De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Sous la pluie

DSC_3243 Photo P.A.M.

Je continue à parcourir la Vallée en regardant les montagnes : Hier le summum de l’enquiquinement a été atteint : Je n’ai fait que marcher sous la pluie, et je me suis demandé si mes chaussures allaient tenir le coup.. Ma hantise était que ces mocassins ne rendent l’âme en séparant l’empeigne de l’âme de la chaussure, justement… Je suis arrivée au hâvre avec le cuir (de la chaussure) spongieux et détrempé, mais elles n’ont pas cédé …Juste la semelle intérieure qui s’est transformé en quelque chose proche du carton bouilli … 🙂

Je suis quand même allée à la piscine, à la dernière heure, et il y avait peu de monde. L’entraineur (vous ai-je dit qu’il était barbu ? il ressemble aux Chabal …Je dis « aux » parce qu’ il y a , curieusement, 2 Chabals barbus, un dans le rugby, et l’autre dans la chanson … 🙂     « On parle de Cheval, ici ?  » me télégraphie mon Canasson, qui capte mal à cause de la pluie incessante … »Non, retourne te coucher, on s’occupe des affaires », lui réponds-je tranquillement …  A un moment, l’entraineur a mis sa sono mais plus discrètement, sauf pendant 5 minutes, trés fort (les gosses étaient dans l’eau, à se défoncer au sprint, je me demande à quoi ça sert de leur filer encore de la zique)… mais comme je commençais à parler avec l’autre dame qui nageait dans le couloir et qu’on trouvait toutes les deux que c’était mieux sans la sono, l’entraineur barbudos a arrêté son cirque (je pense qu’il a vu qu’on parlait de ça) et on a pu continuer paisiblement… 🙂

La dame est partie, non sans avoir échangé quelques mots avec l’entraineur, je me demande ce qu’elle a pu lui dire, mais ça concernait sûrement l’usage de la sono qui rend les ados sourdingues précocement …

🙂 ………………….

Il y avait un jeune homme qui nageait aussi dans ce couloir (il y a 2 jours, c’était un autre super canon qui faisait des longueurs, un blond aux cheveux courts, qui parait-il est électricien dans la Vallée …On a quelques specimen de beaux mâles dans le coin, mais ils sont malheureusement tous en main (des nanas qui ne nagent pas … 🙂 …) , car il est pratiquement impossible de survivre seul dans cette Vallée, on déprime rapidement … 🙂

Je me souviens de la grande soeur d’une fille que je connaissais dans le temps, qui était devenue médecin, comme leur père, famille trés catholique, 5 ou 6 enfants, tous pas terribles physiquement, etc … mais gentils et plutôt dévoués …La famille se dispersa, les parents disparurent, l’une des filles partit à l’autre bour -t de la France, un des garçons aussi, une autre fille se maria avec son ex prof de maths (qui avait été aussi le mien), qui avait 35 ans de plus qu’elle ! ( … 🙂 …), et ne resta plus, dans la Vallée, que la fille aînée, qui ne se mariait pas …ne se  mariait pas … Et qui se jeta un jour (ou un soir) du haut du pont le plus caractéristique de la Vallée  : Imaginez un pont construit en arc au dessus d’un large torrent, reliant 2 montagnes, un pont surplombant le vide de plusieurs , je dirais centaines de mètres, tellement c’est impressionnant, mais ça doit être moins quand même …Le pont fut construit au 17ème siècle par un noble avec un beau nom, en même temps que les ingénieurs du Roy édifiaient des kilomètres de fortifications, et de forts surplombant des a-pics vertigineux (ils ont dû bien s’amuser …) … 🙂

Elle n’avait aucune chance de se rater, en sautant de ce pont en pierres… Je pense au degré de desespoir qu’elle avait dû atteindre … Il faudrait que je demande à sa soeur (qui est sur internet, je viens de vérifier) quelle fut sa vie et pour quelle raison elle a fait ça … Quant à moi, je ne peux même pas approcher de ce pont, rien que l’idée de prendre le chemin de ronde , et de faire 2 kilomètres sur une route surplombant d’autres a-pics, jusqu’au pont, voire de passer le pont comme nous le faisions dans notre enfance, et commencer à monter jusqu’au fort, je ne peux même pas l’imaginer, tellement j’ai le vertige …****

Mais revenons au jeune homme qui nageait : Je me suis dit que c’était un triathlète, à la manière dont ses jambes le gênaient … Je lui ai demandé s’il était en voiture, et s’il pouvait me ramener : il a accepté. Il était vraiment sympathique, lui aussi, et beau …Il était là, tout seul, dans une maison de famille, dans le fond d’une Vallée à coté de la Vallée heureuse, et il préparait un célèbre triathlon qui a lieu chaque été un peu plus loin … Il avait monté une boite de quelque chose qui avait à voir avec l’informatique ou Internet, un truc « mondial », et il avait vécu dans plein de pays, en Amérique du sud, en Chine, et je ne sais plus où, sa boite s’était arrêtée, et là, il avait décidé de préparer ce triathlon, et après, il ne savait pas … 🙂 🙂 🙂

Dans la Vallée heureuse, dès qu’on arrive, et si on est au printemps, on peut partir à la chasse aux pissenlits , qui sont délicieux (mais c’est plutôt en mars, quand ils sont jeunes et tendres), ou alors on peut faire ce que m’avait appris cette amie que j’évoquais plus haut, la soeur de celle qui a sauté du haut du pont : cueillir ces petites fleurs mauves qui sont en grappe sur leurs tiges, il y en a à profusion : chaque petite fleur fait comme un long calice d’environ 1 cm de haut ou moins, on en prend plusieurs dans les doigts, et on mange les bouts blancs qui sont sucrés … je n’arrête pas … 🙂 🙂

**** Et, quelques jours après, sur un dépliant touristique, j’ai vu que la sensation du moment, c’était le saut à l’élastique depuis cet endroit, ce pont ! ! ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation