De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Mercredi, je change de piscine

La rue des Noyés, à Belleville . Photo C. LEBRANCHU

Je vais à Belleville, où se trouve mon keymaker préféré, un petit monsieur Viet-namien qui fait des prix excellents et un bon travail : dans sa minuscule échoppe, une rue parallèle au Bd de Belleville, entre le  métro Goncourt et le métro Belleville , des chaussures, (modestes, et on se demande pourquoi les gens les font ressemeler au lieu d’en acheter d’autres, comme tout le monde maintenant) , des semelles, des lacets, des talons, des clefs en tableau, quelques machines marchant à l’électricité, et un écriteau de sa main qui explique naïvement pourquoi il ne fait pas crédit . 

Je débarque au métro Belleville, et soudain me rappelle qu’il y a une excellente piscine juste là, à coté, la piscine Nakache, du nom de celui qu’on appelle le « nageur d’Auschwitz », et j’y vais :

Alfred Nakache nageait à Toulouse, la ville rose, avant la guerre, il fut plusieurs fois  champion de France et détenteur de records de France et, je crois, du monde. Il était né à Constantine dans une famille juive, et fut déporté à Auschwitz d’abord et ensuite à Buchenwald . A sa sortie des camps, il pesait 40 kgs, ce qui ne l’empêcha pas de retrouver sa forme et un palmarès de nageur dans les années 50, notamment avec Jean Taris, autre nageur de cette époque. Sa première femme et sa petite fille disparurent dans les camps, il ne les revit jamais. 

A Auschwitz, les allemands s’amusaient à lui jeter un poignard dans le fond d’une fosse remplie d’eau, pour qu’il aille le chercher…les nazis étaient au spectacle, quoi …Mais Nakache a dit plus tard qu’il avait tenu le coup parce qu’il arrivait quand même à nager dans cette fosse …(la natation lui a servi de fil pour se tirer d’une mauvaise situation, comme pour moi, toutes proportions gardées …) 🙂 

On a de la peine à s’imaginer des horreurs comme ce qui s’est passé au 20ème siècle … il me semble que ça n’a jamais été pire … peut être au 21ème, on verra… mais le 20ème ! d’abord la  boucherie de la grand guerre, des millions de morts, des gars qui auraient changé notre paysage d’aujourd’hui si ce truc ne s’était pas passé…ensuite le dément à la balayette coupée sous le nez, quelque chose comme le Mal absolu, le bien-aimé de la sale mort, là aussi, difficile d’y comprendre quelque chose… Des millions de morts ! et une descendance ! ensuite on a Staline, Pol Pot et les tyrans des régimes communistes, dont un qui perdure actuellement en Corée du Nord, et on se demande pourquoi les nations ne se liguent pas pour lui faire lever le siège, la Chine en premier … Alors qu’on se croit sortis de l’auberge, et que les années bonheur vont se succéder en occident (oh, les douces années 50 et 60, 70, à l’ouest !  … des parenthèses enchantées… ) ensuite, eh bien ça continue, personne n’apprend jamais rien…il y a , à chaque méga catastrophe, 0,0000000000000000000000 1 personne qui se change et c’est tout, le reste continue ses conneries …  sur fond de Sida, et de guerres et de famines, de tyrans africains , de potentats ailleurs sur la planète, ailleurs qu’ici en Europe, etc …, de racisme d’Etat (Afrique du Sud, et aussi le pays de Mugabe, dans l’autre sens … personne n’apprend jamais … ), on a une idéologie religieuse  latente que personne n’a vue  venir, qui se met à éclore et faire des petits, pratique avec bonheur ce qu’elle reproche aux autres, la « discrimination »,  dans le mouvement schizophrène  du serpent qui se mord la queue parce qu’il n’a que cela pour paysage, et se propose de conquérir le monde, avec ce vieux scénario éculé qui a déjà servi de trame plusieurs fois, et qui est la base quand on veut un pouvoir de dictature : l’assignation de la  femme à un rôle voulu de toute éternité, « naturel », la pureté de la race, de la croyance en Dieu,tu parles !  la haine plus délicieuse que l’amour, tu m’étonnes ! et le sang, la violence, le mensonge, histoire de nous faire regretter d’être nés à cette époque, justement …  Fonche !

Ne pourrait-on,  en voyant que la balance penche toujours soit d’un coté soit d’un autre, dans un déséquilibre permanent , arriver à stabiliser tout cela : le fléau au milieu … 🙂 un peu de calme dans un monde de brutes … 😀

A la fin de sa vie, Nakache  nageait toujours 1km par jour, dans le port de Sète, et c’est à la suite d’un de ces entrainements qu’il fit un malaise et disparut dans les années 80. (je sens que c’est ce qui m’attend ! 🙂 je vais mourir en scène, moi aussi, enfin, je veux dire à la piscine … 🙂

Ils ont donné le nom de « Nakache » à plusieurs piscines, dont celle de Belleville, parce qu’autrefois ce quartier avait vu disparaitre dans les camps une nombreuse population d’origine juive (la chanteuse Régine ést née à Belleville, par exemple ) …

Comme Paris change et se transforme…Mon Cheval devient un Cheval émerveillé quand il marche dans Paris … 🙂  L’histoire de Paris est passionnante … Je me sens  bien au coeur de la ville  😀  🙂 

Toujours les 68.254 casiers et les 57.813 cabines, tous vides pratiquement car il n’y a presque personne nulle part, et pas de leçons dans le bassin…Quelques MNS inconnus tapent la conversation, assis sur leurs fauteuils, et je plonge directement dans un des couloirs, je suis seule…Sauf que l’eau est vraiment froide (après, je verrai qu’elle est affichée à 27, mais à mon avis, c’était plus près de 26°. Comme il fait glacial partout, c’est un peu dur au début, mais je me réchauffe , parce que je n’arrête pas, je fais même les virages , 2 nageurs dans le couloir d’à coté, et peut-être 3 ou 4 autres en plus dans toute la piscine. J’enchaine, je n’ai pas froid, ça roule, ma poule, mais soudain voilà quelques gosses qui arrivent, prennent une ligne pour une leçon, et nous sommes obligés de partager le reste, ça devient plus compliqué, Il faut doubler, s’arrêter au bout pour visualiser le trajet (des gens de forces disparates nagent dans la ligne), du coup je me refroidis, d’autant plus que je prends une planche pendant 5 minutes … j’ai froid de nouveau, donc je vais dans le petit bassin à coté : juste ce qu’il fallait faire, LE PETIT BASSIN EST A 31° ! génial ! il y a en plus des jets d’eau (3 en tout) très forts qui te massent le dos, les fesses, les jambes, tout , c’est trop génial ! 3 personnes en tout dedans, paradis. Chaud ! je discute avec un gosse qui est là, avec un bonnet du SCUF. il doit avoir 9 ou 10 ans , et pense qu’il n’a plus rien à apprendre en natation, parce qu’il a fait une saison au SCUF, ici à Nakache . (le SCUF est basé dans quelle piscine, déjà ? est-ce Vallerey ? qui est fermée, leurs entrainements sont-ils à Nakache, du coup ? je ne me tiens plus au courant… )Il ne peut plus suivre les entrainements à cause de ses horaires à l’école… je lui montre des trucs pour flotter dans l’eau : il a beaucoup de force et d’énergie, mais il ne sait pas trop comment les utiliser. Il a un nom que je ne retiens pas, qui n’est ni Mathieu ni Georges, ni Gauvain,  et il a une bonne tête de gosse sans problème  😉 chaque fois que je parle à un gosse, comme ça, je me demande toujours si c’est permis ou pas, si les parents vont fondre sur moi ou m’examiner à la loupe … je suis sure que les parents disent aux gosses de ne jamais parler à des étrangers,( je les comprends), et c’est d’une tristesse sans nom, cette atmosphère qui plane sur les relations étrangers/enfant…    j’adore savoir ce que pensent les gosses de telle ou telle chose, de la natation, par exemple, c’est toujours intéressant, surtout quand  les parents ne sont pas dans les parages … ce môme-là était tout seul à la piscine, et il n’avait pas l’air trop polarisé … En tous cas, son bonnet SCUF appelait des commentaires … 🙂

La rue des Noyés, à l’extérieur, n’arrête pas de se pasticher elle-même : toujours quelque chose de nouveau chaque fois que je viens à Nakache : la rue est connue pour ses jarres et poteries en mosaïques à l’extérieur, pour ses tags aussi, et là, une nouvelle grosse poterie où l’artiste a sculpté des têtes de mort, un peu à la manière mexicaine, et ça fait bien…Si je n’étais pas certaine de pouvoir produire moi-même des oeuvres d’art ressemblant à ce qui est dans cette rue, je viendrais volontiers les faucher à la nuit , quand tous les cafés sont fermés et qu’il pleut, pour mettre dans mon jardin. A part cela, un énorme chantier s’est ouvert à gauche dans la rue , en allant vers la piscine. Que vont-ils nous construire, là ? une enclave bobo sans aucun doute, un gros immeuble à 15000 eu minimum le M2, avec l’énergie positive comme ils disent, et aussi bruyant qu’un paquebot, on parie ? 😮 😮 

Je redescends vers la République (en passant par la boutique du faiseur de clefs), mais j’oblique avant, je ne sais pas pourquoi, la place de la République m’ennuie en ce moment, je n’ai pas envie de la traverser (à supposer que j’y arrive—la dernière fois, étant venue voir des gens que je connaissais qui tenaient un stand pour la démonstration antispéciste il y a quelques semaines, je ne sais pas ce qui m’a pris, mais je me suis trompée de chemin, j’ai marché longtemps en pensant aboutir aux Halles , mais je suis revenue à mon point de départ ! j’étais ravie, évidemment, car il y a longtemps que je ne me perds plus dans Paris … 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation