De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Dimanche (suite)

P1160353 (photo J.Mascolo) 

BEAU TEMPS … Une écrivain jolie fille, qui parle de son nouveau bouquin … Il est question d’un trentenaire qui ne veut pas aimer et tombe quand même amoureux de son amour de jeunesse … la dame a déjà, à son age, écrit 16 bouquins … Rien que ça, ça m’enlève l’envie de la lire … ce n’est même pas Simenon, qui faisait de l’abattage, ou même Joyce Carol Oates, un peu chiante, mais qui ne mégote pas sur le boulot, qui écrit 24h/24, et même aux toilettes, je suppose  … et puis les nanas écrivains, à 99%, c’est toujours le mec qui soudain tombe amoureux alors que il croyait que c’était terminé pour lui… c’est Nous- Deux, quoi … 🙂 …  les mecs écrivains, eux, c’est souvent le même topo, les héros tombent amoureux, c’est Nous-deux aussi, mais  c’est toujours une jeune avec un beaucoup plus vieux , c’est le Chasseur Français en plus … Ron ron ron … Soporifique …

Non, lisez plutôt les classiques, ou alors les bons écrivains contemporains (il y en a peu), , ceux qui mettent un peu de temps à produire … DONNA TARTT, par exemple, qui écrit un bouquin tous les 15 ans (peut-être qu’elle VIT, tout simplement, entre les bouquins … comme ça, elle a quelque chose à raconter … 🙂

Dans cette émission littéraire, on a aussi une autre nana dont je saisis quelques mots au vol à propos de sa production… Il s’agit évidemment d’un couple, dans le roman : « Elle le regarde pour ce qu’il est », nous dit-elle,  » et…et… Il la regarde pour ce qu’elle est … » : après avoir énoncé ces platitudes, la jeune écrivaine se rengorge un peu, et je tourne le bouton, je rattrape la bande à Ruquier, qui, au moins, me fait marrer …OS COURT, encore une fois …

Car nous sommes, mon Cheval et moi sur le chemin d’une piscine ouverte, sous un beau soleil méridional, et même , au lieu de chevaucher le long des quais rive-gauche, nous remontons, traversons les jolis ponts, et cheminons sur les quais hauts rive-droite, pour avoir le SOLEIL sur les naseaux …

Poussière intense, casque de plomb fondu, une petite lune se montre haut dans le ciel, il y a du monde partout …(je pense brièvement que c’est un jour à cambriolage, no one’s home…) … 🙂 🙂

Des vélos partout, et si vous pensez qu’ils suivent les pistes cyclables, vous avez tout faux … 🙂 Les arbres encore décharnés, mais ça ne m’étonnerait pas qu’ils fleurissent dans la nuit, d’ailleurs en voila un, à l’est de Sully Morland, le long du fleuve, paré de fleurettes écloses juste devant nos yeux …

Nous avons choisi le chemin du SOLEIL,mais c’est aussi hélas celui des bagnoles … Nous sommes dimanche, mais il y en a tant et tant … On se demande … Dans cette zone-là, pour traverser, de rares passges, il faut appuyer sur un bouton, mais JAMAIS le feu ne se met au rouge, et on attend des plombes, cernés par le métal …

Voila le pont de Bercy, sur la droite, que nous ne traversons pas, puisque nous sommes déjà rive droite,… 🙂 …  nous longeons le ministère des Phynances de la France, et je jette un oeil sur les statues en contrebas, que nul autre que le promeneur qui se penche ne peut voir : Je n’ai pas l’impression de les reconnaitre : les changent-ils périodiquement ?

L’une des dernières statues possède par exemple 3 jambes … ce qui fait beaucoup penser à ce dessin de Léonard de Vinci qui servait autrefois de sigle à Manpower, un homme avec plusieurs bras et jambes pour figurer le mouvement … … 🙂 … cet homme trijambiste a aussi un tout petit robinet, comme sur les statues anciennes, mais dressé à l’horizontale … 😛 … Un peu plus loin, la dernière statue avant d’aborder la montée vers Dugommier, c’est une sorte d’oiseau étique, monté sur quelque chose , on dirait une sorte  de rapace,  et ça fait penser aux vautours aux portes du désert, dans Lucky Luke … 🙂 … Si, si, je vous jure …

Non, ce n’est pas mon imagination, dis-je au Cheval qui, lui, contemple une sorte de mini-pré avec de hautes herbes poussé tout seul dans le pied d’une bornette sciée à ras : En réalité, ces bornettes sont des POTELETS, c’est leur vrai nom, à ces mobiliers urbains… Regardez autour de vous à Paris, et expliquez-moi pourquoi on s’amuse à scier ces potelets, (en laissant une partie mal sciée sur le bitume, on se casse la g… dessus), et on remplace par d’autres potelets aux normes de Bruxelles, qui coûtent un bras …

Ensuite nous voila sous les tunnels sous les voies ferrées et j’adore chevaucher là, avec mon Cheval qui fait des réflexions … 🙂

Par   exemple  on  voit  un Mr  sans abri,  affalé sur le trottoir,   et que  fait-il ? il lit « Le Monde » … 😀 😀

Je vois une petite larme poindre dans l’oeil de mon Canasson … C’est qu’il écoute à la radio la nouvelle chanson de Florent Pagny « le soldat » … je ne connais aucune des chansons de ce gars-là, mais effectivement, celle-ci est trés émouvante … Un soldat de la guerre de 14, qui ne reviendra pas …La, lalalala …  100 ans déjà … et ça nous parait inconcevable…

On voit bien que nous ne sommes pas en guerre, ici, tout est paisible, on rencontre des amis avant la place Daumesnil … Un vieux pote et sa 3ème nana, trés jolie, apparemment il croit encore à l’amour… C’est le héros du roman dont je parlais au début, surement … Sur la place Daumesnil, je compte 8 lions autour de la fontaine … Sur le bd, un marchand de glaces,  la queue devant la boutique, et une petite famille assise sur le trottoir, les parents ont chacun un cornet et les 2 enfants chacun un petit pot …

Ils sont heureux comme ça … C’est dimanche, et c’est la paix depuis si longtemps … 

Un peu plus bas (direction Roger-Le-Gall), le bestiaire en photos sur les grilles du métro qui sort de terre : La photo d’un des lions de Daumesnil quand il fut soulevé par un palan, et emmené en réparation … 

Et plus bas encore, avant d’arriver au petit bout de coulée verte qui me fera franchir les extérieurs par en dessous, un café du dimanche, avec des gens, des familles, et les gosses ont tracé des marelles sur le sol, à la craie… pas de doute, nous ne sommes pas en guerre … Au moment de franchir les portes de la piscine, c’est Little Richard qui chante « Tutti Frutti »… I got a girl… Named Sue … interprétation trés différente de celle d’Elvis …

Séance à Le Gall dans le bassin de 50 … Trés brève … Ciao, à + …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation