De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Queen Elizabeth

  (photo P.A.M. d’une vitrine parisienne) 

 

En hommage à la Reine Élizabeth qui a quitté ce monde aujourd’hui : 

Une chanson traditionnelle de la vieille écosse :

                                                  MARY  HAMILTON

                              Word is to the kitchen gone and word is to the hall

                              And word is up to Madam the Queen and that’s the worst of all

                             That Mary Hamilton ‘s born a babe 

                              To the highest Stuart of all

 

                             « Oh rise, arise, Mary Hamilton,

                              Arise and tell to me

                              What thou hast done with thy wee babe 

                               I saw and heard weep by thee « .

 

                            « I put him in a tiny boat

                             And cast him out to sea

                             That he might sink or he might swim

                             But he’d never come back to me

 

                             « Oh rise, arise, Mary Hamilton 

                             Arise and come with me

                            There is a wedding in Glasgow town

                             This night we’ll go and see »

 

                            She put not on her robes of black

                            Nor her robes of brown

                            But she put on her robes of white 

                            To ride into Glasgow town

 

                            And as she rode into Glasgow town

                            The city for to see

                            The Bailliff’s wife and the provost’s wife

                            Cried « Alack and alas for thee »

 

                            « Ah you need not weep for me  » she cried 

                            « You need not weep for me

                             For had I not slain my own wee babe 

                             This death I would not dee  »

                             

                             « Oh little did my mother think 

                              When first she cradled me

                              The lands I was to travel in 

                              And the death I was to dee »

 

                             « last night I washed the queen’s feet

                             And put the gold in her hair

                             And the only reward I find for this 

                             Is the gallows to be my share »

 

                              « Cast off, cast off my gown » she cried

                             « But let my petticoat be

                              And tie a napkin ’round my face 

                             The gallows I would not see »

 

                             Then by ’em come the king himself

                             Looked up with a pitiful eye 

                            « Come down come down, Mary Hamilton 

                             Tonight you’ll dine with me  »

 

                            « Oh hold your tongue my sovereign liege

                            And let your folly be

                            For if you’d a mind to save my life

                            You’d  never have shamed me here »

 

                           Last night there were four Marys 

                           Tonight there’ll be bout three

                           It was Mary Beaton and Mary Setton

                           And Mary Carmichael and me 

 

C’est une chanson à propos d’une dame d’honneur de la Cour d’Ecosse qui met au monde un petit bébé après avoir été séduite par le roi , et qui le noie , après avoir subi les foudres de la reine…  

Je traduirai demain… demain,  demain… demain…

(la Reine Elizabeth m’était parfaitement indifférente, même si j’admirais le travail de « La Firme » mais elle avait une énorme place dans nos vies, voilà, c’était comme ça … et arriver à ce point de dignité—même si le Génie manquait un peu— …on ne peut que s’incliner… et vis à vis de l’Histoire, elle est irréprochable )  🙂 

                            

                              

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation