De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Dimanche

photo P.A.M. (ouah !) 

Fin octobre et début novembre … des tapées de feuilles mortes s’entassent dans Paris et volent au vent, les jours raccourcissent, pas de doute, nous sommes en automne, « the fall » … tout tombe ! la nuit, plus tôt, et encore plus depuis le changement d’heure .

S’en suivront les mois que je préfère, décembre et janvier … 

Hier j’ai regardé des photos de la personne qui est morte fin septembre, et que j’aimais beaucoup : sa disparition est en creux dans ma poitrine :  j’ai regardé les photos comme si je ne le connaissais pas : Il était vraiment beau, et , enfant, semblait confiant, innocent, dans les limbes, pas armé pour la vie : sur une photo il sourit, pas l’ombre d’une méchanceté, naïf, petit garçon craquant  dans une sorte de parka anorak avec de la fourrure autour de la capuche, dans une autre il a 7 ans, et il tient une petite fille par la main, sur une route d’une ville qui a maintenant beaucoup changé … Sur une autre photo, il se penche au balcon en béton d’une maison, et on aperçoit une collégiale derrière … Sur une autre photo, il est dans une baignoire avec une autre petite fille, sa soeur, ils ont 5 ans à tout casser, et ils font la g..parce qu’ils ont froid, on aperçoit une grosse éponge  sur le rebord … Sur une autre photo, il tient le manche d’un râteau  , assis dans le jardin de la maison, avec un champ à l’arrière, (la photo est surexposée et les couleurs ont viré dans les rouges), et il a le visage plein et heureux des gosses sans soucis, avec un nuage de brume en plus … en fait il a l’air de planer … il a manqué de chance … Un jour, j’ai parlé avec quelqu’un qui le connaissait , et qui m’a dit qu’il était ok, la seule chose, c’est qu’il avait manqué de chance … Je crois que c’est ça … même quand il était plus vieux, il restait quelque chose de son ancien charme … Sur une photo, que je ne connaissais pas, lorsqu’il avait 16 ou 17 ans, c’était carrément un prix de beauté, à faire du cinéma… il est passé à coté de sa vie, cependant, il n’a rien compris à rien, même s’il avait des moments fulgurants … Il pouvait chanter tout un disque de musique classique, sitôt après l’avoir écouté, mais parfois il était incapable d’enfiler son pull à l’endroit … 

Pour ceux qui connaissent, sa vie c’était, vers l’adolescence, exactement ce qui est relaté dans le film de Ken Loach « Family Life », sauf que dans le film, il s’agit d’une adolescente … Je ne remercierai jamais assez Ken Loach pour ce film … 🙂  … 

Au fil des années … ce qui me tracasse, c’est que quand je disparaitrai, lui aussi disparaitra avec moi, car personne ne se soucie plus de lui, maintenant, à part moi …je ne sais pas quoi faire pour que reste son souvenir … Qu’il y ait quelqu’un, quelque part dans le monde, qui se souvienne de lui , bien après sa disparition …comment faire ? car il n’a pratiquement plus de famille … j’ai pensé mettre quelque chose sur internet, créer une page … Je ne sais pas …je ne pensais pas que cela pouvait me tracasser autant, parce que, quand on est mort, on est mort, en principe, et on se fiche que personne ne se rappelle de vous … en principe … je vais voir … je suis triste !

—————————-

Je suis en train  d’essayer de réécrire le poème dont j’aime bien le début, les 3 premiers vers 

« Nous sommes du vif argent

Une ombre éphémère

Un bruit distant »

C’est le poème attaché à « ma sorcière bien aimée », feuilleton américain

Je voudrais réécrire la suite, ça fait déjà un moment (car je trouve qu’on pourrait  faire mieux que la suite existante) , mais je n’y arrive pas … 🙂

————————————————————————————————————————————-

Petite ballade du coté de Pigalle, et ensuite à la piscine , la dernière demi-heure : à peine arrivée, je me repose au T coté petit bain, quelqu’un arrive,  s’arrête, et me dit un truc que je ne comprends pas, à mi voix : je me tourne, et je vois la tête, avec une expression  que je pourrais qualifier de haineuse, du gars qui m’avait insultée il y a quelques jours : le temps de le reconnaitre (je n’avais même pas capté qu’il était dans la ligne), il s’en va en dos … je n’ai pas entendu ce qu’il m’a dit, ça devait être une insanité de plus,  et il était déjà à 3 ou 4 mètres quand j’ai dit « pardon ? » … vraiment dérangé, le pauvre … dérangé, mais malin…  il attend qu’il n’y ait personne pour l’entendre, que moi…       Il veut probablement que je m’intéresse à lui, et que je parle de lui dans mon blog, c’est ça  ? les MNS m’ont conseillé de porter plainte, et c’est peut être ce qui va se passer, si ça continue … C’est une forme de harcèlement, ce truc, où je ne m’y connais pas … ou alors, il a le syndrome Gilles de la Tourette …S’il ne balance pas une grossièreté  de temps en temps, il ne se sent pas bien …  Il se tenait tranquille, tous ces derniers jours, je ne l’avais pas trop vu, et comme vous pouvez le penser, apercevoir sa chetron  sinistre est bien de dernier de mes soucis … « Allons, allons », me dit mon Cheval, « peut-être voulait-il te présenter ses respects, après tout, tu n’a pas entendu ce qu’il t’ a dit.. »    🙂  bof …   qu’il me lache, c’est tout ce que je demande … Bye bye,  on ne se plait pas, on ne se parle pas, on ne se regarde pas … Voilà, c’est comme ça qu’on doit faire … la piscine est à tout le monde, non ?  …  🙂 


That’s all, folks ! 🙂 🙂 🙂 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation