De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Mardi, mercredi, et jeudi, allo, ne quittez pas !

 et une vague bleue nous emporta …

Photo de qui, je ne sais pas … 🙂  je crois que c’est à Moscou … Si c’est bien là, alors ce n’est pas mon copain qui n’aime que les pays chauds qui a photographié ça … 🙂

Mardi, je suis allée à la piscine Saint Germain, qui faisait nocturne …Au moins 2 ans que je n’y étais pas allée… la piscine est mignonne, ils ont refait les ventilations (pendant une ou deux décennies, ils ne s’étaient pas aperçu que les prises d’air de la ventilation se faisaient dans le parking à coté, au même niveau en sous-sol … 🙂  les personnels se plaignaient souvent de maux de tête, tu m’étonnes !

🙂  les travaux nécessaires ont été faits … 

Cette charmante piscine souffre du défaut endémique de toutes les piscines municipales : on ne peut pas nager, aux horaires d’ouverture du public, c’est surchargé : j’ai constaté en partant que le scandale que constituent, dans une toute petite piscine surchargée, la monopolisation d’un couloir entier pour une leçon à une personne, aux heures d’affluence, continuait … personne ne s’est donné la peine de réfléchir au problème : sans changer grand chose, les MNS pourraient avoir pour consigne d’autoriser par exemple les gens qui ne vont pas vite, ou qui font des jambes avec une planche, à condition qu’ils soient respectueux, de nager dans la même ligne que les leçons …ce serait une petite chose, mais qui améliorerait le fonctionnement …Il semble dans cette affaire que non seulement la ville n’étudie pas de manière pointue les améliorations à apporter dans tous les zazimuts (mais si, je sais comment s’écrit « azimuth »), mais encore ait peur de se fritter avec les MNS pour des questions dont eux même se fichent, c’est à dire le bien être des nageurs du public … certains MNS, d’ailleurs , autorisent des nageurs à nager dans la ligne de leçon …d’autres MNS, hélas plus nombreux, ne remettent pas leurs « privilèges » en question, et se fichent aussi carrément du bien être des nageurs du public, et ne réfléchissent pas à une gestion optimisée, pourvu que le statu-quo persiste …bien sur je ne parle pas de mes copains de Dunois, par exemple, mais d’autres têtes à claques dans d’autres piscines … 🙂 Taris, par exemple … un must dans le mépris des clients, dû à une bonne moitié des MNS (les autres sont absolument sympa mais ne veulent pas faire de vagues …)  🙂

La séance à St G. fut pénible : le quartier est ultra chicos, l’un des plus chers de Paris, et les gens ne savent absolument pas nager …c’était plein de grosses bécasses (et de bécassons)même pas conviviales, conviviaux, qui n’avançaient pas et se mettaient en plein au milieu …Je faisais des jambes de planche et suivait une dame qui nageait avec des palmes , et celle-ci me dit d’un air pincé que j’étais trop près d’elle ! ! !   🙂 je lui ai dit d’aller plus vite, dans ce cas, regard meurtrier  de sa part … 🙂 en fait, j’essayais de la doubler, mais elle nageait en diagonale, au milieu … 🙂 

Mon Cheval me disait « essaie de faire quand même une demi heure, minimum syndical »…  j’ai fait 40 minutes, et je me suis tirée, ce n’est pas de sitôt que je reviendrai, et ensuite, grande marche à pieds jusqu’à Denfert, et retour chez moi … 🙂

la suite : Hier, j’ai nagé à la piscine de Boulogne Billancourt : dans  une touffeur assez insupportable, je suis sortie du métro (où j’ai failli m’endormir à cause de la chaleur), pour me trainer jusqu’à la pistoche, qui n’était pas si pleine que cela : malheureusement je suis arrivée en pleine séance d’aquagym, avec le haut parleur qui beuglait du son cadencé, c’était limite insupportable pour les oreilles (lésions des tympans, etc …) je ne sais pas comment les gens font pour supporter ça …Moi je me suis mis des boules Quiès au bout de 10 minutes , et j’ai pu nager dans ma bulle . toujours aussi agréable, cette piscine : ils ont installé une petite oasis de palmiers en plastique tirant sur le bleu/vert lagon, c’était pas mal … 🙂

Today, encore un jour de chaleur …Je ne comprends pas : je suis revenue à Paris alors qu’il faisait 38°, on a cru mourir, mon Cheval et moi …et puis c’est redescendu lentement jusqu’à des niveaux agréables, pour replonger dans un froid glacial, avec de la pluie, et même des grêlons qui pleuvaient sur le sol … ce fut alors que nous regretâmes l’épaisse chaleur qui nous empoissait, pas 2 jours plus tôt … et puis c’est remonté, et ça redevient insupportable ! j’ai les cheveux qui sentent la sueur, et celle ci me coule sur les yeux même dans le métro, qui est pourtant supposé être un hâvre frais … en revenant de la piscine de Boulogne, hier, pressée, j’ai pris le 62 … il va falloir que je m’habitue à COMPRENDRE que les bus, à paris, c’est fini ! le bordel est tel que même les couloirs de bus ne suffisent plus à faire rouler ces engins … on piétine autant qu’avec les voitures …

Le bus 62 établit la liaison idéale entre les beaux quartiers du bas Auteuil/porte de Saint Cloud, et le sud est du 13ème arrondissement …il relie la Seine à la Seine … par un chemin qui ne possède aucune liaison directe souterraine, c’est pour ça qu’il est toujours plein …il traverse des quartiers très peuplés et marchands, dès qu’il aborde le 15ème… Rue de Vouillé interminable, rue d’Alésia, 14ème arrondissement, rue de Tolbiac qui n’en finit pas … 🙂 

Au début du voyage, c’est pas mal ; on passe Michel Ange Molitor, Michel-Ange Auteuil, la petite église d’Auteuil, et le célèbre Pont Mirabeau , avec une vue époustouflante sur la Seine, vers l’ouest, et vers les collines de Saint Cloud … 🙂 je me tordais le cou pour apercevoir saint Cloud, enfin, quelque chose dans le ciel, devant les nuages dorés du soir de juin (ah, non, on est en juillet …) et je compris enfin ce que c’était que le « Cloud » .hihi

En fait, il y avait un énorme ballon tout rond dans le ciel, avec une nacelle, et qui avançait rapidement vers nous, à faible hauteur, ce qui le rendait d’autant plus beau, délicatement coloré de pastel et de gris … 🙂 je me pinçai , croyant que nous étions retournés en 1900 … Mon Cheval , qui se pinçait aussi me dit que ce n’était pas un dirigeable, mais un simple ballon gonflé à l’hélium, et nous nous demandions si c’était une attraction à touristes, il semblait vraiment proche, suspendu, comme cela à 100m du pont, alors que le bus était immobilisé sur celui-ci à cause des embouteillages … 

Sur les cotés du pont, filait en descente une sorte de chemin menant au quai de Javel, sur lequel une file de gens arrivant directement de quelques contrées barbares où les femmes sont encore entravées et encapuchonnées se passaient des vélos … 🙂 je me rendis compte que c’était la première fois de ma vie que je voyais une femme avec des voiles partout essayer de monter sur un vélo … 🙂 non, sans blagues, ça a l’air tout c…, mais je n’ai encore jamais vu ça … les femmes des contrées exotiques extra européennes encapuchonnées et dont on ne voit jamais les cheveux, ô érotisme, où te niches-tu , feront tout ce que vous voudrez, iront à pieds, en voiture (beaucoup, en voiture), en train ou en avion, en bateau, oui, mais jamais sur un vélo ! 🙂

J’avais un peu de mal à voir tout ça, parce que peu avant, un gros monsieur s’était assis juste devant moi en allongeant les jambes à la place où j’aurais dû mettre les miennes (je m’étais tournée), car il avait une canne pour marcher et semblait souffrir assez des membres inférieurs pour les maintenir allongés sous mon siège … 🙂 il était le seul avec moi à ne pas être entré dans le bus en manipulant un portable : c’était hallucinant, le bus était plein (bus à rallonge en plus), et absolument tout le monde sauf lui et moi tripotait son engin … je n’en croyais pas mes yeux : en général, c’est, disons une personne sur deux …là, tout le monde ! et le pire, ce fut quand ,vers la Convention, ils se sont tous mis à téléphoner …d’un seul coup, ils ont tous appelé quelqu’un … derrière mon cou, un gars racontait sa journée dans une langue inconnue, et devant moi, 2 jeunes nanas, debout, presque « tête-bêche », qui discutaient en français sans se préoccuper absolument l’une de l’autre, et pourtant les mots devaient se mélanger … peut-être racontaient-elles toutes les deux la même chose ? « je suis là » où es-tu ? comment ça va ? j’arrive, je suis à Boucicaut » 🙂

lorsque le bus réussit à s’extraire du pont Mirabeau, le chauffeur fit une annonce : « prochain arrêt Félix Faure » c’est alors que je compris qu’il allait se passer ce qui se passe maintenant avec tous les bus : un changement inopiné d’itinéraire …non, sans blagues, avez-vous remarqué ? de plus en plus d travaux dans la ville, de plus en plus d’embouteillages, de plus en plus de rues barrées et de plus en plus de bus qui prennent d’autres chemins … 😮 😮

Effectivement, le bus 62 , au lieu de continuer tout droit pour entamer la partie rive gauche de son itinéraire, vira soudain à droite toute, et nous nous trouvâmes soudain en pleine devant le ballon céleste dont je parlais plus haut, qui continuait sa route en tournant autour d’une sorte de gratte-ciel à la mode parisienne, c’est à dire moins élevé qu’à Chicago ou Doha, et je vis distinctement l’inscription « GENERALI » sur ses flancs …bah, un truc publicitaire … 🙂 mais très beau quand même…et, sans avertissement, le bus plongea dans un tunnel !  fit des tours et de détours sans s’arrêter une seule fois pendant 1/4 d’heure, jusqu’à ce qu’on se retrouve quelque part dans le 15ème … et encore dans le 15ème et encore dans le 15ème … on croyait en être sortis, mais on y était encore … 🙂 les gens debout, la chaleur incommodante, le manque d’air, les arrêts nombreux et les embouteillages, les bagnoles partout, et la constatation qu’on n’arrivait toujours pas hors du 15ème (je priais desespéremment pour que le 14ème se montre enfin), ont fait que j’ai étendu mes jambes en espérant dormir un peu (car ma radio ne fonctionnait pas …) ; c’est alors que, au dessus de ma tête, par la vitre,je vis que nous passions sous un pont de chemin de fer, probablement le RER, et qui dit RER comme ça en plein Paris, dit que nous arrivions au dessus de Denfert et de ce qu’on appelait autrefois la ligne de Sceaux …Je la reconnaissais …mais pas du tout ! nous étions toujours prisonniers du 15ème…Abrutie , je me suis posée la question jusqu’à maintenant où j’écris ce post : comment se faisait-il qu’il y ait une ligne de chemin de fer qui ne soit pas le RER de Denfert ? je viens de comprendre : il s’agissait probablement de la ligne qui part de Montparnasse, tout bonnement … 🙂

A force de marcher dans les villes, j’ai constaté qu’elles sont toutes pareilles : elles sont sectionnées , sectorisées, par les lignes de chemin de fer, et par les autoroutes …on a beau vouloir trouver des chemins nouveaux, pour aller d’un point  un autre, surtout quand la ville est étendue , c’est un bonheur de trouver des itinéraires inconnus …mais toujours on butte contre les voies infranchissables des chemins de fer et des autoroutes … 🙂 de sorte qu’on les passe toujours aux mêmes points … 🙂 du coup, je pense aux insectes, aux hérissons, aux animaux des champs et des bois pour qui ça doit être tragique … 🙂 la France est sillonnée , quadrillée de ces voies infranchissables … 🙂

« Hé », me fait mon Cheval depuis la cuisine, « il est temps de conclure » … bon… piscine Nakache aujourd’hui—j’avais un rendez-vous dans le quartier, à place Colonel Fabien, en face du siège du parti communiste (ils n’ont pas mégoté sur le bâtiment …érigé du temps de leur puissance …) , et ensuite, prenant le bd de Belleville pour rejoindre Nakache, je suis tombée sur le magasin Lidl le meilleur de la capitale (beaucoup mieux que bd de Strasbourg), et j’ai fait l’emplette de 2 pains avec des fraises françaises véritables ainsi que d’un camembert bio digne du bec du corbeau … 🙂 je n’ai pu rester qu’une demi heure à Nakache, car j’avais un rendez-vous dans mon quartier, mais l’eau était géniale, rafraîchissante, je ne sais pas si c’était dû au bassin en inox, mais j’avais l’impression de nager dans de l’eau de source de montagne ! et en plus, pas grand monde ! du coup, je ne me sentais plus, j’ai fait tous les virages en brillant comme un diamant 😉 🙂 , je nageais super bien … 🙂 

Sortie de là dare dare, métro jusqu’à Hôtel de Ville, pour prendre le 47 ou le 67 et traverser la Seine fissa, vite vite ! c’était sans compter avec la sirène écroulée qui préside à nos destinées de parisiens du haut de son clocher de l’Hôtel de Ville : concert sur le parvis ! ! ! la poisse ! ! ! je sors du métro et je vois tous ces gens (probablement subventionnés, me glisse mon Cheval) qui n’ont rien d’autre à faire et qu’on peut appâter comme on veut avec des jeux : je croyais le cauchemar de la visite de Macron serrant la pince à la Mère le jour de son élection, revenu : des policiers partout, qui fouillaient les sacs, c’est nouveau maintenant, à chaque évènement, la police fouille de sacs dans la foule , dans la rue même …je veux dire, ce n’est même plus à l’entrée d’un bâtiment … 🙂 impossible d’avancer, impossible de passer …ma foi, j’ai replongé dans le métro en jurant comme un charretier (contre la Mère de Paris, on dirait qu’elle me fait des misères à moi toute seule, je prends tout ça personnellement  … 🙂 …) …sortie à Saint Paul : j’enfile la rue qui mène au pont vers l’île Saint Louis, en courant pour arriver plus vite : des bagnoles partout, pare chocs contre pare chocs …au pont , sur le quai : une partie du quai(vers Hôtel de ville) fermée, avec la police qui barrait, dans l’autre sens des voitures qui n’avançaient pas, le tout qui puait la gazoline huileuse et mazoutée comme dans les années 1950 … 🙂 mais non, je n’y étais pas, on m’a raconté, voilà … 🙂 bordel ! non seulement on a des embouteillages monstrueux, c’est rien de le dire, à cause des lubies de la Mère, mais encore elle ne trouve rien de mieux que de faire bloquer tout le centre , ENCORE PLUS, avec ses  c… yenamarre !

J’habite le centre et je voudrais juste pouvoir marcher sans respirer ces horreurs chaque jour (le bd Saint Germain, je ne vous dis pas … ) je voudrais juste AUSSI arriver à me déplacer ! pas en bus, ne rêvons pas … mais avec mes pieds …au moins …je bosse,moi, pour survivre (et je vais à la piscine)..j’ai besoin qu’on me facilite les chose … 🙂

Bordel, la capacité à mettre le souk qu’elle a, la Mère de Paris ! c’est extraordinaire :elle fait partie de ces gens qui , dès qu’ils ont tort, savent qu’ils ont tort, le vérifient, mais néanmoins persistent dans leur truc…même si tout le monde doit crever autour … persistent et persistent, na et na et na et na, et je vous enquiquine, moi je fais c que je veux   j’ai pas beaucoup d’idées, mais je fais quand même ce que je veux … 

Grrr grrrrrrrr grrrrrr   grrrr ! !  aaargh ! raff ! au sus !!!!!!!  au rable ! ! !  OS COURT,    MILLE OS COURT !  MILLE SABORDS !   SABORDE-TOI  !   GOURDE  COURTE  ! ! 

« PÂLE  TREPONEME  » hennit mon Cheval, à l’unisson … 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation