De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Mardi

Séance rapide chez Suzie, rapide mais soutenue. L’affichage des températures était 24° pour l’air, et 27 pour l’eau … J’ai  vu une pauvre dame qui se caillait et pensait que l’eau était à 26°…Mais non, c’était à peine plus frais que d’habitude, et je n’ai guère vu de différence … Elle m’a dit que les affichages étaient constamment erronés … En tous cas, je ne pense pas que l’air était à 24° … Là, pour le coup, c’était moins … 🙂

(C’est une dame que je connais bien, et que je vois souvent à Berlioux … Elle est capable de faire de la planche dans un style hors-bord … Au point que l’autre jour j’ai cru qu’elle avait des palmes…)

Il est bien évident que leur affichage ne sert à rien … les tourniquets sont censés être connectés avec tous les renseignements disponibles en temps réel … Et notamment la fréquentation instantanée …Et comme la moitié des gens sort par la caisse parce que flemme de retrouver sa carte, ou bien, si c’est une carte d’abo, elle ne débite l’entrée qu’une fois sur deux, mais en revanche il faut éviter de la mettre dans le lecteur à la sortie, parce que ça n’ouvre pas … et on a l’air malin …

Dans les couloirs, presque personne …Une grande différence entre le lundi, bourré, et le mardi, jour le plus calme de la semaine… 3 dans la ligne , dont un habitué avec qui j’échange quelques mots rapides … 45 mns après il me dit, laconique « Ca se remplit … » je réponds, concise « Il est temps de partir » …

A la sortie, je traverse le jardin (je ne m’en lasse pas, c’est la perspective …Ah…les baraques de chantier … Ah ! les grues , sur le ciel gris … Ah ! La Moustache austère, et sa ptite femme la rtonde de Catherine ! ah, ah, Ah ! l’enseigne lumineuse du pied-de-Cochon ! Ah ! la rue du Louvre et les bus par dizaines … Ah ! la Poste du Louvre ! quand je pense que nous vivons ses derniers instants ... 😉

« Ils vont en ouvrir une autre un peu plus loin », me dit le Cheval en postant une lettre parfumée à sa bien-aimée … depuis peu, il en est revenu aux épistoles écrites avec de grandes lettres déliées et des phrases longues avec un sujet, un verbe, un complément et toute une proposition accolée par un « que », et des « que » et des « qui » et des « donc » et des « pour en terminer avec … » Le tout assaisonné de maintes fautes d’orthographe , pour faire comme tout le monde …

« Jeu vou zécrir daim lointein paie-hi, ô frontiair deu la lisiaire deu nautre bonneville

(il sait écrire Bonneville, parce que c’est une marque de moto qu’il a chevauchée jadis, dans une autre vie …)

Comme je suis en train d’écrire n’importe quoi, je vais me coucher … j’ai une magnifique photo à mettre en ligne, je vais m’y atteler (opération compliquée) .

So long, friends … 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation