De Paris en piscine Le blog de Papillonista

26 décembre, les jours rallongent notablement

P1160353 (PHOTO  JEAN  MASCOLO) 

Je ne sais pas si ma connexion internet va tenir le coup, ne vous étonnez donc pas si cet article s’arrête au milieu d’une phrase.

J’ai passé la soirée de Noël dans un appartement rempli de tableaux dont quasiment aucun n’est considéré comme terminé par le peintre.

Ce peintre peint à l’ancienne, avec la technique des « glacis », si cela dit quelque chose à quelqu’un : D’abord on prépare le bois (la majorité de ses tableaux sont peints sur bois)

Ensuite le bois est enduit (quelques fois les bords du tableau sont sculptés par le peintre), voici comment : Le mieux est d’acheter une préparation blanche, le « GESSO », dans le commerce, mais vous pouvez aussi préparer ça vous-même avec de la colle de peau de lapin(vendues en feuilles, quand j’y pense, ah, c’est dégoutant, le pauvre lapinos… )

Vous passez l’enduit en couches minces en laissant bien sécher entre les couches et en ponçant. Le recto et le verso doivent être enduits, et également la tranche, qui est arrondie au préalable, en la ponçant. L’enduit acquiert ainsi plus de résistance.

Ensuite l’artiste crée son image, il la peint avec des pigments (achetés  en sachets, par exemple, chez SENNELIER, célèbre maison pour artistes), broyés et mélangés à un médium fait  d’huiles et de résines,

Par exemple il peut utiliser ce qu’on appelle du « baume de Venise », vendu dans toutes les bonnes maisons de peinture, ou simplement de l’huile, huile d’oeillette, huile de lin, etc… Ou fabriquer un MEDIUM à base de jaune d’oeuf, comme les peintres anciens … C’est de la cuisine. Il y a mille façons de faire. La règle étant toujours gras sur maigre… C’est à dire que les premières couches de peinture doivent être diluées avec un liant « maigre », et, au fur et à mesure que ça avance, le « médium est de plus en plus chargé en huile grasse et en résine… Ce qui donne à la fin un aspect dur et brillant à la peinture.

Entre chaque couche passée, il faut laisser sécher, le plus vous laissez sécher, le mieux c’est…

Cet ami peintre peut garder un tableau des années, en le retravaillant sans cesse … par exemple, il peut ajouter du blanc dans le blanc, laisser sécher, et remettre du blanc, indéfiniment, ce qui donnera toujours plus d’éclat et de profondeur à une brume (à la base de montagnes, par exemple), ou de lumière à un ciel … De même pour les profondeurs …Rajouter de l’ombre à l’ombre … 🙂    Evidemment il n’est pas question de peindre avec des empâtements, comme les impressionnistes, ou les peintres qui peignent au couteau, ou autres horreurs (toutes les peintures au couteau des années 50/60 perdent leurs morceaux, qui se détachent … 🙂 🙂

Ses tableaux sont magnifiques, et ce sont de beaux objets, et il y en a partout dans son atelier, en haut, en bas, … 🙂 L’atelier est un endroit trés plaisant, assez vaste, où l’on se sent bien… Si on n’a rien à faire, on peut laisser le regard vagabonder , partout il y a des formes ou des objets extraordaires, qui se sont placés d’eux mêmes , j’allais dire au cours des siècles, mais non, au cours des années..;

Les objets et les peintures (en fait l’artiste peint sur tout ce qui se trouve à sa portée) sont dans les endroits les plus divers, dans les toilettes, dans la cuisine , … La cuisine est un lieu des plus curieux… Mon ami était fasciné par les coquilles d’oeuf, il y en a donc, vides, avec des annotations parfois, dans des positions étranges(par exemple au bout de piques, on ne sait pas pourquoi, mais c’est trés joli), et aussi : Chaque orange ou pamplemousse entré dans cette maison s’est vu délesté de son étiquette (vous savez, le petit truc de couleur collé sur le fruit), et un tableau s’est créé sur un placard à partir des étiquettes, qui s’élance sur les murs proches … Et bien d’autres choses encore…

C’est moi qui ai présenté l’artiste à sa femme, un jour j’ai eu l’idée d’organiser un diner pour ces 2 amis que je connaissais séparement, j’ai organisé le diner chez le peintre, et voila, ils ne se sont plus quittés…je leur avais cuisiné, le jour de la rencontre, des « Moules poulettes », suivant une recette découpée dans un canard … La dame, qui est elle-même aussi assez spéciale, trés érudite, intelligente et belle, a apporté chez le peintre (entre autres) les portraits de sa mère (une belle mondaine avec une robe évanescente en dentelle et des fleurs, dans un décor champêtre, le tableau est trés grand), et de l’un de ses ancêtres du 17ème siècle , que je n’avais pas encore vu 🙂

Cet ami peintre est trés agé, mais il a toujours des yeux bleus étincelants, brillants, un peu comme KAFKA sur cette célèbre photo que tout le monde connait  et dont ce peintre s’est inspiré pour un portrait de KAFKA, bien que les yeux de Kafka soient 2 diamants noirs, et que les yeux du peintre soient BLEUS.Pas le même bleu que les yeux du Mr de Berlioux, il n’y a pas de gris dedans … Ils sont d’un bleu de pierre, bleu intense… 🙂

P… J’aimerais bien avoir les yeux bleus …

Voila, pour la journée de Noël …

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation