De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Vendredi

pingouin artistique photographié dans une vitrine place des Vosges ( j’intitule ça today : Pingouin contemplant les fantasmes de Matzneff … ) 🙂 

Même la grève ne les rebute plus : je suis restée 3 minutes près de la caisse de Berlioux, que des gens qui rentraient sans payer, avec des documents divers. la France entière est au chomdu… surtout les jeunes gens, on dirait (jusqu’à 35 ans… 🙂 …) l’avenir : quelques personnes qui bosseront pour tous les autres, et jusqu’à 70 ans, s’il vous plait ! pour payer les retraites ! 🙂 les autres vivront de boulots au noir, couplés avec les minima sociaux… 🙂  tous ces gens qui entrent gratuitement se transforment en bourrins dans les lignes : à un moment (heureusement, ça n’a pas duré), on était de nouveau plus de 12 dans ce couloir de natation, et puis ils sont tous partis les uns après les autres, assez vite, en fait : nous sommes restés 5, avec 2 nageurs de club , un garçon et une fille, trés trés motivés, on dira, qui faisaient un programme … 🙂 j’ai été contente de voir que je pouvais suivre la nana, en brasse, cela dit, ils nageaient plus vite que moi. le gars fonçait comme si sa vie en dépendait, et la fille était derrière. Un monsieur que j’aime bien, qui fait des longueurs en papillon avec beaucoup de constance, a échangé quelques paroles avec moi : il trouvait que le gars (avec un bonnet blanc signé d’un club de banlieue) nageait bien… mais je lui ai dit que, pour moi, ayant regardé des entrainements d’équipes premières durant des années, les bons , vraiment bons nageurs, la classe internationale, ce n’était pas ça… ce monsieur m’a dit qu’il aimait bien, lui, le coté bourrin (à un moment, les deux faisaient des sprints, il n’y a rien de mieux pour améliorer la vitesse, dit on , c’est le credo des entraineurs…sauf avec moi… 🙂 tous les sprints que j’ai pu faire dans ma vie n’ont jamais vraiment amélioré ma vitesse…pas significativement, en tous cas… ) donc, lui, il aimait bien, mais il ne comprend rien à la VRAIE natation, le top natation… 🙂 je lui ai expliqué que j’avais vu, dans mon ancien club, où il y avait une section équipe 1 performante certaines années, ainsi que des visiteurs d’autres clubs ailleurs dans le monde, des nageurs excellents : ce qui les caractérisait, en dehors des moments où ils faisaient des sprints, c’était le fait qu’on avait tout le temps l’impression qu’ils nageaient lentement, sauf qu’ils étaient plus rapides que tout le monde… 🙂 c’est ce que moi j’essaie de faire : je pars du principe que il n’y a pas de raison pour que je n’arrive pas, à mesure que je prends de l’âge, à atteindre le même niveau qu’une personne qui aura commencé petite et acquis des acquis qu’on acquiert dans sa jeunesse…voilà… un qui commence jeune aura un avantage énorme sur un qui commence plus tard, mais il faut que, par exemple à 60, 70 ou 80 ans, ou 90 ans, ou 100 ans, tiens, les différences entre les deux, à supposer qu’ils aient continué à nager, deviennent infimes… c’est la technique qui doit donner ce résultat… donc voilà, je travaille la technique à fond. j’ai une panoplie de recommandations ,de mes copains entraineurs ou excellents nageurs (j’en connais un qui a été champion de France en dos…)  pas beaucoup, que j’applique systématiquement… 🙂 entrainée par le mouvement, je me suis remise au crawl à fond, même avec le bras un peu à la traine : à un moment, j’ai complètement oublié qu’il y avait eu ces problèmes, le bras était tout chaud, mais immédiatement après, je me suis demandé si je n’allais pas le payer à un moment ou un autre, plus tard…je pense aussi que le petit problème à ce bras provient de sa position qui n’est aps excellente…pas trés souple des épaules , de cette épaule…si j’essaie d’améliorer ça, je vais moins vite, alors pas trés possible quand il y a un grand nombre de bourrins qui poussent dans la ligne.  C’était impossible d’aller lentement, avec ce qui se passait dans le couloir.  🙂  j’ai l’impression que de plus en plus les nageurs de club trouvent plus simple de venir nager à Berlioux que de s’inscrire en club, hélas… 🙂  on sentait en tous cas que les agapes de Noël et le champagne leur pesaient , et qu’ils voulaient éliminer ça… personnellement, (sauf quand je suis avec d’autres personnes), j’ai tendance à jeûner au moment de Noël/jour de l’an…mon Cheval et moi on mange un brouet, c’est tout, tandis que mon Mari avale une soupe en sachet industrielle (hum…délicieux … avec croûtons incorporés, le même genre de soupe qu’on trouve dans les distributeurs de boissons chaudes, il adore ça…)  donc, que disais-je ?  tout cela sur fond de polémique Gabriel Matzneff—il n’a jamais été aussi célèbre, Matzneff— , où tout le monde découvre que le monde est parsemé de pédophiles qui poussent comme des marguerites sur un pré au printemps, (hé ! Matzneff n’est que la partie visible de l’Iceberg ! 🙂 je n’ai jamais rien lu de Matzneff, je me rends compte, ça ne m’a jamais rien dit, par contre, en ce qui concerne , comment s’appelait-il, ce photographe qui photographiait tout le temps des jeunes nanas blondes  » nordiques aryennes » en floutant leur entrejambe à peine pubère,  légèrement voilée d’une gaze… … le gars qui passait ses étés à saint Tropez(on le voyait aux terrasses)  , et qui n’était pas terrible physiquement, (carrément moche, hennit mon Cheval… ) , comme  Matzneff, d’ailleurs … (le même genre de tête, même)… en ce qui concerne ce keum-là, même si quelques personnes s’extasiaient sur ses photos en les trouvant jolies, (oh ! c’est ravissant ! je vais accrocher ça dans la chambre de ma fille adolescente !) 🙂 j’ai toujours pensé que c’était de la daube… pareil pour le gars dont j’ai parlé il y a 48 heures, celui qui voyageait « en solitaire » dans les pays d’Asie du Sud est, et qui était amateur des petites filles thaïs… ses chansons, sa musique, je n’aurais jamais donné un kopeck pour ça… vieux noc !  mais bon, ils ont le droit d’exister , comme tout le monde, comme tout ce qui est déviant, ou pas… et tant d’autres… mais si on cherche tout ce qui dans la littérature ou dans l’art est susceptible de n’être pas politiquement correct, on n’a pas fini… Tiens, par exemple, Balthus … 🙂 Mes impressions, à propos de Balthus ? je me rends compte que, dès qu’il y a , en peinture, ou ailleurs, cette obsession sexuelle,  je dirais explicite, à plus forte raison pour les petites filles ou les petits garçons, que ça se voit, je veux dire, déjà je n’aime pas l’artiste …il m’ennuie…  je le laisse à ses obsessions, parce qu’elles prennent le pas sur l’appréhension du mystère (je ne sais pas comment dire) , parce que les obsessions sexuelles sont des dead end streets, des impasse (pour moi)… par contre, si « l’appréhension du mystère » est, dans l’oeuvre, plus importante que toutes les scories sexuelles qui obsèdent l’artiste, à plus forte raison s’il en est le jouet, , alors je peux vraiment aimer, si la forme possède une beauté…voilà, la beauté … les photos de Hamilton ne sont pas belles … les chansons du gars qui voyage en solitaire ne sont pas belles, pas spécialement, c’est de la musique de gare, aussi, il n’y a pas de force, ça ne laisse pas de traces, les livres de Matzneff ? je ne sais pas… je ne sais pas, il manque terriblement quelque chose… on dirait que sa sexualité, à ce monsieur (Hamilton) , qui en a fait le centre de sa vie, occulte tout chemin qu’il pourrait faire vers la beauté… par contre, (en référence  aux surréalistes, puisque Balthus était leur ami), Delvaux , qui a peint des cohortes de nanas presqu’à poil, est grand, pour moi, à cause de l’atmosphère étrange qui se dégage de ses peintures, atmosphère qui n’a rien à voir avec une quelconque obsession sexuelle  (qu’il avait surement, mais ce n’est pas le sujet)…  de même Magritte… ou Dali… Dali est plus fort que ses obsessions sexuelles… 🙂 des tableaux de Bellmer, un autre « surréaliste » , dans lesquels pas mal de gens voient des choses , des formes sexuelles, (on dirait qu’il peint éternellement une paire de c…  🙂 …) bon, j’exagère, on dit qu’il peint l’inconscient … 🙂 sont pas mal, intéressants (il ne nous fait pas suer avec ses obsessions— lui, on dirait qu’il poursuit ses obsessions comme si on n’était pas là… (et ça, pourquoi pas …) alors qu’avec Hamilton, on est toujours là, malheureusement … 🙂 …avec Balthus, il y avait en plus autour de son oeuvre un peu « sulfureuse », une « reconnaissance » des surréalistes, mais moi, par exemple, j’essaie toujours de regarder ce qui peut me plaire, dans la forme de Balthus—il est figuratif, j’aime bien— ce qui va m’éloigner de sa sexualité..;par exemple, le tableau avec la petite fille alanguie peut plaire à n’importe quel vieux cochon, et je reconnais qu’il y a un truc lascif qu’on ne peut aps ne pas voir, mais le tableau où simplement un jeune homme arrive au coin d’une rue (et je crois qu’il y a aussi une petite fille dedans, mais c’est plus anecdotique), me plait beaucoup plus, parce que on sent Paris, et l’été dans les années où ça a été peint, je ne sais pas trop lesquelles, mais un Paris ancien… donc ça, c’est pas mal… il ne nous inflige pas tout le temps son obsession des petites filles, c’est déjà ça… 🙂  (c’était bien d’être « sulfureux » , voire pédophile, au siècle précédent, voire avant… … bien avant mai 68 et les enfants de l’après guerre, il y avait une touche de parisianisme culturel avant gardiste (y compris chez les surréalistes), avec l’érotisme , bla bla (ça m’a toujours cassé les pieds, leurs trucs « érotiques » , comment s’appelait-il, ce surréaliste, qui faisait dans l’érotisme ? Bataille …un gars que tout le monde porte aux nues, et que je n’ai jamais lu… je ne suis jamais tombée dessus… 🙂 l’érotisme… il faudrait que je lise un truc, un jour… dans la lignée de l’érotisme chic, et donc de la pédophilie qui peut en découler, on avait pas mal de gens qui se croyaient permis d’attaquer, carrément, (je veux dire : en vrai) d’essayer de forcer… si. si, j’ai le souvenir de certains trucs, alors que j’étais trés jeune, (à Saint Germain des Pieds, figurez-vous) rencontrant certains vieux de cette intelligentsia , plus vieux que moi, en tous cas, et trés expérimentés, faisant des tentatives assez violentes pour assouvir leurs fantasmes… mais je ne suis pas du genre à trouver un écrivain, un acteur ou  un peintre connu séduisants juste parce qu’ils sont connus ou ont un peu de talent, et c’était mon poing dans la g… direct… 🙂  en tous cas pour ceux qui insistaient… ou alors je me tirais, trés vite…  incroyable, avec tout ce que je lis en ce moment, je me rappelle … incroyable, ce qu’ils pouvaient insister…une fille trés jeune pouvait les rendre fous…  néanmoins, je pense qu’on peut leur foutre la paix, avec le tribunal médiatique, à tous ces vieux nocs, tels Matzneff… Il faut simplement être intransigeants avec le passage à l’acte … pas question de toucher aux enfants . Prison, si c’est le cas… pour le reste, chacun doit avoir la liberté de ses fantasmes, même glauques, on s ‘en fout. on aura déjà beaucoup à faire à sanctionner les passages à l’acte… il y a tant d’enfants abusés, et tant de femmes aussi, des pays entiers mettent des entraves aux femmes, juste parce que ce sont des keums qui décident de tout… il y a tant de gens tués, torturés, massacrés, dans le monde, alors les vieux fantasmes des vieux nocs, qu’ils se les gardent, ne sanctionnons que le passage à l’acte, (pas la peine de leur dire que ce n’est pas bien, tout ça, ils s’en fichent…ils ne voient pas… leur teubeu leur sert de cerveau… ils pensent que toutes les bonnes femmes qui les attaquent sont des rombières qui ne comprennent pas la littérature et l’art…  ) mais faisons le vraiment, je veux dire, sanctionner les passages à l’acte, actuellement ce n’est pas le cas… et puis, interrogez vous aussi sur le fait que dans nos sociétés modernes, il y ait tant de ces vieux nocs, je parle de tous ceux qui ont des sous plus que les autres ou du pouvoir, qui prennent comme « épouses » des nanas de plus de 20, 30, ou même 50 ans de moins qu’eux… il y en a tellement … tous, presque (il ne s’agit certes pas d’interdire, il s’agit d’étudier tout ça) : c’est intéressant, sociologiquement : 🙂 d’une part que des nanas de 18 ans trouvent intéressant d’aller au lit avec des gars qui pourraient être leurs grands pères… hihi … les peaux flétries,  l’haleine triste, les zigounettes fléchissantes … 🙂 etd ‘autre part que des gars de 70 ans ne se trouvent bien qu’avec des filles aux fesses jeunes … 🙂  (en tous cas, me dit mon Cheval, ceux-là ont au moins la pudeur de ne pas essayer de se faire des filles plus jeunes … mais peut être y pensent -ils … ) oui, c’est trés intéressant  : surtout pas interdire, ou même critiquer, juste REFLECHIR là dessus, la sexualité, et tout ce qui se trimballe avec … 🙂 

REFLECHIR à ce cadeau empoisonné qu’est la sexualité : une sorte de corde au bout de laquelle la Nature nous fait danser … les religions, tout ça, c’est (selon mon Cheval) le pur produit de la sexualité additionné à notre peur de la mort…ça donne ça… la religion, son cortège dé trucs mortifères …enfin, je vois ça comme ça… et puis, qui n’a rien à voir, mais qu’est ce qu’il m’a dit, mon Cheval, encore, le jour de l’an ? il est arrivé à la conclusion que la gauche, (on passe à autre chose, là…) , la gauche, enfin cette caricature de gauche qu’on a  en ce moment c’est « la fin justifie les moyens »…bon, je développerai un autre jour… 

Et je voulais dire un  truc, encore : à propos de Sade , devant lequel se pâment pas mal de personnages de l’intelligentsia française, justement, c’est intéressant, à la lumière des histoires actuelles, Matzneff et compagnie : ça m’ennuie. terriblement, Sade, ce qui n’empêche que ça devait être un personnage intéressant, en son temps… ça aurait peut être fait un bon copain… 🙂 j’ai essayé de m’intéresser , à Sade… je n’y suis pas arrivée, ça me semblait répétitif, et beaucoup moins intéressant en tous cas , instructif, que n’importe quelle revue pornographique, (au cas où on tombe dessus par hasard, évidemment) … le seul qui soit allé à l’encontre de cette révérence de bon ton qui accompagne les écrits de Sade, c’est Michel Onfray … il trouve ça nul, de  jouir de la souffrance d’un autre, d’une autre… moi aussi, voilà… que du mépris pour ça… soit Sade a réellement fait le genre de trucs qu’il n’arrête pas de décrire dans ses écrits, même si c’est seulement un dixième, c’est encore beaucoup, soit il a tout inventé… 🙂 

Il y a dans le milieu littéraire français actuel (les 40 dernières années, y compris Robbe Grillet et compagnie) , quelques messieurs et dames qui nous ont informés des grandes jouissances qu’ils, qu’elles,  tirent de leurs pratiques sexuelles  bien étalées…grand bien leur fasse… Les moments où ils parviennent à réellement nous émouvoir sont absolument rarissimes… littérature ou pas… (il faut scruter tout ça avec une loupe, ils feraient mieux de la boucler, en fait, ce serait plus érotique)…(mais je ne connais pas tout, loin s’en faut, le plus souvent je ne regarde même pas)   la chose qui m’intéresse, moi, n’est pas là… je ne sais d’ailleurs pas où elle est… mais ni la cruauté, ni la description détaillée des émois, (sauf rarement), ni même la vision de ces moments-là au cinéma grand public, ne sont bandants, je dirais. Le porno tout simple, adulte, est encore se qui se fait de mieux, me dit mon Cheval , cet horrible animal, qui connait tout !  🙂   est ce que je vais laisser cette phrase ou pas …  oui… 🙂  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation