De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Orang-outang maravedis

Je suis sur l’un des ponts aux cadenas : maintenant, tout ce qui traverse la Seine, ou qui longe la Seine, au coeur de Paris, et même au coeur excentré, possède sa rangée, son amas de cadenas, pour peu qu’il y ait de quoi l’accrocher … Ainsi il y en a sur les ponts de Paris, mais aussi le long des quais sur les rambardes en pierre quand une petite boucle en fer – A quoi sert-elle ? – dépasse… ( mon Canasson prétend que c’est pour accrocher les licols des Chevals … 🙂 … ) 

Sur le pont qui mène à la rue des Bernardins, il y a au moins 4 ou 5 mariées par jour, et tous ces cadenas … + le gars qui joue de l’accordéon ou du piano transportable, ou de la guitare et qui chante les vieilles chansons de Paname + celles d’Aragon et de Léo ferré, qui font toujours bien dans le décor… … 😛 😛

Ajoutez par dessus  quelques nuages suggestifs, un rayon de soleil , et le tour est joué, les jeunes gens naifs venus du monde entier croient que ça va durer TOUJOURS, l’état de grâce …

La question qui me taraude avec persistance maintenant, c’est de savoir s’ils viennent casser ou retirer leurs cadenas lorsque l’AÂ mour-LOVE  YOU  ONLY  YOU   s’en est allé ? mon Cheval a senti sous ses sabots des morceaux de cadenas brisés et abandonnés sur la chaussée …

Abandonnant les cadenas et les coeurs brisés, nous traversons le jardin de l’archevêché, et comme chaque fois je lorgne les fenêtres aux festons de pierre façon moyen-age sur la façade de la petite maison accolée à la cathédrale …      Hummm … Il semble bien décidément que quelqu’un habite-là, le veinard ! (je ne dis pas « la veinarde », car je parierais facilement 100.000 dollars que c’est un Monsieur, et pas une Madame… Une Madame, c’est impossible … Ou alors ce serait la femme de ménage de Monseigneur l’Archevêque de Paris … Au cas où celui-ci n’habite pas sur place …Ou alors, va savoir, il est peut-être logé à l’intérieur même de la Notre-dame … ??? … 🙂 🙂 … J’adorerais habiter cette petite maison tranquille … Juste les rires des enfants dans le bac à sable devant, et les allées et venues des touristes qui se photographient… Ca m’irait trés bien … ce n’est pas encore demain la veille qu’ils mettrons l’air conditionné dans Notre-Dame (je déteste l’air c., c’est pour ça que j’ai du mal à loger chez les riches) , comme dans n’importe quel nouvel immeuble, faut espérer … Je demande asile ! ! 

Voila qu’apparait une toute petite bonne femme, 1,40m, et au moins 110 ans, avec le nez  qui rejoint la bouche, toute ridée et la peau tannée, qui chemine courbée mais rapide, et qui sort du jardin comme un lutin…  Elle semble mystérieusement tombée d’une contrée des  Carpathes  du 19ème siècle, vêtue d’une longue jupe multicolore  et de plusieurs strates de vêtements de laine, avec un fichu fleuri sur la tête… … 🙂 ( Mon Cheval prétend qu’elle ne sort pas d’un conte de Grimm, mais d’une grosse Mercédès qui vient de la déposer au coin du pont de l’Archevêché … mais ce que raconte mon Canasson …Hein …  )… 

Personne ne fait attention à elle, mais moi, si, et je la suit du regard tandis qu’elle se glisse dans la foule pour rejoindre une longue file de fidèles qui fait la queue pour rentrer à Notre-Dame, nous sommes en période de Pâques … 🙂

Elle se jette à genoux (bijoux, cailloux et choux, chantent les pélerins … 🙂 ..), et se met à faire plusieurs fois le signe de croix en agitant un gobelet … C’est alors qu’arrive le petit homme en bleu qui canalise les pélerins, et rien que de le voir, voila la dame-lutin qui se lève comme si de rien n’était et s’en va un peu plus loin, où elle s’agenouille de nouveau et recommence, et je peux dire que je n’ai vu Personne de chez Personne faire vraiment attention à elle … 

On peut se demander si, dans ces conditions, mendier est bien rentable … Avec ce que j’ai vu, c’est environ 1 eu par demi-journée, qu’elle doit récupérer … Dans ces conditions … 🙂

Nous poursuivons notre route, le Canasson Rossiphale et moi (je suis désolée, là où d’autres inscrivent des récits de voyages en terres lointaines, nous , nous allons toujours par le même chemin, et ça ne varie guère … Bon, le ciel n’est pas toujours le même, et les saisons se succèdent, mais … 🙂

Ah … Quelques chiots sont nés au petit toutou du mendiant qui est à sa place sur le Pont Saint Michel, et du coup tout une volée de jeunes oiselles étrangères s’extasie devant la portée qui tête … Et moi aussi … Tout le monde se fiche mais alors totalement du gars , tout l’amour du monde est pour les chiots …Et moi, c’est pareil, hélas !

De l’autre coté du pont, un autre mendigot de la même tribu de l’est, qui ne fait pas recette du tout, et lui , il a contre sa poitrine un petit toutou qui se tient coi … coi… coi … remue même pas la queue … 

Et puis au Pont Neuf (vous pourrez dire qu’avec moi, vous l’aurez vu sous toutes les coutures, le Pont Neuf !), une innovation, comme jamais, dans le domaine de la quête à la thune : Un jeune homme qui tient un gobelet au bout d’une canne à pêche … Il faut mettre les sous dans le gobelet … C’est tellement drôle que je ne m’en prive pas, je mets un petit sou … … 😛 😛

Finalement on arrive chez Suzie, et je suis toujours contente de passer rive-droite … C’est quand même curieux que j’apprécie tant la rive droite, maintenant, alors qu’il fut un temps, j’avais l’impression de perdre mon âme, rien que ça,  quand je passais la Seine … 

Suzie tranquille, bonne session, j’avais un problème au genou, il a disparu, fait pas mal de pap, avec les conseils de la nageuse du Racing qui m’a dit de bien relacher, baisser la tête, et puis je ne sais trop quoi, que j’ai suivi à la lettre, et dont je ne me rappelle même plus …Donc plusieurs longueurs (25m, faut pas rêver) de pap, mais plusieurs fois de suite, ça n’a jamais été aussi bien… 

Il y a un phénomène curieux, avec la nageuse du Racing, c’est que plus je la vois, plus je la trouve jolie ! ! ! 

Sinon, pas un seul gars potable, pas de bons nageurs, juste des nageurs passables, mais ça m’allait trés bien comme ça … A un moment, un gros monsieur est arrivé, vraiment gros, avec une grosse bedaine à bières et à choucroutes et à vie sédentaire, + malheurs conjugaux, et voila qu’il plonge depuis un plot… 🙂 … Et puis il fait 15m exactement, dans le couloir 2, et puis il s’en retourne vers le plot, et sort, et voila, sa séance est terminée, il quitte la piscine !

En sortant, je m’en vais par le jardin des Halles  qui se bonifie avec l’arrivée du printemps (n’en concluez pas que je trouve maintenant la dépense de sa construction justifiée…), il y a les pelouses avec de l’herbe si épaisse et si verte qu’on la croirait fausse, tout le monde s’y vautrait avec plaisir, quelques arbustes nouveaux font joli, bon, c’est un petit jardin avec trop de béton et des petits cotés gentillets-jolis … J’ai du mal à me rappeler l’ancien jardin, mais je crois que ça allait aussi , non ? Il suffisait peut-être d’y planter du gazon, au lieu de tout refaire , non ?

Même la canopée était moins jaunâtre que d’habitude, avec les rayons ensoleillés … Souriez, vous êtes ensoleillés …

… 🙂 🙂 😛 😛

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation