De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Jeudi

P1160351Photo J. Mascolo

Suite du poème de Jean Genet : Cette partie a fait l’objet, dans les années 50 ou 60 d’une chanson, interprétée par Hélène Martin …

———————

Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou

Que ma main plus légère et grave qu’une veuve

Effleure sous mon col, sans que ton coeur s’émeuve,

Laisse tes dents poser leur sourire de loup.

——————

O viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne,

Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.

Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,

Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.

——————

Le ciel peut s’éveiller, les étoiles fleurir,

Ni les fleurs soupirer, et des prés l’herbe noire

Accueillir la rosée où le matin va boire,

Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

——————-

O viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde !

Visite dans sa nuit ton condamné à mort.

Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords,

Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde.

———————

Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.

Nous n’avions pas fini de fumer nos gitanes.

On peut se demander pourquoi les cours condamnent

Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour.

———————

Amour viens sur ma bouche ! Amour ouvre tes portes !

Traverse les couloirs, descends, marche léger,

Vole dans l’escalier plus souple qu’un berger,

Plus soutenu par l’air qu’un vol de feuilles mortes.

——————–

O traverse les murs ; s’il le faut marche au bord

Des toits, des océans ; couvre-toi de lumière,

Use de la menace, use de la prière,

Mais viens, ô ma frégate, une heure avant ma mort.

——————–

Mais le poème n’est pas fini, il reste encore 26 strophes, ce sera pour demain et les jours suivants … 🙂

Aujourd’hui jeudi, encore une fin de semaine qui se ramène … le temps est devenu cinglé…il fend l’air et défile comme les paysages aperçus du  TGV …L’autre nuit, il m’a encore fait un coup pendable …Il m’a dans le visuer, c’est sur…Il sait que je suis sur ses traces pour essayer de démonter ses rouages…  🙂 🙂 … J’étais attelée à quelques travaux que je pensais terminer vite… J’aurais juré qu’il était telle heure …c’était 3 de plus ! Mes yeux se posèrent par inadvertance sur une pendule … ( j’évite de regarder l’heure après minuit, cela me met dans un profond abattement … 🙂 /// ) …

Trop, c’est trop …j’ai parfois l’impression que nous sommes dans une mauvaise blague …non, mais, Allo, quoi, qui c’est qui tire les ficelles ? hein ?  C’est dit, demain, je me révolte, je NOUS révolte, mon Cheval et moi ! de qui se moque-t-on , à la fin ?????  … 🙂

Je passe devant des cafés, et si ça sent le café, j’ai juste envie de m’asseoir et de ne rien faire devant un café, à regarder la rue …je pense que c’est ainsi que le temps passe le plus lentement … 😮 😮 😮 Ca rappellerait les jours heureux (malheureux, en fait) où on attendait quelqu’un …Qui ne venait jamais … 🙂 

Même à Berlioux, maintenant, le temps passe trop vite … Avant, c’était un petit peu chiant, aller et retour, dans la piscine, zut, encore 30 minutes d’efforts à faire …maintenant, pour peu que je m’absorbe un peu, le Temps, ce s…pard,  en profite pour grignoter des minutes qu’il avale sans que je les voies passer … Eh, toi, le Temps, je veux PLEINEMENT sentir CHAQUE MINUTE, chaque seconde ! qu’une heure me paraisse IN-TER-MI-NA-BLE , espèce de minable ! Un menteur et un lâche, ce Temps …Tu arrêtes un moment de le surveiller, et il te bouffe la moitié de ta journée, de ta nuit ! Non, ce n’est plus possible … Pourtant, il existe un moyen de l’arrêter…Il faut aller au confluent , là où il rejoint l’espace, et 

—— HÉ !

Mon Cheval (qui en a marre de mes digressions ) m’appelle de la cuisine, pour mettre en place le sablier qui minute la cuisson des oeufs à la coque !

C’est lui qui va rédiger la séance chez Suzie, il a tout vu (je corrige ses erreurs de frappe et fautes d’orthographe, et je fais comme si la réforme n’avait pas eu lieu) :

Rien à signaler … 🙂 … Pas de papier dans les toilettes, et personne ne tire la chasse ! sauf papillonista qui la tire pour tout le monde …  le problème c’est qu’il n’y a qu’un seul réservoir à Berlioux, dans les toilettes, et que si les gens tirent rapidement et puis s’en vont, le débit d’eau n’est pas  suffisant …

🙂 Bon, ça va, c’est moi qui rédige de nouveau, ce Cheval est trop trivial !

Ensuite, changement radical avec les autres jours : Cool à l’aise ! 2 dans le couloir ! puis 3 ou 4, puis 2 de nouveau …Du coup, je me suis lancée et j’ai bien nagé, pas gênée … 🙂 de plus les échelles avaient été enlevées, c’était merveilleux, l’eau était claire (alors qu’hier elle était trouble) … A un moment , les MNS sont venus remettre les échelles, et, fait curieux, ils étaient tous sur les postes d’observation en hauteur …je me suis demandé pourquoi et j’ai fait le lien avec les pompiers en uniforme que j’avais vus à l’entrée …Il y a dû y avoir un problème, et du coup la surveillance, juste après, s’est renforcée …

J’ai fait des exercices de crawl doigts-surface, le meilleur truc pour arriver à plier les coudes et avoir un joli mouvement efficace en crawl … Et du papillon, sur 23m, et même 24m ! du 100 4N, et voila…personne qui nageait bien, les bons nageurs ont disparu… mais dès qu’il y a un peu moins de monde, Berlioux est TOPISSIME ! Le froid et la grippe sont peut-être en train de rattraper tout le monde … 🙂 Nous sommes en mars, et personne ne se méfie, les gens sont restés sur l’impression que l’hiver est fini, et qu’il a été doux, place au printemps ! l’arbre qui bourgeonnait début février, devant l’ascenseur, s’est de nouveau recroquevillé … 🙂

La caissière qui a un joli nom était habillée tout en rouge. Elle doit craindre d’attraper froid, car en ce moment elle a une écharpe et un bonnêt… En plaisantant je lui ai demandé si elle se prenait pour le petit chaperon rouge … 🙂 Il y a un nouveau caissier, aussi, qui est sympa … bref, j’étais « home », et j’ai bien nagé …Avant ça, j’avais pris un pot dans le café le plus cher du quartier avec un habitant de mon immeuble. C’est un jeune homme qui a une petite trentaine. Il a fait des études, mais ne trouve pas de boulot, alors il bosse sur des chantiers avec son cousin artisan en Bretagne. Il me dit qu’il claque tout ses sous en sorties, fringues … Je l’ai regardé en écarquillant les yeux : Il avait un vieux sweat à capuche et un jean dont je n’aurais pas donné 2 euros …Il parait que c’était tout d’la marque ! alors là ! (la marque était bien en grand sur le sweat, mais je ne la connaissais même pas  ! )   il m’a raconté que sa copine avait acheté un jean griffé sur le Bon Coin, 30 euros ! (j’ai failli m’étrangler… 3 euros, c’est encore trop…) et qu’elle avait engueulé gentiment la vendeuse qui, elle, l’avait payé quelque chose comme 130 ou 150 eu !  Ca leur paraissait à tous deux un peu exagéré … Tu m’étonnes ! ) … Ensuite ce jeune homme m’a raconté que ça ne l’intéressait pas de bosser pour 1500 eu par mois, peut-être qu’il allait se débrouiller pour monter sa propre affaire, il ne savait pas dans quoi … Le RSA non plus, ne l’intéresse pas … C’est trop peu… Une de ses amies, qui a bac + 6 en je ne sais plus quoi, ne trouve pas de boulot non plus … 🙂 Bref, c’est la dèche pour les jeunes gens … je crois qu’on ferait bien d’y penser, et d’importer quelques immigrés, en leur permettant de travailler plus facilement (la loi Khomery c’est pour eux , en fait), car les jeunes gens d’un certain milieu français ne veulent de toutes façons pas travailler pour le smic…  🙂 Ce qui ne les empêche pas d’être sympathiques … »Jeune homme, qu’est-ce que tu crains…Tu vieilliras vaille que vaille… » (poème d’Aragon, mis en chanson par léo Ferré )…Voui, c’est vrai …Tout le monde trouvera sa place … je lui ai raconté comment c’était quand moi j’avais 20/30 ans …(je suis un tout petit peu plus vieille que ça, oh, si peu … 🙂 …)  je ne fichais pas grand chose à part danser, sortir, (j’avais toutes sortes de fringues branchées) , faire du ski chez ma moman, rêvasser, lire, voir des copains, écouter dla musique, aller dans des fêtes,  voyager comme je pouvais, et tout ce que vous imaginez … mais il n’y avait ni le RSA, ni aucune aide ,  …A moins, et encore, d’être mère de famille nombreuse, ce que je n’étais pas … Et on n’avait même pas la sécu, il ne fallait pas être malade ! on ne l’était pas ! Et on ne voulait pas plus bosser toute la journée pour un salaire de misère … 🙂

A demain, donc … 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation