau jardin, et on discute, ce monsieur et moi, j’ai du mal à le comprendre, les mots sortent en bouillie, même si quelques uns surnagent … 🙂 finalement, le premier gars (qui est d’origine africaine lui aussi) arrive avec le vigile black  à qui on explique la situation … 🙂 l’ascenseur n’arrive pas, mais finalement, au bout de quelques minutes, le voilà : dedans ils sont maintenant 2 « mineurs isolés », en train de se rouler un joint: le vigile leur dit de se tirer, ils refusent, protestent d’un truc incompréhensible, moi même je leur dis de rouler leur joint de préférence dans le jardin des Halles parce qu’il y a là un monsieur sur une chaise roulante qui aimerait bien monter (sa chaise roulante est assez volumineuse… personne d’autre ne peut tenir avec dans cet ascenseur) . Finalement, le vigile, autoritairement (les vigiles, dans le Forum, sont habillés comme les cops américains, même casquette—assez seyante— 🙂   ) rentre dans l’ascenseur avec les mineurs isolés, et tout le monde s’envole vers le jardin des Halles;  je reste en bas, avec le monsieur qui sort comme moi de Berlioux et l’autre monsieur en fauteuil roulant .  On attend, on attend, et le gars en fauteuil roulant dit qu’il préfère aller prendre l’ascenseur ailleurs, au cas où les jeunes l’attendraient à la sortie, et moi je dis que le vigile a du courage d’y aller seul comme ça, désarmé, mais le nageur de Berlioux me dit que non, le vigile est armé , mais que ça ne se voit pas tout de suite … 🙂 . L’ascenseur finit par arriver, le vigile est dedans, tout seul, qui dit qu’il a réglé la situation, et qui s’en va. Donc on monte dans cet ascenseur, le gars de Berlioux et moi, et dans l’ascenseur, ce monsieur me dit qu’il faut se défendre, au cas où les mecs seraient en haut à l’attendre (tout le monde est parano), et le voilà qui me sort un cutter de taille moyenne, avec la lame de plusieurs cms bien devant, et qui me l’agite sous le nez en me disant qu’il est armé, et qu’on va voir  … 🙂 je lui dis, rangez donc ça, malheureux, si les gars sont en haut, ça va pas leur plaire … 🙂 . La montée ne dure même pas une minute, et nous voilà dehors, les mineurs isolés sont alignés sur le banc le plus proche, je me demande à quoi ils passent leurs journées, et s’ils ont déjà lu un livre, un seul…  🙂 je ne sais pas ce qu’ils foutent, et le gars, qui a rangé son cutter, les apostrophe en leur disant que c’est pas bien de faire ch le monde comme ça… je pense que ce pauvre monsieur , qui est black, doit en avoir marre de voir des blacks mal considérés comme ça, qui font de la petite délinquance … le pauvre doit avoir un complexe de ses origines(rien e tel pour m’émouvoir)  … peut être que lui même est confronté au « racisme » , etc…j’imagine toute une histoire (en fait, je le vois depuis des années, mais je ne lui parle pas…c’est un dragueur compulsif…je ne le trouvais pas sympathique du tout jusqu’ici, mais je devine qu’il doit avoir une sorte de complexe, donc à partir de maintenant je vais lui dire bonjour).  Je sors du jardin des Halles, et je me rends compte que ce monsieur est derrière moi, et on fait comme ça un bout de chemin, moi devant, lui derrière, et comme je n’en ai pas vraiment quelque chose à faire (je fais comme si de rien n’était), arrivée à la Seine, du coté de la belle Samaritaine (toujours des voitures de luxe garées devant, je regarde les plaques tout en élaborant en 1 seconde un plan pour rencontrer les propriétaires, mais ça ne se fera pas, parce que le feu est au rouge et que je traverse vers le Pont Neuf, le cher Pont Neuf, ça me requinque toujours de mettre un pied dessus…)  … 🙂  ), et là, il a disparu… 🙂 (le mec à cutter)  . Combien de personnes se baladent-elles avec des couteaux ou des cutters ouverts, dans leurs sacs, dans leurs poches ? ce genre de cutter de base, tout à fait commun (la taille intermédiaire), je dois en avoir plusieurs chez moi, je me sers beaucoup de ces objets… c’est très très dangereux, parce que ça coupe en un rien de temps…chaque fois que je fais un truc avec, si c’est un peu délicat, je me coupe … mais comme je cicatrise en un rien de temps, ça va … 🙂  je ne comprends pas trop pour quelle raison un black dans la force de l’âge, assez grand et assez baraqué, craint des trucs au point de se balader avec un cutter dans son sac ( ce gars-là a toujours un sac  genre pochette d’homme , en bandoulière, il y met aussi ses affaires de piscine ) …ça pourrait se comprendre pour une faible femme, comme moi, mais un mec … 🙂 personnellement, j’ai un couteau pliant à plusieurs lames, tourne-vis, tire-bouchon, etc…j’ai déjà raconté une histoire de couteau de ce genre ici sur ce blog—mais il est fermé, et pour l’ouvrir, c’est tellement compliqué que je mets plusieurs minutes, en me servant d’une toute petite paire de ciseaux pour faire levier sur la première lame … non, la petite femme que je suis est totalement démunie devant une éventuelle violence physique, qui viendrait de l’extérieur, même si elle a plus d’un tour dans son sac… 🙂   

la suite demain…  🙂

Demain, c’est dimanche : la crétine ma voisine de palier continue à faire suer, je me demande quel est son problème… étudiante, 22 ans à tout casser, très grande, assez jolie et maquillée, bien sapée,  bien sous tous rapports, bon milieu catholique (je l’ai googlelisée ), bonne famille friquée, parents irréprochables, frère à l’étranger, location de studio à 1350 eu/mois mais si tu creuse oh juste un petit peu, elle est noc comme pas possible… au début elle te souhaite des « Belle Année » comme ils disent maintenant pour « Bonne Année », avec un air nunuche, mais très vite le vernis craquèle… 🙂 fait des trucs incroyables , pour me faire suer, je ne vous raconte pas quoi … en fait c’est son propriétaire avec qui je suis en bisbille pour un truc que je ne raconte pas ici… aujourd’hui, j’ai eu un appel de la mère du propriétaire , qui voulait essayer de se mettre bien avec moi , sucre et miel au début, mais qui a rapidement pris un ton aigre , et j’ai été très bien, parce que, malgré le coup qu’ils m’ont fait, c’est quand même moi, selon toutes probabilités, qui vais emporter le morceau in fine. je leur ai dressé un tableau très simple de ce qui risquait d’arriver, tout en essayant d’être aussi aimable que possible et sans les brusquer … J’ai quelques atouts dans ma main. (la locataire les soutient en faisant ce qu’elle peut pour essayer de me contrarier, hihi … bon allez, je dis en quoi consiste son enfantillage de ces jours ci : elle a laissé une vieille socquette sur le palier, qui est là depuis 2 jours. personne ne peut rater la socquette,  et au début je pensais qu’elle l’avait fait tomber par exemple d’un paquet de linge, et qu’ensuite elle allait la récupérer,  mais force est  maintenant de comprendre que non, elle le fait exprès en croyant que ça va m’enquiquiner… hihi … la pauvre…  🙂 J’y pensais , à ça et au coup de téléphone de la mère, et je pense que ces gens sont incroyables … leur point de vue est le seul qu’ils daignent considérer…en principe, ils ont de l’empathie pour les gens, sauf quand ça touche un tout petit peu à leur confort 100%…  le propriétaire (qui est à l’étranger, mais avec qui il est possible quand même de discuter par mail sans s’écharper, toujours poliment) est encore le plus sympathique, même s’il a un peu une tête de mule. Il a fait une erreur, bon, ça peut se réparer facilement, mais non, il préfère s’entêter… mais tout n’est pas perdu … je pensais donc à tout ça, et aussi à d’autres choses personnelles qui se rajoutent à cette écume des jours, en sortant de chez moi, et en allant à la piscine, et le tout, comme ça, s’arrimant une chose à l’autre, faisait apparaitre un tableau absurde et complètement de bric et de broc, et voilà que la situation m’a semblé  tellement absurde , vaudevillesque même (et en plus ma meilleure amie qui m’envoie avant hier un mail étrange par dessus…) , surtout avec mon Cheval qui en faisait des tonnes dans l’étonnement , que je me suis mise à ricaner toute seule  en arrivant sur la place Maubert, et même j’en pleurais presque de rire… comme ça m’arrive de temps en temps … mon Cheval trouvait que je prenais tout ça très bien , que depuis quelques temps je fais des progrès énormes sur tous les sujets qui rendent la vie difficile , et que le comique des situations m’apparait dans toute sa clarté, et qu’il fallait continuer comme ça, c’est la bonne voie, celle de l’abstraction du réel enquiquinant. Mais quand même, le maitre mot de tout ça, c’est « sidération »… la façon dont les gens se comportent, la vraie façon, je veux dire, pas les rapports urbains ou superficiels, est proprement sidérante. 

Quelqu’un m’a envoyé un mail d’une contrée lointaine , d’une ville où il neige parait-il : j’adore comme ça recevoir des news de pays lointains … par exemple, des amis m’ont écrit pour Noël depuis le New Jersey, une petite ville tranquille à 25 kms environ de New York : ils font une lettre circulaire qu’ils envoient à toutes leurs connaissances, dans laquelle ils racontent ce qui leur est arrivé la dernière année : la grand mère est morte du cancer, untel s’est marié, et ils ont eu leur premier enfant, une petite fille … ensuite ils joignent une carte postale, avec du brillant et de la neige, personnalisée pour chacun de leurs amis… du coup j’ai envoyé moi aussi de mes nouvelles, avec une superbe carte de Paris avec du brillant partout aussi (trouvée chez Gibert) et j’adore littéralement recevoir ce genre de courrier, j’imagine toujours que je vais me transporter là bas (je vais loger dans la maison à coté de chez eux, j’ai regardé leur rue sur Google Earth) , où que ce soit, et j’imagine que eux aussi doivent penser qu’un jour ils vont venir à Paris …  🙂 

Ensuite l’aventure vers la piscine… du soleil, un temps de fin janvier, nous sommes au coeur de l’hiver, mais il ne fait pas très froid. les gens ont l’air heureux, dans les rues, le palais de justice est dégagé .. 🙂 (ces temps ci, il est bloqué à cause du procès du Bataclan, mais pas le w end). bien sur les mêmes cons à trottinette par deux sur les trottoirs, plus ceux qui sont sur une roue qui avance toute seule, quel est le nom, déjà … ? sur certaines pistes , ils sont dans les 2 sens (comme le long du Sébasto ou sur les quais rive gauche , et je me demande vraiment comment il n’y a pas plus d’accidents… mon cheval pense qu’il y a énormément d’accidents, mais que les chiffres ne sont pas publiés, mon Cheval vire complotiste  🙂 )  ça ne s’arrêtera jamais, et la piscine, avec un peu de monde, mais ça va… je ne reste que une demi heure (en principe je ne nage pas le dimanche sauf ces temps ci, à cause du stress des histoires avec le voisin)… 🙂 sinon, tout baigne … 🙂 

Je lis des trucs complotistes sur des sites : c’est assez rigolo, mais je n’en crois pas un mot : c’est à propos de Brigitte Macron: certains, peut être pour se venger du traitement du Covid par E. Maqueron, veulent faire croire que Brigitte Macron est en réalité son frère Jean Michel Trogneux… qui serait devenu transgenre à une époque indéterminée…  🙂 je regarde les photos (ils font des montages sophistiqués à l’appui de cette théorie, et de nouveau je recommence à ricaner comme une folle avec le nouveau truc qu’ils ont trouvé : la mère de Emmanuel Macron serait un homme ! (on voit la photo) … 🙂 🙂 🙂 après, il y a toutes sortes d’hypothèses, avec des digressions, où ils repiquent des vieilles photos des parades gays  d’il y a quelques années, dizaines d’années, en trouvant des ressemblances entre Brigitte Macron, ou son frère, ou sa mère, ou sa fille, et Emmanuel Macron, avec un ou des militants du « Gai Pied »(quelque chose comme ça) photographiés lors d’une manif… bref…

Non, je veux dire : Brigitte Macron photographiée jeune , a les dents de devant un peu écartées, on appelle ça les dents du bonheur… son frère Jean Michel, la seule photo qu’on connaisse, encore plus jeune que Brigitte Macron en photo jeune, n’a pas les dents du bonheur… je voudrais qu’on m’explique comment un jeune gars qui n’a pas les dents du bonheur peut se transformer en une jeune fille qui les a… le contraire se pourrait, OK, mais dans ce sens là, non, pas très possible … 🙂

Et si on pousse un peu avec cette histoire de dents du bonheur, je suis étonnée que les « complotistes » ne voient pas ce qui crève les yeux : 🙂 les 2 seules personnes à avoir les dents du bonheur, justement, sont Brigitte Macron ET Emmanuel Macron… est on bien sur, vraiment sur , je veux dire  (on fait tellement de choses, maintenant, hologrammes, etc…) qu’il NE S’AGIT PAS DE LA MÊME PERSONNE, en réalité ? si on réalise un morphing du même genre sur les 2 têtes, Brigitte et Michel, euh, pardon ! Emmanuel, cela saute aux yeux : Brigitte et Emmanuel ne font qu’un !  🙂 

Chaque jour les « complotistes » brodent un scénario différent sur le sujet …pour expliquer les enfants de Brigitte Macron, ce serait en fait les enfants de je ne sais plus qui d’autre dans la famille … enfin, ce seraient bien les enfants de Brigitte Macron, mais en tant que père ! 🙂 😉 hihi … hihihi … Hiihiiiihennit mon Cheval ! 🙂 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation