De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Grande ballade (+annexes)

Grande ballade en banlieue, du coté de Villiers sur Marne, hier : rien que d’aller dans cette banlieue représente un petit voyage plein de surprises. L’odeur , d’abord, de brûlis , qu’on sent partout l’hiver en île de Francedès qu’on sort de Paris. c’est toujours le même paysage de fond d’hiver avec les lisières des forêts brunes, et un pâle soleil qui essaie de faire le gaillard sur les petites villes mélangées, grands ensembles et petits pavillons en meulière ou plus contemporains. Le Val de Marne n’est plus qu’une immense petite ville. on passe de Bry sur Marne à Villiers sur Marne sans s’en rendre compte. ce sont de petites routes sinueuses, parcourues par les bus à grand fracas, et je suis quand même étonnée, comme toujours, par le nombre de voitures qu’il y a partout, en plein après-midi. Qu’est ce que je foutais là ? à la recherche d’une piscine, peut être ? ben non … 🙂 j’étais là, c’est tout.  je suis venue par le RER A, et ensuite, après avoir fait ce que j’avais à faire,  je suis  repartie à l’aventure, prenant le premier bus qui passait.  🙂  mon idée était d’aller jusqu’à Joinville le Pont, (RER), mais en arrivant aux Boullereaux, à Champigny sur Marne (tout est « sur Marne » là bas), j’ai vu qu’il y avait une gare RER, et j’y suis allée. 

Cette gare domine un grand quartier d’immeubles, très en contrebas, et entre le quai (protégé par un grand mur de Plexiglas ou de verre) et ces immeubles, il y a une sorte de forêt, avec des arbres, et un tapis de plantes sauvages, de la végétation très serrée, des épineux. Et plein plein de détritus, jetés depuis la gare sans doute, personne n’a jamais l’idée de nettoyer…En attendant le train (15 minutes), tandis que d’autres trains passaient sans s’arrêter, je regardais cette végétation en m’imaginant par exemple dans une situation désespérée où je devrais dévaler cette pente pour retrouver la civilisation, et comment je pourrais m’accrocher à cette pente jusqu’aux immeubles plus bas, dont on apercevait seulement les toits, et quelques bagnoles dans les parkings.

La gare se remplit peu à peu de pas mal d’autochtones de la diversité qui chahutaient, et le train arriva. Le RER de la gare Joinville et celui de la gare des Boullereaux, ce n’est pas la même ligne. On peut changer de ligne à la station e correspondance Val de Fontenay, mais l’un va vers Châtelet/Les Halles et continue vers l’ouest, alors que l’autre a son terminus à Paris Saint Lazare , en passant par Pantin et Rosa Parks (station de tramway aussi) : « Pantin ? » me dit mon cheval , « mais alors nous serions tout proches de la piscine Hermant, et ce serait calculé pour y arriver et nager 1h juste avant la fermeture proche du Couvre feu (il faut vraiment se pincer fort pour arriver à tenir compte du couvre-feu)… donc, direction Pantin, 2 ou 3 stations avant Saint Lazare.

Le RER traverse des banlieues qui ne sont pas tout à fait celles du 94 : on sent (ou on croit sentir) que c’est un peu différent, Rosny Sous bois, etc… la clientèle n’est pas tout à fait la même non plus, à mesure qu’on se rapproche du  neuf-trois, j’ai trouvé que c’était vraiment sensible, oui (j’étais arrivée par le RER A depuis la Gare de Lyon) … je comprends aussi pour quelle raison la gare Saint Lazare, peut être plus que la Gare de Lyon, par exemple, ou la Gare Montparnasse, a cette configuration de populations de la diversité plus rebelle… (les circonlocutions pour dire un truc… ) 🙂  ce sont juste des sensations, des impressions, au premier degré…  😉   le train est excessivement beau et neuf, tout propre, pas un graffiti, aéré, avec des sièges très confortables, beaucoup plus que celui du RER A que j’ai pris à l’aller. Comme dans les TGV, il y a 2 grands modules, et non plusieurs, comme dans le RER A,  et on peut circuler dans plusieurs rames à la suite sans problème. Avant d’arriver à Rosny,  grosse opération de contrôle des titres de transport, de nombreux agents , appuyés un peu plus loin par une unité de keufs et keufettes (armés) . Le truc rigolo, c’est que, dans une des gares, apercevant les contrôleurs, plusieurs personnes se sont dispensées de monter dans le train, et on continué de rester sur le quai… 🙂  🙂

Pas loin de moi s’asseyent 3 jeunes personnes très grandes (les nouvelles générations de la « diversité  » venue d’Afrique sont des individus souvent très grands, je constate ça en ce moment. Là, les 3 jeunes filles , très « lookées », jolies et bien habillées, portaient toutes un petit chignon « Bun » en hauteur , assez travaillé, du plus bel effet… 3 mannequins… j’imagine qu’elles doivent avoir plus de facilités que les mecs pour se fondre dans le paysage et s’approprier  la société moderne , même mouvante.

Ce qu’on voit pas mal aussi, (enfin de temps en temps, pas tout le temps quand même…) mais qui est beaucoup moins intéressant, à mon avis, ce sont des femmes voilées africaines, qui font au moins 1,90, voire 2m … 🙂 mon cheval se demande si ce sont des mecs déguisés, ou quoi … 🙂 

J’arrive à gare de Pantin : complètement perdue, je n’étais jamais venue à cet endroit. Quelqu’un me dit de suivre le canal, qui menait directement à Paris , je ne sais même pas de quel canal il s’agit . Il y a un canal, à Pantin ? tiens ! 🙂

J’aperçois une sorte de complexe, et je reconnais quand même les « Grands moulins » de Pantin…bon… le quartier a l’air sympathique, de bric et de broc, avec des sortes de restes industriels, on ne peut pas passer partout, et j’aperçois le tramway qui passe là, il semble que ce soit une sorte de déviation de la ligne principale, qui passe au dessus du canal justement (le canal est très large à cet endroit, beaucoup plus que dans Paris, peut être s’agit il du canal Saint Martin, ou alors c’est le canal de l’Ourq, hein…  😉  va savoir… 

Donc je prends le tramway, en me disant (je crois me rappeler) que je dois descendre à « Butte des enfants rouges » ou « Butte rouge » , car je crois me rappeler un jour être arrivée à cet endroit depuis la piscine Hermant.Ce nom m’a toujours fascinée… il y  a aussi un nom comme ça, avec « Rouge » quelque part au dessus du Marais…  exploration… 🙂 les enfants rouges, qu’est ce que ça peut être … ? ne pas regarder sur internet garde le mystère … 🙂 on pense à quelque crime … » la Butte rouge, c’est son nom … « … (paroles de chanson) d’où ça vient, ça ?  🙂  ****

Donc c’était bien le bon chemin… direct, 10 minutes d marche jusqu’à la piscine Hermant …j’ai noté un truc aussi, parce que j’ai demandé, hier, mon chemin à plein de gens: les gens sont ravis qu’on leur demande quelque chose (sauf un ou deux crétins qui s ‘imaginent je ne sais quoi, qu’on va les taper, peut être et ne t’écoutent même pas), etc certains font même un bout de chemin avec toi pour te montrer la direction … 🙂 

Piscine Hermant : ouverture à 16h30, et sortie du bassin à 17h30 ! c’est à dire qu’avec la vérification des passeports (hihi) je veux dire des papiers et tout et tout, on est dans le bassin à 16h48… et de toutes façons, le problème dans cette piscine c’est qu’ils méprisent complètement le public… là, il y avait 2 lignes (lignées avec brise vagues) pour les nageurs de haut niveau, et 2 entraineurs— (normalement ils n’auraient pas dû se trouver là, à mon avis, car ce n’était pas le niveau le plus haut… et tous les gosses sont interdits d’entrainement depuis samedi… mais bon, tant mieux pour eux s’ils peuvent s’entrainer) , sauf que, à l’autre bout du bassin, pas de lignes du tout, et au milieu, des flotteurs, et ça, ça m’a tellement gonflé (qu’ils mettent des brise vague partout et arrêtent de brimer les nageurs qui ne sont pas le « très haut niveau », m… ) que je ne suis restée que 15 minutes, pas possible de nager sur le dos, il y avait toujours quelqu’un pour me rentrer dedans… j’ai trouvé ça incroyable , que dans cette piscine sportive, et alors que les gens qui ont l’autorisation de nager en ce moment sont tout sauf des barboteurs, on se permette de ne pas ligner une partie de la piscine… en partant, je rencontre un garçon que je connais depuis longtemps, et que je rencontre au fil de l’eau des piscines  : il a une énergie de fou : il est à la fois professeur d’école, acteur de théâtre, musicien (il fait des spectacles ), et aussi , là je vois qu’il donne des cours de musique… 🙂  … 🙂

Je voulais rentrer à pieds : le gong a sonné à 18h, j’étais du coté du bâtiment du Parti communiste, et c’est là que j’ai appris, par la radio,  le décès d’un acteur très connu du cinéma français …mon cheval m’a demandé ce que  ça me faisait… (tout le monde avait l’air de le regretter beaucoup) … je regrettais moi aussi, parce que la mort est une chose nulle … cela dit, je m’en fichais un peu, je n’étais pas spécialement admiratrice de ce comédien,  qui devait surement être sympathique… « les gens n’arrêtent pas de mourir en ce moment », me fait mon Cheval … 🙂 oui, c’est nul !  et on a continué comme à à pieds jusqu’à Goncourt, où on a sauté dans le 75 qui passait… il y avait encore plein de gens partout à 18h30, et puis vers 19h un peu moins, mais beaucoup de voitures… il parait qu’ils ont mis le couvre feu à 18h pour éviter l’effet « apéro »…je peux leur dire que maintenant  l’apéro , ben c’est de 17 à 18h… 

Fontch… dégge !

——- 

Mardi

——-

**** la station de tram c’est « Butte du Chapeau Rouge »; c’était le nom d’une ancienne guinguette du Pré Saint Gervais , où se tint une fois un énorme rassemblement de 150.000 personnes —qui dit mieux—(appelé par Jaurès) contre un projet de loi , ou une loi (je viens de lire Wikipédia) voulant mettre la conscription à 3 ans au lieu de 2, et c’est en souvenir de la commune de Paris que les manifestants adoptèrent ce nom.  Les « Enfants Rouges » c’est le nom d’un quartier dans le 10ème… où se trouvais autrefois un hospice pour enfants orphelins et trouvés/abandonnés ,fondé par marguerite de Valois… on les appelait comme cela, ces enfants, parce qu’ils étaient vêtus d’une étoffe rouge, et cette couleur était à l’époque celle de la charité chrétienne. Enfin, la « Butte Rouge »est une chanson qui fait référence à  la Butte Bapaume, dans la Marne, lieu de batailles sanglantes durant la 1ère guerre mondiale.On croit toujours (ce que je croyais aussi) que c’est une référence à la Commune, là aussi, mais non…  🙂

ROUGE, ROUGE, ROUGE

Today, de nouveau nager à Hermant, je n’ai pu faire autrement, toutes les piscines étaient fermées, et une ou deux autres avaient complètement changé d’horaires, avec des trucs fantaisistes, sans compter celles qui ne répondirent pas au téléphone. 

Ma radio (MP3) de poche est tombée today dans l’eau et du coup, même si elle fonctionne encore, personne ne peut la décrocher de France infos, et on ne peut pas la fermer non plus. 🙂 A part ça, ces derniers jours, je me suis tapée du Vianney (une chanson où j’ai cru comprendre qu’il était question d’un « beau papa »…ça m’ennuie fortement, même s’il a de l’énergie …passez moi de la pop américaine ou anglo saxonne ! passez moi un vieux Chuck Berry, ou Lady Gaga, ou Katy Perry, ou The band, etc… c’est du chewin gum, le Vianney, même s’il est sympathique…  tous ces trucs français, entre 2 raps efficaces et racoleurs  , c’est souvent une ritournelle qui te donne peu de plaisir et s’insère dans ta tête entre 2 publicités pour un hybride, c’est terrible…quand on n’a pas Vianney , on a Carmélite Giovanna, pardon, Camélia Jordana… elle a encore dit une connerie, ces derniers jours, et tous les Médias se sont jetés dessus… disséquant le truc… avec tous la même conclusion, d ‘ailleurs, à savoir qu’elle est conne à mourir, mais ils ne le disent pas comme ça…  🙂  Je préférerais qu’ils n’en disent rien, parce que cette petite maligne, qui est en perte de vitesse, a bien saisi le truc pour qu’on parle d’elle … à cheval sur la connerie générale, elle appuie bien fort… j’ai vu une vidéo récemment, de je ne sais quelle remise de prix du disque (je ne sais même pas si on appelle ça comme ça maintenant) : elle était en concurrence avec Je ne sais qui , et c’est Je ne sais qui qui a eu le prix (j’étais contente, rien que de voir sa tête pas contente—bien qu’elle ait tout de suite masqué sa grimace, et félicité le (ou la) vainqueur…) 🙂  bien fait pour cette tarte…et alors on se farcit un peu trop souvent ses mélopées-bouillies sirupeuses, (chaque chanson ressemble à la précédente, chewin gum là aussi), et tenaces, à la radio, là aussi ça s’accroche au brain, (je vais essayer de parler façon Jean Claude van Damme de temps en temps  un authentique inventeur… 🙂  ) et ça dure, ça dure…je coupe la radio en attendant que ça passe… qu’elle nous lâche aussi, celle là… un petit talent tellement minuscule que c’est comme s’il n’y avait rien… bien opportuniste… beurk.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation