De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Mercredi, jeudi

Amnesty international lance un appel à diminuer les mails et les échanges sur Internet : ce n’est pas anodin, immatériel, comme on le croyait, non, au contraire c’est très énergivore … Un seul mail consomme autant qu’une ampoule électrique en 1 heure ! les plus énergivores sont les vidéos, etc … multipliez par le nombre de mails, de vidéos,  échangés sur la planète …Amnesty demande qu’on y pense et qu’on réduise la consommation … je suis assez contente de cette nouvelle, parce que je commence à saturer avec le numérique, l’informatique, les mails, justement, et tout ce truc … 🙂 toute la journée on se trouve devant des administrations qui nous ordonnent de ne pas envoyer de courriers, mais des mails (tiens, d’ailleurs, les courriers ont encore augmenté … j’ai envoyé ce soir une lettre à 9,45 eu ! ! !  j’imagine que dans quelques années, avec la croissance très exponentielle de ces nouveaux moyens d’échange, on sera complètement ensevelis sous les big data… D’ici là, ils auront, j’en suis sure, trouvé le moyen de nous chauffer et de nous fournir de l’électricité avec les gros centre d’accumulations des données, les big data …L’homme du futur : redevenu troglodyte, vivant dans un labyrinthe creusé sous les big data : il y aura des musées de la nature, pour se rappeler comment c’était … 🙂 la grande interrogation, c’est de savoir si l’homme de l’avenir  sera enfin raisonnablement athée et n’espérant son salut que de lui-même et ce qu’il aura fait de la grosse Tata prenant toujours plus d’importance,   pardon, du Big Data, ou bien sera-t-il  toujours entouré d’images pieuses, de gris-gris et de mages horoscopiques , avec la Grande Peur Mortelle planant sur sa « relation-à-l’autre » … ? … 🙂

Je réduis ce que j’écris pour ne pas surcharger les routes célestes de l’informatique, et je vous annonce tout de suite que j’ai fait une séance de ouf hier à la piscine, à une heure pleine de gens en principe, mais que ça allait, du point de vue du nombre de convives, pardon, de nageurs…  sauf que ce n’était que des garçons de moins de 30 ans, assez excités (et une ou deux nanas qui nageaient sans allonge, mais très agressivement)…Comme j’avais 100 ans de plus (environ) que ces nageurs-là, de temps en temps je surprenais un regard curieux parce que je tournais avec tout ça en cadence … 🙂 … une séance de ouf, comme jamais … 🙂 de plus, pas trace du brasseur à la pirouette zarbi, c’est la première fois en plusieurs années qu’il ne se montre pas à ce créneau-là… 🙂  je suis sortie de là lessivée et en pleine forme (hélas) …Hélas, parce qu’après, j’ai déployé une intense activité jusqu’à des heures pas possibles , à essayer de faire marcher un fax que je venais d’acheter sur le bon coin, et que j’ai ramené chez moi comme si c’était un boeuf que je portais … Cette saleté d’appareil était formidable, là aussi, c’était des bip bip, des tressaillements, des sonneries bizarres, des frémissements de mise en route, enfin, il  m’a tout fait, sauf d’envoyer les fax … 🙂 il composait les N°s, tout, ça décrochait, mais le papier restait inerte, bien que l’engin grelottât légèrement … 🙂

Après ça, il m’a fallu, pour m’endormir,  regarder encore pendant un grand moment, le Vogue de décembre que j’avais trouvé quelque part , sans en croire mes mirettes, d’ailleurs (les pubs font partie intégrante du journal), et on voit qu’on est chez les riches, parce que ce ne sont que languides  p.tasses , alanguies (mais pas langoureuses, interdit, le langoureux, c’est trop peuple …  😀  …) avec les jambes écartées un peu décalées,   une fringue à 49.900 eu de travers sur le ventre,  le noir sfumato des yeux (sont-ce encore des yeux, d’ailleurs ?  😮 😮   ) qui coule comme si elles venaient d’essuyer l’assaut de tout un gang de milliardaires friqués et désoeuvrés… hihi … (dans Vogue il y a tout le temps des photos avec des mises en scène d’apocalypse, mais ce qui surnage toujours c’est l’idée du fric …vous me direz que ça vaut mieux que de voir Alep dévastée avec des corps vraiment mutilés … je vous répondrai que l’un ne va pas sans l’autre …probablement … ) tout ça avec des talons de 12, pardon, des « stilettos » de chez Louboutin (j’adôôôrre Diôôr,  j’adôôôre Christian,  j’adôôôrre christian d’Or , j’adôôrre mon veau d’Or  ), etc … hihi … Le luxe et l’ennui  …La beauté fascinante (uniquement la peau sur les os , rien de plus ) vendue , revendue, survendue … Un bracelet en diamants et rubis, avec des saphirs, entourant un os usé , pardon, rosé … hihi … dans la lumière des spots … 😉  …  No way … 🙂 une sorte de distorsion , en fait, du corps humain, dont on perçoit l’immense désespoir d’être mortel … En fait c’est ça (en plus, même mortel, la vraie tragédie est de perdre la jeunesse ) …Sur une des photos, on voit une jeune très jeune dans une campagne qui doit être italienne, avec fringues de fermière de chez Prada (déjà, Prada … 🙂 …) et à coté, une matrone aux traits durs, très ossue ,   charpentée, dont la jeunesse s’est envolée —on lui voit les rides —elle a le droit d’exister elle aussi … hihi … mais elle a du blé …elle doit recevoir sa petite fille, et c’est la tante à héritage …. 🙂 l’image d’avant, c’est toujours dans la campagne (on dirait en Ombrie,ou en Toscane, de douces collines verdoyantes … 🙂  … et on voit la même nana, , habillée fermière rue du Faubourg Saint Honoré, et juste au premier plan à gauche, un morceau de gars qui passe,(il porte un panier d’oeufs et les poules, pleines de vigueur, sont tout autour, (c’est la ferme italienne revisitée  Miuccia Prada ) mais on ne photographie que son premier plan, (des bottes à en dessous de la ceinture, et on voit le bas de son gros manteau en peau de lapin imprimé panthère … ça rappelle certains manteaux hippies « vintage » , mais bon, c’est un truc de luxe  …Si je crois qu’ils ont pris une vraie peau de panthère ? bof ! ils n’oseraient pas, quand même… 🙂  même si ça y ressemble sacrément ;;;  🙂  actuellement, les panthères dépecées ne se vendent que sous le manteau, si j’ose dire … 🙂  

Non, c’est fascinant , Vogue … 🙂 si je vais m’abonner ? non, je préfère le trouver dans la rue ! 🙂 

Today, ayant restitué le fax au gars qui m’a remboursée (je me suis perdue du coté de l’Ecole Militaire, sous la tempête, je ne vous dis pas), je suis retournée à la piscine à une heure tardive, et peu de monde, était-ce le débat de la primaire de la gauche … ? j’ai tout de même réussi à traverser le Pont Neuf en me demandant si le vent allait m’emporter … 🙂 il y avait des jonchées de branches mortes échappées des arbres, et , sur le quai, on se demandait si un arbre n’allait pas, lui aussi…  (j’ai évité de passer sous les échafaudages qui grinçaient, et les toiles claquaient), et tous les panneaux des bus , les « arrêts provisoires », qui sont plantés sur des plots en béton quand même, avaient roulé sur la chaussée, les automobilistes les évitaient … j’ai tout de même regretté qu’un ou deux cyclistes ne se soient pas ramassés dessus …  🙂  (crrraccc, scratch, crrraccc, font les os des cyclistes écrasés sous les débris craquants de la tempête … )  la guerre continue … 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation