De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Experts psychiatres (suite et fin)

 photographié près du pont Louis Philippe dans une boutique, très beau tableau , j’aime le traitement des rochers; et le visage des  soldats (les plus jeunes) de l’ancien temps

———————————————————————————–

L’assassin de la petite vieille dame défenestrée ne sera pas jugé : il était en proie à une « Bouffée délirante »… bien que pas pathologiquement fou, dans la vie courante… on reste assez dubitatifs… et même un peu écoeurés… ce qui est important, c’est ce qui va se passer dans les prochains mois… sera t il « relâché  » d’ici un an ou deux ? les psy vont décider qu’il va bien, et voilà… la Cour de Cassation a jugé en Droit, peut être faudrait il revoir le Droit  de ce coté ? … pourrait on aussi, dans ce cas, juger  la religion, le background du gars, qui a imprimé dans son cerveau cet antisémitisme à la qualité duquel sa « Bouffée délirante » a trouvé à s’accomplir ? pourrait on aussi examiner ses addictions au cannabis ? (et pour endiguer ça, à mon avis, il faut légaliser) … ne pourrait on aussi faire des études documentées sur le fait que tuer les gens , de toutes façons, et TOUJOURS, est le fait de gens sous l’emprise, à chaque fois soit de bouffées délirantes s’emparant d’un esprit sain jusque là, soit de bouffées délirantes de passage à l’acte s’emparant d’esprits déjà malades … ?  le gars Jonathan Daval, par exemple, (dont mon Cheval pense que le problème venait directement de sa belle-doche  hihi ), a forcément vu rouge, pris d’une bouffée délirante, quand il a assassiné sa femme … 🙂 —qui venait de lui reprocher de ne pas lui faire d’enfant… 🙂 et pourtant, il a pris du ferme, des années, et maintenant il doit payer des Dommages et Intérêts , on a appris ça, à la belle mère  et au beau père … —qui ne perdent décidément pas la tête, eux— 😉 je ne pense pas que les 2 cas soient fondamentalement différents… le voisin de la dame défenestrée devait surement ruminer son truc en fumant des joints (peut être cette « sale femme, sale race » (se disait il surement) a t elle un meilleur appartement que lui, etc etc… et du fric, puisqu’elle est juive, tous les poncifs qui trainent dans les têtes de ceux qui ne lisent pas assez, ou jamais rien (je pense que la lecture peut, d’une manière générale,  vraiment améliorer les cerveaux, remédier à beaucoup… 🙂  ) qui sait ce qu’il ruminait, avec son joint et sa paresse pour compagnons ? il parait qu’elle était gentille avec lui… il devait penser que c’était du calcul…fumer rend parano, souvent … (c’est pourquoi légaliser permettrait de prévenir et lutter plus efficacement contre ce genre d’addictions) … il avait dans la tête tous les stéréotypes racistes que son éducation lui avait mis dans le cerveau, peut être , et il était trop englué et trop faible, pas assez cultivé pour s’en débarrasser et s’intéresser à autre chose qu’à son auto misérabilisme, qui sait ? on devrait peut être lutter (par la parole, ce serait efficace) contre ce genre de truc, au lieu de mettre la poussière sous le tapis… et de révérer les conneries développées par la religion dans les esprits faibles… je parle « à grande échelle » on devrait faire ça à grande échelle, le président lui même devrait  DIRE.

Quant aux experts psy, alors là ! les experts, en général, sont surévalués, et en justice, ça peut être un problème … un gros ! aucune confiance…surtout que les juges, au lieu d’essayer EUX AUSSI de comprendre le problème auquel ils ont affaire, techniquement, s’en remettent toujours à l’avis de l’expert, sans creuser, je veux dire; ça m’a toujours épatée, ça, dans le mauvais sens du terme, quand on sait (et de plus en plus chaque jour pour moi) à quel point l’esprit humain est borné, même chez les meilleurs… ) là, il y en avait, parait-il, plusieurs, des experts … les experts peuvent être ce qu’on appelle des « ânes coiffés » … 🙂  non, ce n’est pas rare, et il n’est pas rare non plus que des experts se gourent en groupe…  🙂 je vais vous raconter une histoire de psychiatres , histoire qui ne m’est pas arrivée à moi, mais à quelqu’un que je connaissais bien, et je me suis intéressée à l’affaire.

On a d’un coté un monsieur qui est schizophrène depuis ses 15/ 16 ans …son histoire est plus ou moins celle décrite par Ken Loach dans son film « Family Life » sauf que dans « Family Life » il s’agit d’une jeune fille. Comment , d’un jeune homme qui a des difficultés , à l’école, d’abord, et un peu relationnelles , mais qui a d’énormes qualités par ailleurs , et qui est aussi très sensible, on peut faire, grâce aux parents ignorants, une personne définitivement perdue, après des traitements psychiatriques … le jeune homme est perturbé, à l’adolescence, les parents le mettent immédiatement dans les mains des médecins, (au lieu de comprendre et d’analyser, mais déjà, bien avant, ils n’avaient pas compris ce qui se passait) le jeune homme, plus tard, est diagnostiqué schizophrène, et c’est vrai, c’est une maladie réelle, et pas une vue de l’esprit, mais traiter quelqu’un correctement , c’est dire sans violence, lorsque la maladie se déclare, est primordial, et les parents n’ont pas su le faire. Donc le garçon, qui est tout le temps dernier ou avant dernier en classe, et ne répond pas aux critères que voudrait son père, qui a quelque part une âme d’adjudant , c’est normal, la grand mère était fille de colonel hihi,  🙂 , est mis par son père aux mains des psychiatres, après avoir été trimballé dans plusieurs endroits pour essayer de le rendre plus performant. Le père est un adepte du « Tu vas manger ça en 2 minutes chrono —chrono à la main–sinon tu en manges le double—tu vas t’habiller en 2 minutes chrono, sinon…  🙂  » Les médecins lui font immédiatement un traitement de choc, à savoir des électro chocs, + du chimique— plusieurs fois, une horreur sans nom. personne ne se rend compte de la douleur que cela peut être. le garçon en parlera encore pendant des années… A partir de ce moment, le garçon est perdu. Il commence , quand il sort de cet enfer, à  essayer de se suicider, et ensuite il se met à fumer du shit, se balade avec un couteau, fait du chantage à sa mère pour de l’argent, (la mère est faible, elle ne comprend rien, elle est larguée, même si elle fait de son mieux, le père quant à lui s’est tiré avec l’argent de la famille, et déclare, en venant les voir dans son petit avion personnel, le père était aussi pilote, qu’il n’a pas d’argent à donner … il n’en a pas assez pour lui, il a divorcé… 🙂 et les autres de la fratrie ont autre chose à faire qu’à s’intéresser à tout ça).  Ainsi se passent quelques années, où le jeune homme continue, complètement incapable de refaire surface, d’étudier ou de travailler, diagnostiqué schizophrène, donc, violent, continuant à se pinter à la bière et à se droguer au cannabis, tout le monde s’en fout, il fait des dégâts matériels là où il se trouve, bien qu’il ne soit pas fondamentalement violent, et finalement il est pris en charge par la DDASS, qui devient curatrice, mais abandonne au bout de 2 ans , ne pouvant plus assumer…(tout cela se passe dans une ville de province profonde, et c’est il y a longtemps).  Le juge du petit tribunal d’instance de la ville (c’était à l’époque, avant Rachida Dati, où il y avait des tribunaux d’instance dans les petites villes —ET ILS ME FONT SUER D’AVOIR SUPPRIMÉ ÇA , C’ÉTAIT TRÈS UTILE. Encore un effet de l’Europe, et marre. Rétablissez les T.I., la justice est sinistrée, le juge de la ville était complètement en phase avec les gens du coin, c’était bien. maintenant, dans cette même ville, il faut faire 100 kms pour aller au tribunal, c’est juste CON—pareil d’ailleurs pour accoucher, et plein d ‘autre trucs, fuck l’Europe de m).  Donc le juge se tourne vers la mère (qui n’est pas capable de  prendre la tutelle du gars) et demande si quelqu’un de la fratrie pourrait le faire … la seule personne possible est l’un des frères , qui accepte, et qui peu à peu, va faire ce qu’il peut, et rétablir une sorte d’équilibre dans la situation, même si le garçon, c’est un homme maintenant, ne pourra jamais refaire tout à fait surface… son calvaire se lit sur son visage …vous avez déjà vu des visages comme cela, ce sont ceux de certains , qu’on voit dans Paris, échoués, de misère et de peine. Mais au moins, là, le garçon n’avait plus de soucis matériels, grâce à la gestion du frère et aussi aux aides (allocation aux adultes handicapés, allocations logement, etc…même si ce n’était pas mirifique, c’est une bonne chose de l’Etat dans lequel nous vivons, heureusement qu’il y a ce genre d’aides pour les laissés-pour-compte)  . Le garçon traine une vie qui est ce qu’elle est, misérable, diront certains, car le gars ne travaille absolument pas , il est incapable même de descendre sa poubelle , mais aussi assez tranquille … les conditions matérielles sont assurées, un domicile lui est trouvé, et il peut faire ce qu’il veut de ses journées. Il est censé prendre des médicaments, délivrés par l’antenne psy de l’hôpital, et il est censé aussi aller à l’hôpital de jour. Une petite ville est plus propice à le protéger, finalement, qu’une grande ville comme Paris, si on est tout seul. Le garçon voyage même un peu, tout ça est organisé. Il adore voir du pays, ça le change de son quotidien, mais au bout de 3 jours, il en a assez. Il n’arrive pas à se projeter loin. Il a des copains , qui sont tous les gens rejetés plus ou moins par la société , ceux qui ont des problèmes, notamment psychiatriques, qui ne trouvent pas leur place, mais aussi des gens qui sont à la marge,  dans cette petite ville, dont quelques truands, il faut bien le dire, et d’autres qui profitent de lui, des petits avantages qu’il peut avoir (un domicile, de quoi manger, un peu d’argent de poche, etc…) et aussi plein de gens qui fument du cannabis, parce que notre homme, celui dont je raconte l’histoire, appelons-le …ben, je ne sais pas, appelons le le « Jeune homme » parce qu’il aura gardé toute sa vie un esprit d’adolescent, passe sa journée à fumer du cannabis…C’était quelqu’un, parait-il, de très attachant, et aussi le plus grand menteur de la terre … 🙂 il mentait tout le temps;  et tout le monde le croyait.  🙂  même les personnes de sa famille, qui pourtant le connaissaient, se faisaient avoir à chaque fois … 🙂 

Mais il ne prend plus ses médicaments, il pense qu’il n’en a pas besoin, et son état se dégrade de plus en plus, ça dure des mois, ça dure des années : il n’y a qu’un pôle psychiatrique, dans la ville, un seul hôpital de jour, et un psychiatre en chef qui est le seul à 100kms à la ronde, qui décide de tout et qui est investi d’une sorte de toute puissance. Le chef d’avant de ce service psychiatrique était un monsieur assez las, et quelques fois on pouvait s’imaginer qu’il était plus atteint que ses malades … 🙂 il a pris sa retraite, et c’est un autre qui l’a remplacé, un qui a des théories, et par exemple, il estime que le garçon dont je parle ne doit en aucune façon être obligé de suivre son traitement, que tout va bien, et qu’il est libre de venir ou pas à l’hôpital de jour, que tout est basé sur des relations de confiance. L’Etat donne une allocation adultes handicapés pour le maintient de ce jeune homme, qui a un taux de handicap de 80%, ce qui est beaucoup,  mais ne demande rien en échange.  ce jeune homme  est comme un innocent, et pas un gramme de méchanceté, mais il va de plus en plus mal. Il ne cesse de fumer des cigarettes, ses poumons s’en ressentent, il fume aussi  des substances  boit de la bière, dans une sorte de désespoir , un suicide au long cours. 

Son tuteur, son frère,  ne peut rien faire, rien de plus qu’assurer la matérielle, et essayer de convaincre le médecin qui trouve, lui, que tout va très bien, de visiter le frère malade pour le convaincre de reprendre son traitement, au moins de retourner à l’hôpital de jour, mais c’est quasiment impossible, bien que les 2 frères s’apprécient. Il est impossible aussi de mettre en route une procédure de placement d’office, à la demande d’un membre de la famille, il faut pour cela qu’un médecin au moins signe un certificat, et le psychiatre en chef du service de l’hôpital de la ville ne veut pas en entendre parler. Il croise, dit il, de temps en temps le jeune homme dans la ville, et trouve qu’il va très bien… celui-ci n’est pas demandeur, donc le psychiatre pense qu’il est souverain pour décider de sa vie. Quelque part, c ‘est non assistance à personne en danger, pense sa famille, mais voilà… 

Le jeune homme se balade avec un couteau, sa maladie le rend parano, et de temps en temps il donne un coup de couteau à des gens qui lui paraissent menaçants, par exemple un vieux monsieur, qui se balade avec sa femme , un jour, qui reçoit un coup de couteau.(heureusement pas trop grave) ,  et qui porte plainte. Le tuteur voit là l’occasion de stopper cette descente aux enfers, en essayant de faire soigner son frère d’autorité : l’affaire passe au Tribunal, le tuteur a pris un avocat, qui demande au juge de faire intervenir les pouvoirs publics, la DDASS, en ordonnant un placement d’office. Le Tribunal suit, et condamne à de dommages et intérêts au bénéfice du plaignant, et aussi un placement d’office qui normalement doit être mis en place par la DDASS : que croyez vous qu’il se soit passé ? rien , de chez rien…  🙂 la DDASS dort sur son gros cucul , ne fait rien, le tuteur envoie des lettres recommandées à cet organisme, mais rien, personne de ces fonctionnaires de m ne se bouge (je signale que la DDASS c’est l’ARS de maintenant—un truc rempli de ronds de cuir inamovibles et complètement incompétents, en tous cas dans ces contrées lointaines —

La situation devient de pire en pire : le jeune homme est en proie à des hallucinations, il croit que tout le monde lui en veut, la personne que le tuteur avait trouvée pour lui préparer ses repas, faire son ménage et s’occuper de ses courses démissionne, il est impossible de trouver quelqu’un d’autre, sauf quelqu’un qui veut bien  déposer des repas devant la porte tous les jours, car le jeune homme ne veut plus ouvrir sa porte à quiconque: son appartement est le lieu d’une inondation, car il ouvre les robinets en grand continuellement (plus tard le tuteur dépêchera un plombier, qui arrivera à rentrer,  pour faire mettre des robinets qui se ferment automatiquement après un certain temps), l’inondation se propage dans les étages en dessous, les gens de l’immeuble se plaignent, le tuteur écrit sans arrêt à la DDASS, au maire (les gens de l’immeuble aussi), au psychiatre (qui trouve toujours que tout va bien…) , le tuteur va voir les keufs de la ville, mais personne ne veut faire quoi que ce soit… le tuteur arrive à trouver un médecin dans la ville (après les avoir tous contactés) qui accepte de venir avec lui voir la situation , rendez vous est pris, le jeune homme entrouvre sa porte, bref dialogue, le médecin ensuite dit qu’il va réfléchir, et que fait ce connard ? il contacte, sans en informer le tuteur, le psychiatre en chef, (celui qui a droit de vie ou de mort sur la ville, hihi) , en lui demandant la permission et que doit il faire, et le psychiatre dit que tout va bien et que le jeune homme est libre de mener sa vie comme il l’entend… et ensuite ce trou du cul de médecin n’oublie pas d’envoyer sa facture, bien salée, pour le déplacement…  🙂 et tout continue comme avant, un jeune homme complètement halluciné, qui perd les pédales, va très mal, se balade avec un couteau et donne temps en temps un coup à quelqu’un, un immeuble en proie à des dégradations et des dégâts des eaux , avec des habitants qui portent plainte, mais ne sont pas écoutés, (cela finira au tribunal un an après) , un tuteur qui envoie des lettres recommandées à tout le monde pour qu’enfin un placement d’office soit fait pour mettre son frère dans un hôpital le temps de le soigner, mais personne ne veut se bouger. Le tuteur demande à un grand psychiatre d’une très grande ville à 300kms de là de venir , le psychiatre vient, constate l’état du malade et dit qu’il faut l’hospitaliser, rédige un rapport, mais qui ne sert à rien, parce que tout cela est sectorisé, et que le chef des chefs est le trou du cul de psychiatre de la ville, et qu’on ne peut rien faire sans son assentiment…je vous passe pas mal de péripéties, et d ‘ailleurs je ne connais pas tout, car on m’a raconté cette histoire en détails, mais cela fait assez longtemps quand même…  le tuteur était en train de saisir le procureur lorsque, la nuit de la Saint Sylvestre de l’année 2004 se transformant en année 2005, le tuteur qui passait un réveillon assez pénible en pensant à son frangin , reçut un appel du poste de police de cette petite ville (le tuteur n’habitait pas dans cette ville), lui disant « Vous allez être content ! votre frère a été placé à l’hôpital psychiatrique du département(qui était à une centaine de kms), et on s’occupe de lui » . En effet, quelques jours avant, une affaire avait défrayé la chronique, l’affaire Romain Dupuy : il s’agissait d’un jeune homme, à Pau, qui était schizophrène, et refusait de prendre ses médicaments  : il allait très mal et sa pauvre mère ne cessait de demander à ce qu’il soit hospitalisé, elle usait ses forces à cela, et bien sur on l’envoyait sur les roses, et cela durait, durait … exactement comme dans l’histoire que je vous raconte … qui durait depuis des mois, des années, même… une personne schizophrène malade qui ne prend pas ses médocs est vraiment en grand danger… et donc ce jeune homme, Romain Dupuy, ayant fini par péter réellement les plombs, un soir de décembre 2004, avait décapité je ne sais plus si c’est une ou 2 infirmières de l’hôpital de Pau, laissant leurs têtes au dessus d’un poste de télévision … du coup voilà tout le monde qui se réveille, branle bas de combat en France, et Douste Blazy, ministre de la santé, qui demande que tous les cas signalés du même genre soient  traités  en urgence … et du coup celui du jeune homme dont je parle … récupéré par la police dans la nuit de la Saint Sylvestre (et tout le monde dans sa famille qui pleure de soulagement)… Traité à l’hôpital psy…au début les médecins ont dit qu’ils étaient pessimistes, qu’on n’arriverait peut être pas à le récupérer … et puis peu à peu, il a refait surface, ça a duré plus de 3 mois, actuellement etd e plus en plus il existe des médocs vraiment performants… au début, il se plaignait des piqûres qu’il recevait, (des sortes de « traitements retard » ), et parfois, parait-il, il avait ce qu’on appelle des « impatiences », sa jambe bougeait sans arrêt, par exemple, mais peu à peu et par la suite, son traitement a été de mieux en mieux toléré, et il avait accepté de le prendre (il parait que depuis cette affaire de Pau on ne laissait plus tellement le choix aux malades, ils étaient carrément incités à poursuivre leur traitement, au besoin les infirmiers se déplaçaient au domicile—quant au tuteur du gars, il avait carrément averti le médecin psychiatre que si cette situation venait à se reproduire, il le mettrait en cause directement au tribunal pour non assistance à personne en danger… le psy est parti ailleurs ensuite, remplacé par une dame )… et ainsi de suite … le jeune homme a poursuivi une vie assez tranquille, avec son traitement, et il allait de mieux en mieux, mais il a néanmoins continué avec ses addictions , et… voilà, fin de l’histoire … c’était pour dire un mot des psychiatres … j’ai vu, il y a quelques années, peut être 5 ou 6 ans, qu’une famille avait attaqué au tribunal un de ces psychiatres à la con, un de ceux du même genre que le psy tout puissant qui avait régné sur cette petit ville durant des années, parce qu’ils le tenaient pour responsables d’avoir déclaré qu’un keum allait très bien et qu’il pouvait mener une vie normale à l’extérieur, et ce keum avait carrément et immédiatement, dès sa sortie, assassiné leur fille … (je ne me rappelle plus exactement de quoi il s ‘agissait) … c’était juste pour parler de certains psychiatres, et comment ils peuvent se gourer …

C’est un peu comme les juges…il y en a qui sont excellents, vraiment, et d’autre, beaucoup trop nombreux, qui sont carrément médiocres et il faudrait des instances au dessus pour regarder tout ça de plus près… ce n’est pas normal que certains jouissent comme cela de toute-puissances qu’on ne puisse pas remettre en question, parce qu’il y a vraiment de graves gourances , mortelles … c’est trop grave ! 

Aujourd’hui, je lis un article repris par le site « Fdesouche »: un certain David Peterson avait foncé au volant de sa voiture, en 2017, sur la terrasse d’une pizzéria, tuant une adolescente et blessant plusieurs autres personnes. Ce gars-là était parait-il,  ce jour là « dans un délire de persécution » , dans une « camisole chimique » et sous l’emprise de stupéfiants… Il a été condamné à la prison à perpétuité ! perpétuité !  en lisant ça, tout de suite j’ai pensé à l’affaire Sarah Halimi , et je vois, immédiatement après,  que le site « Fdesouche » y a pensé aussi, parce qu’il a remis l’article sur cette affaire juste en dessous … on ne peut pas s’empêcher de s’interroger sur la différence de traitement de ces 2 affaires …  je vous laisse vous interroger … (l’affaire Peterson voit la condamnation que je cite le 15 avril, et l’arrêt de la Cour de Cassation concernant l’affaire Halimi et la non poursuite du type ayant eu « une bouffée délirante » est plus ou moins de la même date)… 

Non, ça ne passe pas, la « Bouffée délirante » …vraiment pas ! 

Il vaut mieux que je parle de natation : toujours à la piscine des Halles : en général, enfin autrefois, c’est, c’était, un endroit où je recevais des coups en quantité, tellement il y avait de monde. Là, c’est cool et calme, un bonheur …de plus, j’ai l’impression qu’il y a moins de ces resquilleurs avec des fausses attestations de ceci ou cela, pôle emploi, etc… 🙂 

Malgré tout, on retrouve des habitués : un monsieur, que j’aime bien, agréable et sympathique, qui faisait tout le temps du papillon (sans gêner personne) et qui maintenant nage aussi d’autres choses … 🙂 et hier, mon « copain » californien, que j’aime bien …qu’a-t-il fait , durant les confinements ? il est allé à New York, où c’était plus ou moins comme ici, et puis en Californie, voir ses parents, où il a pu nager , les piscines étaient ouvertes, et de nouveau il est à Paris… 🙂 

C’est un vrai grand plaisir, oui, de nager dans tous les couloirs, alors qu’en général, par exemple, je n’ose pas me risquer dans les couloirs du milieu, tellement les types font n’importe quoi… là c’est vraiment cool … 🙂 nager en 50m donne vraiment des sensations de grand espace … et l’eau des douches, à certains endroits, est carrément brûlante   🙂  de grands panneaux sont installés, demandant de prendre des douches savonnées, et maintenant ils ont placé des petits panneaux au bout des lignes , disant qu’on devait respecter une distance minimum de 1 m entre les personnes …  🙂 ouais … 🙂 

Dans la ville, c’est un peu le souk, en plus de la loose triste, tout fermé, bail à vendre partout…  les trottinettes toujours sur les trottoirs, avec les cons dessus, parfois à deux, parfois à trois ! faiche… les vélos aussi … par contre il y a moins de voitures, mais c’est parce que les gens télétravaillent (ceux qui ne télétravaillent pas, les prolos de plusieurs couleurs hihi, se déplacent autrement… ceux là s’entassent toujours dans les métros, ça, ça n’a pas changé, le métro est majoritairement africain maintenant,  🙂  et les régulateurs du métro continuent à envoyer une rame sur deux, parce que d’après eux, normalement, il devrait y avoir moins d’usagers…les mettre au tribunal, eux aussi, voilà à quoi on rêve, mon Cheval et moi… si si… j’ai lu, il y a 15 jours, un excellent article de Gilles Martin-Chauffier sur Paris Match, qui écrivait, avec des volutes élégantes ( on dit élégants ou élégantes ?) 🙂 ce que je racontais ici même de manière certainement moins élégante, mais 6 mois avant, c a d ce qui se passe sur la place de la Bastille, avec les réaménagements et le danger des pistes cyclables, les cyclistes cons et autres trottinettistes … 🙂 Martin-Chauffier a compris qu’on risque sa vie et ses abattis, quand on est piéton, à Paris, suite aux aménagements de la folle de l’Hôtel de Ville , la nana au cerveau dérangé … 🙂 quand j’étais très petite, je lisais les livres de la mère de Martin-Chauffier, je me rappelle … 🙂  elle écrivait pour les enfants … 🙂

Et hier : jeudi ! je me rends au métro Pigalle, j’avais un rendez vous dans le quartier à 17h30 : je prends le métro au sud, vers Clignancourt, pensant changer à Barbes et prendre la ligne Nation Etoile par le nord, pour aboutir au métro Pigalle .  Et puis, à Barbes, au lieu de changer , je suis descendue, pensant faire le boulevard à pieds, jusqu’à Pigalle : il y avait une sorte de descente de police à Barbes, avec je ne sais pas combien de cars de CRS, des contrôles à tous les coins de rue, dispersion de vendeurs à la sauvette, etc … il y avait un grand mec qui se la jouait Christ persécuté, qui tournait le dos à un attroupement de keufs en prenant un air crucifié, et c’était marrant de regarder les attitudes des uns et des autres (discrètement, en passant) … il y a toujours ceux qui se pensent dans des affrontements avec la police, ceux qui voudraient se rebeller, mais là ils n’étaient pas assez nombreux, ceux qui pensent encore et toujours que les keufs sont des ennemis de classe , alors que non, en fait …quant aux keufs, ils sont assez professionnels, faut dire, (il y a des nanas et des mecs) et gardent quand même un air supérieur et distant … 🙂 à mon avis, il vaut mieux, dans notre pays, se faire une raison : la police est là pour nous protéger , il faut qu’on se mette ça dans la tête. Bien garder ça en tête, et le rappeler poliment, à l’occasion…il n’y a aucune autre chose à faire ..;on ne va pas se battre contre la police, non ? on n’est pas dans une république bananière, dans une dictature, et la police est là pour tout le monde, en tous cas tous ceux qui sont en situation régulière ici… je comprends que ce soit difficile pour les autres, je comprends la situation du pauvre type qui est migrant et se retrouve ici complètement paumé…(et pour celui qui est en situation irrégulière, bien qu’il ne risque pas grand chose, seulement un faible pourcentage de migrants sont effectivement renvoyés at home il vaut mieux ne pas zoner à Barbès, ) je comprends sa situation, mais je n’ai pas de solution. je pense schématiquement qu’on devrait organiser quelque chose de plus efficace pour que les gens puissent rester dans leurs pays d’origine, aider à ce qu’ils puissent rester, si ils veulent de l’aide, mais ça ne pourra pas se faire sans qu’ils comprennent que les freins principaux (à mon avis) à l’établissement de régimes supportables pour eux et qui leur permettent de vivre dans une aisance matérielle sont leurs mentalités/religions et cultures. Nous ne pouvons rien faire d’autre pour eux, nous n’avons rien d’autre à faire aussi qu’à essayer d’être un peu moins cyniques dans nos politiques , ici en occident, mais nous ne pouvons rien faire d’autre, et personnellement je ne veux pas être envahie par des gens qui n’aiment pas la culture de mon pays, ou ne la reconnaissent pas comme étant meilleure que celle des pays qu’ils fuient. 

Donc, je passe à Barbes, et continue à pied sur le bd vers Pigalle, et ensuite, à partir de la place Pigalle, je redescend la rue Pigalle vers mon rendez-vous… j’ai appris ensuite par la radio, qu’au même moment un gars s’était immolé par le feu sur le quai du métro Pigalle , à 17h30, justement … à cette heure on ne sait pas pourquoi , ni qui était cette personne. Quelqu’un de désespéré ? un migrant ? qui était-ce ? 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation