De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Vendredi 21 juin fête de la musique et de Sa Majesté le Prince Tintamarre

« D’après le journal du métro, »Tintamarre » vient de « tinte ta marre », autrement dit « Fais sonner ta casserole », en référence aux travaux des champs au moyen age », m’apprend mon Cheval, alors que nous changeons à « DU ROCK », car ainsi s’est rebaptisée officiellement aujourd’hui la station Duroc… En effet nous allons chez le Castor Dada, place Clichy, pour acheter de la gomme à sabots, car mon Cheval doit jouer des percussions ce soir avec un orchestre cosmopolite (un âne, un sanglier,  + 2 chèvres maquillées jusqu’au nez)… Nous remontons ensuite la rue Caulaincourt, que je ne connais pas,  dans l’espoir d’apercevoir les clochetons du Coeur sacré, avant d’aller à Hermant…Une passerelle au dessus du Cimetière de Montmartre nous apprend que les familles Silas,  et Daruty de Grandpré ont leur caveau à cet endroit, dans les arbres, ainsi qu’un certain Henri dauberville, ou d’Auberville, je ne vois pas bien, de l’Institut de France, ce qui me fait de suite penser au roman de Thomas Hardy, Tess d’Uberville, ( on ne savait si l’héroine était D’ubreville ou D’uberville, et de cette imprécision dépendait son origine noble ou pas ), et puis au film de Polanski , une réussite, bien qu’ayant un autre charme que le roman, 🙂  et de là je pense, en remontant la rue  sur mon cheval, tout content au soleil du premier jour d’été,  aux adaptations au cinéma des grands livres de la littérature, et à la dernière en date, que je n’ai pas vue, mais rien qu’en voyant l’affiche, je me doute que c’est une m… , je le savais déjà en apprenant le projet du film, sur et certain que c’est sans intérêt…Si moi, qui ne suis rien, je le savais , pourquoi ceux qui ont un intérêt direct au film ne s’en sont pas douté dès le début ? Purement intuitif, mais adapter « Belle du Seigneur »  est impossible…ou alors quelqu’un comme Kubrick…Un génie du cinéma…Et de toutes façons il aurait fait un film qui n’aurait rien eu à voir…La seule manière de s’en sortir…Je suis certaine que déjà pour commencer, le film bute sur les visages des 2 acteurs, qui sont beaux, certes, (plastiquement jolis, plutôt), mais sans aucune ombre…La part d’ombre des visages des 2, dans le roman, est immense…Je ne les appelle même pas « amoureux » (dit comme ça), car c’est précisément ce qu’ils ne sont pas…je suis persuadée que le film montre des gens « amoureux », on a dû dire à l’actrice d’essayer d’exprimer la passion…terrible, ça doit être…un gros navet…(Un peu comme le film sur ce banquier suisse et sa meurtrière par passion, tiré là d’un fait divers,  ils avaient donné le rôle à une pauvre top model mère de famille qui n’y comprenait rien, malgré sa grande joliesse )…Ce n’est que mon opinion… 🙂 A part ça, si le budget est conséquent, et les 2 petits loulous mignons à regarder, avec du monde autour+ un décor un peu soigné, ça doit se laisser voir quand même sans trop d’ennui…Mais rien à voir avec le roman d’Albert Cohen…

On aurait dû prendre l’acteur Mads Mikkelsen, tiens…On s’ennuie jamais à le regarder, celui-là…Même dans un nanar, il serait plaisant…Top beauty…

Et nous voila dans le bus 60 (mon cheval est fatigué), ce précieux bus qui fait la transverse à travers les bas-fonds des 18ème, 19ème et 20ème…toujours avec des bruits d’orchestres qui répètent pour le raoût de ce soir,  on passe par dessus des ponts de voies ferrées on longe des chantiers avec des palissades décorées d’oeuvre d’art pendant des kilomètres par intermittence, les artistes se sont lachés, je fais remarquer au canasson affalé, tandis qu’un sosie de Steven Spielberg rentre dans le bus au même moment qu’un sosie de Beyoncé en descend, et puis on passe par dessus une voie navigable  qui s’en va vers le Nord avec les nuages,  et c’est la rue de L’Ourq, avec ses tags géants de couleurs, on dirait des successions de mots comme du rap,  ça met du plaisir dans le voyage, cette couleur,  et puis  le sosie de Raspoutine  (un coup dans l’aile),qui manque de s’affaler  sur le  Cheval, alors que le bus amorce un brusque virage dans l’avenue Jean jaurès, voila, on arrive, Laumière, remontée de la rue vers le Parc… « Quand même, ils devraient déboulonner certaines statues de vieux birbes d’il y a 2 siècles », fait  Rossiphale (c’est mon cheval), en apercevant le médaillon du bienfaiteur fondateur des bibliothèques publiques, mort en 1898,  accroché à une espèce de cylindre en granit  guilloché au milieu d’un massif  avec 3 fleurs qui se battent en duel  face à la mairie du 19…j’ai juste le temps de lui répondre qu’il n’y comprend rien, qu’il y a quelque chose d’émouvant dans cet hommage tartignolle, parce que quand même, c’est pas rien, des bibliothèques publiques, gratuites comme  à Paris…Oui, on peut être fiers de ça…

Dans la piscine, c’est le bonheur total et complet car il n’y a PERSONNE de chez PERSONNE…Même les Mouettes Masters ne sont pas là..l’entraineur est parti vers 20h…Personne dans les lignes…Je suis tellement nulle que je n’ai même pas vu qu’on pouvait nager en 50 avec les brise-vagues…De toutes façons j’étais seule dans mon couloir, alors…Fait du pap, un exercice, 3 mouvements de pap et 3 mouvements de brasse, en essayant de bien sentir le pap, d’ aller chercher bien loin et de réussir l’ondulation…j’en ai passé quelques unes géniales, tellement géniales, que je sortais les bras sans effort après… 🙂 🙂 🙂

OUIIIII J’AI NAGE 2300 METRES @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ PAPILLONISTA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation