De Paris en piscine Le blog de Papillonista

dimanche, lundi et mardi, et la suite

_dsc3926Photo Jean Mascolo

Quand l’été reviendra … 🙂 😮 😀 … Il arrivera de Grèce … 🙂 😉

 

Dimanche, je suis montée jusqu’à la piscine Dunois, toujours à la même température. Les MNS apprécient beaucoup cette eau froide qui dégage moins de chloramines, néfastes pour leurs poumons…

La piscine Dunois est la piscine la plus conviviale de Paris, c’est rien de le dire…Les MNS sont souvent musiciens, et jouent ici ou là dans Paris, j’espère pouvoir aller au prochain concert.

L’ambiance est chinoise, bon enfant, tranquille, avec les habitués qui reçoivent gratuitement des conseils. Là, j’ai constaté que tous les couloirs étaient lignés, ce que je trouve très bien : Un seul dédié au barbotage, à l’extrême gauche, et les leçons dans celui d’extrême droite.

Un seul problème avec le couloir de droite, c’est que la nouvelle ligne (qui n’est pas une brise vague, les brise-vagues étant réservées au couloir du milieu dédié au crawl), est uniforme…Quand on nage en dos, on n’a pas de repères…

Bien sur, il y avait les leçons avec des gars qui n’ont aucune notion de natation, mais font un bon sourire quand même quand ils se mettent à perdre pied et à couler , malgré la « frite » qui les soutient, une dame qui veut un brevet de nage pendant 50m, que les MNS lui délivrent après un compliment … 🙂

Dans certaines piscines, certains MNS sont revêches et ne sont aimables qu’avec les jolies filles jeunes ou les jolis garçons … 🙂 les vieux et les moches sont passés sous silence … 🙂  on leur répond du bout des lèvres… Pas à Dunois …Dans cette merveilleuse pistoche,  les éclopés sont les bienvenus , on dirait… Tout le monde a droit à un sourire ou à un mot gentil … 🙂 j’ai connu certains MNS, maintenant à Dunois, dans d’autres piscine, il y fort longtemps, et ce qui m’avait plu (M… Comment on écrit « plu », faut-il un chapeau ou pas, sainte Belkacem, aidez-moi !), c’est que ces MNS riaient même avec les « gogols »,sans méchanceté,( gentil nom pour « mongols » ou « mongoliens », c a d personnes ayant un grain …) je me souviens d’un pauvre gars qui venait justement visiter les MNS parce qu’on l’accueillait avec sympathie, et des rires gentils … 🙂 sans aucun mépris … J’avais trouvé ça bien, et j’ai tout de suite bien aimé le MNS qui dispensait ça …personne n’est exclu, avec lui… Rien de pire que les gens qui font la g… dès qu’une personne un peu retardée s’approche… j’essaie moi-même de ne pas être comme ça, même si j’ai moins de sympathie immédiate pour un gars qui perd un peu la boule  🙂

Vous ne trouverez pas ça à Taris, même si certains MNS (pas tous) sont ok, vous ne trouverez pas ça non plus aux Halles, où certains des MNS « historiques » ont l’air d’avoir avalé un balai (mais il y en a aussi de gentils, aux Halles), et vous ne trouverez ça nulle part que je connaisse (je ne connais pas tout), sauf à Dunois … 🙂 dans le 13ème, à l’ombre des hautes tours que j’adore …C’est vrai, j’aime ce quartier, je ne sais pas pourquoi … 🙂

En sortant, je me suis rendu compte que, au carrefour rue de Dunois, bd de …M… c’est quel boulevard , celui qui descend vers le Quai de la Gare et la piscine Baker ? Vincent Auriol ?, il y avait vraiment beaucoup de murs peints, décorés, il y en avait partout … 🙂 A commencer par l’école maternelle, en remontant légèrement sur le bd, vers le métro Nationale : complètement bariolée, partout …Le mur devant, le mur de l’école même, jusqu’au toit, avec un hommage à la figuration narrative , qui se résout en équations bariolées tendance Delaunay … 🙂 … « Vous pourriez être critique d’art, vous vous exprimeriez de la même manière pompeusement abstraite, si vous vouliez », me fait respectueusement le Pou qui gît dans l’oreille de mon Cheval, le Pou Masqué, vous savez, le Pou de droite, qui se manifeste quelques fois au moment où on ne l’attend plus … 🙂

Justement, je ne sais pas pourquoi, j’étais en train d’y penser, au Pou de droite, en remontant le Vincent Auriol après avoir quitté les MNS et la piscine Dunois … 🙂

Mais je n’y pensais plus, hier, alors que mon Cheval et moi franchissions les portes du Forum des Halles, sévèrement gardé par des agents qui regardent vaguement dans les sacs à chaque entrée …j’essayais de m’imaginer ce que ça ferait si par exemple plusieurs cocos attentatoires décidaient d’introduire chacun un petit bout de kalash dans le forum …Eh bien aucun problème … Après, il faudrait trouver un endroit pour assembler ça dans quelque W.C. bien à l’abri … Le risque ne sera jamais nul, même avec toutes les inspections du monde …

C’est pourquoi il serait urgent maintenant d’agir sur les esprits, par les mots…Sans haine, sans crainte, et avec précision … Et pas grand monde en prend le chemin… Pas mal de  monde juge avec des a-priori, ou des outrances…Tout au long de la journée, je note ce qui se dit dans les médias, en plus du fait que les journalistes parfois, sont approximatifs avec la langue qu’ils utilisent …

Je note des trucs, pour les mettre ici, sur ce blog, et parfois je ne sais plus où j’ai noté la chose … 🙂

Une forme olympique à Berlioux today, contrairement à hier où c’était poussif…Je suis arrivée tard, parce que, au moment de partir, une partie du plafond est tombé sur la tête de mon Cheval…lol… Je ne vous dis pas la poussière … Bref, arrivée à Berlioux, je n’avais qu’une envie, me mettre à l’eau, en espérant que toute cette poussière avalée ne m’empêcherait pas de nager (je sentais des picotements dans la gorge, aussi me suis-je fait des gargarismes dans le lavabo des douches, et ensuite, presque personne ! quelqu’un me dit que la piscine venait de rouvrir…Elle avait été fermée une bonne partie de l’après-midi ! j’arrivais juste pile à la bonne heure ! personne ! j’ai nagé comme une malade pendant une heure, avec une pêche d’enfer … 🙂 loin derrière moi, les soucis, loin … Que cela ne s’arrête jamais …je découvrais toutes sortes de sensations nouvelles …C’est ça qui est bien avec la natation… Personnellement, je suis tout le temps en train d’étudier comment rejoindre techniquement les gens beaucoup plus âgés que moi, mais qui nagent plus vite …J’essaie de pénétrer leur secret … On en voit des tas aux compétitions masters …Par exemple, un vieux japonais de 80 ans je crois …Je regarde ses temps, c’est hallucinant ! plus rapide que des nageurs de 20 ans ! je suis là pour percer les secrets de la natation, et j’y arrive un peu… J’applique les 4 ou 5 trucs que m’ont dit des gens qui s’y connaissaient …Et roule, Paulette ! Roule, Poupoule ! je vous les dis, les trucs ? je vous les dis ! rien d’extraordinaire, mais on peut passer une vie à mettre en pratique … 🙂

En crawl : gainer ! serrer les fesses … je pense tout le temps à ce que mon copain entraineur disait de Janet Evans (qui a tenu très très longtemps avec le meilleur chrono mondial femmes sur 800m) : elle semblait onduler en nageant (en crawl) … j’essaie de faire ça aussi : en fait ce n’est pas onduler, mais on se rend compte que si, à certains moments le haut du corps est plus bas que le bas, après l’attaque du bras, par exemple, il se produit un mouvement d’ondulation, et on va plus vite …On a en plus une sensation extraordinaire de vélocité … 🙂 ensuite, je m’imagine aussi, en plus, sous les traits d’un poulet à la broche tournant autour de sa broche …En plus de l’ondulation… Etc … Et la respiration aussi : on respire parce que le poulet à la broche se trouve soudain sur le coté, avec une moitié de bouche qui sort de l’eau, mais pas question de lever le cou, ou quoi que ce soit…Le cou ne bouge surtout pas tout seul ! … 🙂

Vu le jeune homme qui nage bien, très puissant, celui qui avait des problèmes à l’épaule…Il a maintenant des problèmes à la colonne vertébrale, me dit-il …Je rigole et je lui dis qu’en fait c’est une petite nature …On ne dirait jamais à le voir, il est jeune , très bien bâti, musclé, avec des dents extraordinaires, comme deux rangées de perles éclatantes … Voilà pour le physique, et pour per este, c’est une crème de garçon … mais il a tout le temps des trucs qui ne vont pas, à l’entendre, alors qu’on le croirait éternel … 🙂

Le prix Nobel à Bob Dylan : je pense qu’il s’en fiche plus ou moins, et nous aussi, cependant c’est vraiment étrange de voir à quel point les gens ne sont pas d’accord avec ça …personnellement, je suis pleinement d’accord …S’il faut donner un prix (ils y tiennent, en Suède), Dylan est un choix excellent … 🙂 les gens qui trouvent ça nul n’ont certainement pas écouté ses chansons, ni lu ses textes … Il est vrai qu’il faut parler un peu anglais pour rentrer dedans, mais c’est magnifique, et la musique aussi, toute la saga Dylan est MAGIQUE … Les gens qui sont contre le Nobel à Dylan n’ont aucune idée de ce qui est magique … Tous des rase-mottes … 🙂

Bof…Dylan vaut bien Coetzee (un autre prix Nobel, qui me file le bourdon chaque fois que j’essaie de le lire, ce qui n’est pas le cas de Dylan…Le vieux Bob me fait grandir , oui … 🙂

Une de mes chansons préférées, une ancienne , North Country Blues:

 

Come gather’round, friends, and I tell you a tale

Of when the red iron ore pits are run plenty,

And the cardboards filled windows and old men on the benches

Tell you now that the whole town is empty

——-

(Faites le cercle autour de moi,  les amis, que  je  vous raconte

Quand les mines de fer rouge étaient bien pleines

Et les fenêtres en carton , et les vieux sur les bancs,

Vous disent maintenant que la ville s’est vidée toute entière )

——-

In the north end of town my own children are grown

But I was raised on the other

In the wee hours of youth, mother took sick,

And I was brought up by my brother

——-

(Mes propres enfants  ont grandi au nord de la ville,

Mais moi j’ai été élevée de l’autre coté

Quand j’étais toute petite ma mère a pris du mal

Et c’est mon frère qui s’est occupé de moi)

——-

The iron ore poured as the years passed the door

The drag lines an’the shovels were a-humming

Till one day my brother failed to come home

The same as my father before him

———

(Les mines de fer donnaient, et  passaient les années

Les drag-lines * et les pelles bourdonnaient

Et puis un jour mon frère n’est pas rentré à la maison,

Pareil que mon père avant lui )

———-
Well a long winter’s wait, from the window I watched

My friends, they could not have been kinder

And my school it was cut as I quit in the spring

To marry John Thomas , a miner

——-

( Un long hiver d’attente, je guettais à la fenêtre

Mes amis , ils n’auraient pas pu être plus gentils,

et j’ai  lâché  l’école au printemps,

Pour marier John Thomas, un mineur)

——-

Oh the years passed again, and the giving was good

With the lunch bucket filled every season

What with three babies born the work was cut down

To a half a day’s shift with no reason

——-

(Oh, les années passèrent encore, et ça allait bien

Avec le garde-manger bien rempli en toutes saisons

Et puis quoi, avec 3 petits enfants, plus de boulot,

Comme ça, en une demi-journée, sans raison )

——-

Then the shaft was soon shut and more work it was cut

And the fire in the air it felt frozen

‘Till a man came to speak and he said in one week

that number eleven was closing

——-

(Alors le puits  fut vite fermé et pas plus de travail ,

Et le feu dans l’air était glacé

Jusqu’à ce qu’un homme arrive et nous dise que dans une semaine

La numéro onze fermerait).

——-

They complained in the east they are paying too high

They say your ore ain’t worth diggin’

That it’s more cheaper down in south american towns

Where the miners almost work for nothing

——-

(Ils se plaignirent que dans l’Est ils payaient trop

Ils disaient  vos mines ne valent rien à creuser

Que c’est moins cher dans les villes américaines du sud

Là où les mineurs travaillent pour presque rien)

——-

So the mining gates locked and the red iron rotted

And the room smelled heavy from drinkin’

Where the sad, silent song, made the hours twice as long

As I waited for the sun to go sinking

——-

(Alors les grilles des mines furent verrouillées et le fer rouge se mit à pourrir

Et le logement sentait fort la boisson

Quand la chanson triste, silencieuse, faisait passer les heures 2 fois plus lentement

et que j’attendais que le soleil se couche)

——-

I lived by the window as he talked to himself

This silence of tongues it was building

Till one morning wake the bed it was bare

And I ‘s left alone with three children

——-

(Je vivais à la fenêtre , pendant qu’il se causait à lui-même

Ce silence était parlant

Et puis un matin, au réveil, le lit était vide

Et  moi je restais seule avec 3 enfants)

——-

Well the summer is gone and the ground’s turning cold

The  stores one by one they’re a-folding

My children will go, as soon as they grow

Well, it ain’t nothing here now to hold them

——-

(L’été s’en est allé, et le sol devient froid,

Les magasins, un par un, disparaissent

Mes enfants s’en iront, sitôt grands,

C’est qu’il n’y a rien, ici, pour les retenir…)

——- (traduction Papillonista)

C’est un peu une complainte, et ça peut faire penser à celles de Bruant, (même si elles sont tellement françaises … 🙂 …) ce qui est bien, et que je peux percevoir, bien que je ne parle pas très bien anglais , c’est la langue, qui est celle du peuple américain, les petits bonhommes lâchés dans l’immensité du pays, la misère … C’est sensible à travers la chanson, même pour une petite française… Ca fait penser à ces villes qui sont devenues des villes fantômes, aux E.U., un phénomène qu’on ne connait pas tellement, ici en Europe… Les gens sont plus mobiles, aux U.S…. Ils vont où le boulot les porte…Grandeur et misère terrible pour les laissés pour compte du capitalisme du 20ème siècle … La chanson décrit ça très bien , du coté des ouvriers … Il n’est même pas question, ici, de donner des indemnités ou quoi que ce soit … non, la mine ferme, et les gens sont abandonnés à eux-mêmes…Ils n’ont plus qu’à partir ailleurs…

Et ce n’est pas du tout la même chose quand c’est traduit et chanté par Hugues Aufray ou autres …je dirais même que ça n’a rien à voir… (Stewball, par exemple … 🙂 …)

Cette chanson a été chantée aussi par Joan Baez, et par d’autres …Ecoutez-la, la musique est super …

🙂

* DRAG-LINE : drag-line ou grue excavatrice…

 

 

 

la suite plus tard

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation