De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Vendredi

IMG_2516-1Photo J. Mascolo

Statistiques piwik indisponibles, et plus d’une soixantaine de commentaires indésirables sur mon blog, qui tous avaient transité sur un Facebook (je ne suis pas inscrite), parlaient de sport ou de natation carrément, étaient adressé soit à papillonista, soit à de paris en piscine, soit à tous ceux sans exception qui avaient posté des messages d’encouragement au début sur ce blog… Ecrit en français, mais avec des coquilles récurrentes dans le texte…

J’en ai conclus que c’était un bel embouteillage dans le « net »… Quelqu’un a peut-être regardé mon blog, tout en étant inscrit sur facebook, etc …je ne sais pas ce qui s’est passé … 🙂 c’est drôle !

Et une heure de plus passée chez Suzie, assez tranquille , en compagnie du papillonneur japonais qui est de retour…je ne me rappelle jamais s’il vit à Tokyo ou Kyoto : Il nage trés bien…Il alterne 50m (ou presque)en apnée sous l’eau(personne ne le voit, sinon on lui dirait d’arrêter, l’apnée est interdite) , et 50m en papillon, et c’est le pap le mieux calibré de tout Berlioux …Technique excellente ! En le voyant arriver, à un moment, j’ai applaudi, et puis, chauffée par le spectacle, je suis partie moi aussi en papillon trés techniquement bien fait (je le sentais)…A la manière du jeune homme japonais …Et je me suis effondrée aux 25m, évidemment … 🙂

Il y avait un autre gars qui faisait du pap aussi, mais moins bien, et il n’allait pas vite (poussive pap) … 🙂 Moi, au moins, je vais vite en pap …je me demande même si je ne vais pas plus vite qu’en crawl … 🙂

« C’est qu’il y a un problème », m’indique mon Cheval, qui aimerait passer le brevet d’entraineur … 🙂

Il a de longues heures d’observation des piscines et des entraînements derrière lui … 🙂

Quelqu’un m’a écrit aujourd’hui qu’il savait qu’en réalité j’étais un monsieur … 🙂 …ce n’est pas faux … C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour rester in-co-gni-ta-to … 🙂 …j’emprunte quelques fois la localisation et la personnalité d’une nageuse que je connais , de manière à égarer un peu les suppositions, mais , peut-être en effet suis-je un garçon … 🙂 … de toutes façons, ceci n’est plus vraiment d’actualité, (et tout le monde s’en fiche, dès que la médiatisation s’éloigne…) , comme lorsque j’intervenais sur le site de nageurs du public, qui est lu par beaucoup plus de personnes (bien que ça ne l’empêche pas de ronronner doucement, les dirigeants ayant réussi ce tour de force d’arriver à décourager tous les commentaires qui dépassaient un peu de manière originale … … )   Mon blog a beaucoup moins d’audience 🙂

Sinon, plus la situation internationale est débilitante, plus les gens brûlent les feux rouges …Vrai, à chaque feu rouge aujourd’hui, plusieurs voitures ou 2 roues qui passaient bien après le rouge … Je les insulte à chaque fois (ça fait du bien à ma voix)…Au coin du Pont Neuf, il y avait une dame avec une canne (et une bonne tête) …A cause d’un débile qui passait 3 secondes après le rouge, au lieu de s’arrêter —il était en pleine vitesse— on a dû attendre, et c’était tragique pour elle, parce que, comme vous savez, les imbéciles qui règlent les feux donnent 1 minute trente aux bagnoles et 15 secondes aux piétons à cet endroit … Elle n’avait pas le temps matériel de passer … mais on s’est comprises et elle m’a fait un grand sourire quand j’ai  balancé ma voix dans les oreilles du gars avec de grands signes … 🙂

Signes …Signes … ? signes des temps ? tout le monde se sent mal, sans doute, dans cette ville, passé le centre et les beaux monuments (on ne risquerait pas de voir la construction de beaux trucs comme ça de nos jours … ) Après, j’ai marché le long du fleuve jusqu’à la gare d’Austerlitz, le temps de voir 1°) que les vedettes qui promènent les touristes font demi-tour peu avant le pont d’Austerlitz, quand le skyline parisien devient carrément moderne genre, hauts buildings gare de Lyon, etc …(ça n’intéresse plus personne, c’est exactement comme à Dusseldorf ou n’importe où)…Ou alors c’est pour ne pas voir le grand campement de tentes qu’il y avait entre le siège de la Brigade Fluviale et l’Institut de la Mode … Justement, il n’y a plus rien du tout …Tous déménagés … des dizaines de tentes … Ils ont mis de hauts grillages (mais on peut passer quand même) sous le pont d’Austerlitz, le terrain a été nettoyé sauf en un endroit où ça ressemble encore à une décharge… Seul un petit mec a survécu, plus haut, près de l’une des entrées de la gare … Il a une petite tente qui ressemble à une de ces pâtes (coquillettes, non ce n’est pas ça … Vous savez, ces pâtes qui ressemblent à de petits coquillages) … Il passe seulement la tête (la tente ne peut contenir qu’une personne et à peine, et elle se tient toute seule sur le macadam), et fait la manche …Il a un type indéfinissable …ce doit être un gars venu de l’Est, mais de quel Est ?

Mon Cheval me dit qu’ils font maintenant des tentes spéciales pour les migrants, différentes des tentes traditionnelles avec des piquets plantés dans les sols …Là il faut des trucs qui tiennent tout seuls … 🙂

Je ne sais pas si j’en réchapperai, de ces visions de la ville …oui, je sais , je devrais fréquenter les musées, voir de belles choses, prendre le thé à Saint Germain, chevaucher du coté de Bagatelle, mais il y a cette natation dont je ne peux me passer … 🙂 Et puis j’aime bien être chez moi, tranquille, avec mon boulot, mon Cheval et mon vieux Mari … Et le téléphone … 🙂

Suite du poème (que vous pouvez zapper, mais c’est vraiment un poème lyrique … Ca date des années du milieu du 20 ème siècle, autrement dit la préhistoire … ) … 🙂

Poème de Jean Genet

———————————-

Voler, voler ton ciel éclaboussé de sang

Et faire un seul chef-d’oeuvre avec les morts cueillies

Ca et là dans les prés, les haies, morts éblouies

De préparer sa mort, son ciel adolescent…

—————–

Les matins solennels, le rhum, la cigarette…

Les ombres du tabac, du bagne et des marins 

Visitent ma cellule où me roule et m’étreint

Le spectre d’un tueur à la lourde braguette.

——————

——————

La chanson qui traverse un monde ténébreux

C’est le cri d’un marlou porté par ta musique

C’est le chant d’un pendu raidi comme une trique.

C’est l’appel enchanté d’un voleur amoureux.

——————

Un dormeur de seize ans appelle des bouées 

Que nul marin ne lance au dormeur affolé.

Un enfant reste droit, contre le mur collé.

Un autre dort bouclé dans ses jambes nouées.

—————–

J’ai tué pour les yeux bleus d’un bel indifférent

Qui jamais ne comprit mon amour contenue,

Dans sa gondole noire une amante inconnue,

Belle comme un navire et morte en m’adorant.

——————

La suite plus tard ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation