De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Aujourd’hui dimanche 25 mai, j’ai nagé 1800M dans une piscine dont je ne dis pas le nom

Toujours un plaisir d’aller dans cette piscine, en général c’est le samedi ou le dimanche, car les autres jours c’est malheureusement fermé, bon…ouvert seulement entre 11h30 et 13h15, et il est impossible de nager…

Mais certains des  maitre-nageurs sont des copains, donc contente de les voir.

Déjà, au saut du lit, alors que je me demande où je vais nager aujourd’hui, je fais la check-list : HERMANT ? Je n’y suis pas allée depuis 48h, elle commence à me manquer…BAKER ? piscine odieuse, MNS  à l’ouest, pour certains, et rien de nouveau à en attendre… TARIS ? Trop près, il me faut une piscine loin, tiens, je pourrais retourner à HEBERT, qui sait, je pourrais peut-être croiser LARDOUHALOUF, dont j’aimais tellement les commentaires, sur un site de nageurs du public, autrefois…

Une illumination…Cette piscine, et pas une autre, je sens qu’un de mes vieux copains y est aujourd’hui, je le sens, je téléphone, il est bien là, et du coup je ne me sens plus , je saute dans tous les sens, j’ai hâte de le voir…Et j’aime bien aussi ceux avec qui il fait équipe…

Je me précipite dans la rue après avoir attrapé le premier maillot (une loque pendouillante), le premier bonnêt (siglé), la première paire de goggles (teintées), et une immense clameur me cueille, là, juste en bas de chez moi sur le boulevard, c’est la MANIF POUR TOUS, et tout est barré, des drapeaux partout, les CRS en légions serrées, des cars entiers parqués à la queue-leu-leu dans les rues adjacentes, inutile d’espérer attraper un bus…Dans le métro des annonces toutes les minutes font espérer une atmosphère de grand chambardement qui casserait la routine.   Plusieurs stations de métro ont été fermées à la demande de la Police, dit une voix sépulcrale, tandis que je prends une tête de circonstance pour arpenter les couloirs, seules les correspondances sont assurées…Bâââhhh, baille mon Cheval, le mariage gay aura ceci de gai qu’il annonce l’avènement réel et programmé de l’espérance de la fin de tous les marillages…L’Amouour sera vécu au présent ou ne sera pas, l’Amouour ne sera plus légitime, terminé, (avec la fin des « happy end », il y aura toujours des happy end, mais on ne pourra plus les nommer, ouf), l’Amouour sera  renvoyé dorénavant dans la clandestinité qu’il n’aurait jamais dû quitter..L’Amour n’aura plus rien à voir avec le mariage…Et ce bougre m’annonce qu’il aurait bien été pour le marillage à quatre :   lui, + la Chevalette du Prévôt Etienne Marcel, + celle du bon Roy Henri, qui loge au pont Neuf, et + celle de la Place des Victoires…

J’arrive dans cette piscine, donc, qui est trés agréable, jolie déco, : un peu bondée, mais les copains ont installé des lignes, et vraiment ça me fait plaisir de les voir : L’un d’eux me met toujours de bonne humeur, rien que d’être à coté de lui : je ne sais pas d’où il tient ça (il fait cet effet-là à pas mal de monde, dont pas mal de nanas ), mais son énergie fait du bien : Ca fait des années innombrables que je le connais et j’essaie encore d’analyser ce qui se passe…Il doit avoir des dons…Ou alors c’est ça le charisme…On va pas partir dans les grands mots, mais…Ce gars-là est nageur ET musicien…Aujourd’hui nageait aussi un autre musicien avec qui il fait des boeufs de temps à autres…Je lui parle de mes oreilles et il m’apprend que lorsqu’on photographie de près des tympans de nageurs, ils ne sont plus roses, mais bruns…C’est scientifique (mon ami est du genre qui lit des trucs scientifiques pointus, il sait des tas de choses trés étonnantes, sur le mouvement des planètes, les insectes invisibles, les motos, les règles de la FINA, le précambrien, etc…) 🙂 🙂 🙂 Le chlore attaque tout…La peau, ça la blanchit plus ou moins, mais les tympans, ça les rend marrons…et on entend moins bien, me hurle-t-il alors que je dis « Quoi…? quoi ? qué tu dis ? »…

Et puis on me raconte  que la Ville a décidé de « nommer » environ 8 piscines pilotes pour le chambardement de la rentrée, mais il semble que le public ne serait pas trop touché, les bouleversements se feraient plutôt aux horaires scolaires, la ville commencerait à se douter que peut-être, hein, les gens ont envie de nager tout simplement, sans fioritures, et qu’il faut leur laisser au moins ce qu’ils ont déjà…

Et après, je me jette à l’eau pour une petite séance énergique mais pas trés longue…J’assomme un ou deux escogriffes de 15 ans qui font exprès de se catapulter dans  les lignes au moment où les nageurs passent, j’en extraie un des profondeurs quasiment par les cheveux en le regardant droit dans les yeux et il me fait « Scusez, m’dame », en ricanant alors que son pote sur la berge ricane encore plus fort, mais c’est pas grave, …je repars en pap, et ça leur en bouche un coin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation