De Paris en piscine Le blog de Papillonista

vendredi, langage de l’imaginaire, époque du composite

P1210880Photo Jean Mascolo

Au bout du chemin, la plage…

J’ai rencontré quelqu’un à Berlioux qui m’a dit qu’il aimait bien mon blog …Il n’a pas les cheveux blonds, mais trés bruns … 🙂 , cela n’ayant rien à voir avec ceci … Je l’ai remercié … 🙂 mais j’ai cru comprendre qu’il ne le regardait quand même pas tous les jours … 🙂

Beau temps riant aujourd’hui, quand je suis sortie …Il faudra songer à se protéger les yeux du soleil… La radio annonçait que demain, stationnement résidentiel gratuit, parce que pic de pollution . On avait du mal à le croire, parce qu’il y avait un vent léger,de l’air qui circulait.

Pour une fois, mon Cheval s’était maquillé, ce qui lui a attiré un ou deux sourires avenants de Chevals qui chevauchaient ça et là dans l’allégresse touristique générale (mais les japonais sont absents … Il parait qu’ils ont envoyé des équipes  pour nettoyer Paris à notre place avant d’y revenir…).

Et pourtant mon Cheval, quand on le regardait bien, offrait un spectacle assez effarant, avec un bonnêt panthère ajouré pour laisser passer ses 2 grandes oreilles, et un casque audio gros et blanc, posé sur ce même bonnêt comme des antennes d’extraterrestre … Un Cheval branché sur l’aldila, voilà à quoi il ferait penser, si on prenait la peine de le regarder plus de 3 secondes … On est habitué à tout, à Paris … C’est pour cela que je ne me sens pas trop mal dans cette ville … J’ai dépassé le stade du réceptacle à harcèlement masculin continu, (ouf ! ), et je me sens maintenant délicieusement intégrée à la couleur muraille de la ville —Rien ne dépasse— sauf évidemment si je décide de m’habiller pour qu’on me regarde, mais c’est tellement pénible que ça n’arrive pratiquement jamais !

« Tu te flattes, là », me dit mon Canasson … « Pas du tout », lui réponds-je, « Même une fourmi mal coiffée, à condition qu’elle soit chaussée  de cuissardes et d’un short ferait se retourner les têtes masculines, tellement les gars sont obsédés … Alors … 🙂

Source de problématiques, quand j’étais beaucoup plus jeune … Les jeunes filles n’arrivent littéralement pas à comprendre comment les gars peuvent être intéressés par ce qui leur semble, à elles, totalement, absolument et définitivement inintéressant … bah… Il faut s’y faire …

En passant sur le parvis de Notre Dame, au bout de la place, mon Cheval avisa un châle noir posé tout seul sur une grosse pierre , et le prit délicatement entre ses dents pour me l’offrir : On  voyait un nom : MARC  qui dépassait. C’était un magnifique foulard Marc Jacobs , noir avec une bande  pailletée d’argent sur les bords, en laine fine, que je mis aussitôt autour de mon cou, et qui avait un léger parfum de dame chic … 🙂

Quand je dis que les vêtements me trouvent … C’est depuis toujours… Ca n’a jamais arrêté, ce truc-là … 🙂

Les peintres étaient de sortie aussi, étalant leurs toiles (quelques croûtes, quelques trucs pas mal) sur le pont, les vélos ne se sentaient plus, je dus  g…ler 5 ou 6 fois,  et nous voilà devant la Samaritaine, pleine de bruit, de fureur et de poussière, avec des odeurs de brasure, de produits chimiques ; l’arrière de la Samar, ainsi que les immeubles tranchés en 2,  qui donnent sur la Rivoli étant empaquetés de grands linges blancs, comme une oeuvre de Christo (l’empaqueteur du Pont-Neuf, il y a quelques années) … 🙂 Là, l’empaquetage répond à des impératifs techniques. et son allure d’oeuvre d’art est fortuite (mais c’est mieux comme ça) … je pense que c’est pour protéger le chantier arrière de la poussière … 😀 😀 😀

Les palissades, le long de la petite rue disent : « MATEL B21 aluminium composite panel » des dizaines de petits panneaux juxtaposés, disant ces quelques mots …Ca me fait immédiatement penser que c’est le monde entier qui devient comme ça, un composite panel, et voilà …Nous sommes nous-mêmes des composites … Nous ne sommes plus d’une pièce comme autrefois …C’est ça, l’avenir …

Dans la piscine, peu de monde. Bien bien bien nagé, fatiguant ! dans mon couloir, une nana qui ne nageait pas trop mal, qui s’en fut rapidement, remplacée par 2 gars dont un à bonnêt rouge, et une autre nana que j’ai déjà vue, avec un tatouage sur l’épaule, qui  enchaine sans arrêt, avec des virages moches, mais virages tout de même … J’ai compris qu’elle se sentait en compétition avec tout le monde, et ne voulait pas qu’on la dépasse, pas plus moi que les 2 garçons… l’un d’eux nageait quand même nettement plus vite, mais l’autre faisait suer le monde…A un moment, j’étais juste derrière la fille, je la suivais sans problème, mais elle était elle même en train de doubler le gars…la situation était impossible parce qu’il ne voulait pas se laisser doubler …(quand il se trouvait derrière elle, il rageait pour rattraper, et elle faisait de même quand c’était son tour…  je n’ai d’ailleurs pas compris comment elle nageait sans s’épuiser, parce qu’elle n’était absolument pas gainée, et bougeait tout dans tous les sens …Elle manquait de technique, mais nageait avec une sorte de rage… Au début, se trouvant juste derrière l’autre demoiselle dont j’ai parlé plus haut, et ayant du mal à doubler parce que j’arrivais en sens inverse, elle s’était mise debout en gueulant quelque chose …Pas commode ! Rien de pire dans un couloir (sauf quand on est peu nombreux, là ça passe) qu’une personne, fille ou garçon, qui prend le couloir pour une arène… Malheureusement, il y en a trop, des gens comme ça, à Berlioux…Rien à voir avec les brasseuses gynéco bonasses, qui sont impossibles à doubler,les pires,  mais les gens qui avalent les longueurs en nageant mal me font suer …Disons, pour être plus élégante, que je pourrais m’en passer…On sent les frustrations accumulées qui se déversent dans le liquide … En ce qui me concerne, le truc, c’est que j’ai pas mal d’années de plus que ces gens-là, et, même si je compense la perte (inévitable) d’énergie par une meilleure technique et compréhension de la nage de sorte à nager à peu près à la même vitesse,  je préfère quand même nager avec de vrais bons nageurs …

Ca me gave de nager au milieu d’énervés qui se défoulent  et  ne veulent pas se laisser doubler … J’essaie de me rappeler si j’étais comme ça, il y a quelques années… Peut-être … 🙂   Mais plus maintenant, en tous cas … J’arrive à nager techniquement, et avec fluidité , sans gêner personne… J’apporte quelque chose de serein au couloir …  😀 :-D:)

Contente de moi, quoi … 🙂

Le mieux, vraiment, c’est quand il y a des flèches dans le couloir, qui n’essaient pas de démontrer quelque chose, parce qu’ils sont hors niveau, de toutes façons… et que personne n’empiète sur l’autre, ni ne se préoccupe …Chacun nage pour soi, dans le bon sens du terme…Tout le monde respecte le niveau de l’autre, il n’y a pas de dépassements intempestifs …Les excellents  nageurs s’en fichent, ils ont l’habitude, ne gênent pas, vont leur allure sans forcer, sont courtois … 🙂

J’ai cru en voir un, à un moment dans une autre ligne, et puis disparu … 🙂

De plus, quand c’est des nageurs fluides et se comprenant, dans un couloir, au bout d’un moment, il y a une harmonie qui se développe, comme une musique commune, tiens, c’est comme si c’était un orchestre… Chacun joue sa partition, et dans ces cas-là(assez rares dans les séances du public, mais ça arrive dans les entrainements de club), on dirait que l’onde fait communiquer les ondes des nageurs…C’est assez particulier… Une manière de conversation à plusieurs… J’ai déjà ressenti ça à Berlioux, mais c’est rare …

Bien cassée quand même ce soir… c’était pas mal … Sensation spéciale, après avoir un peu poussé la machine…Agréable … 🙂

That’s all, Folks !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation