De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Lundi 22 juillet 2013, plage de Magaud, LA GARDE

Curieux, je croyais avoir pondu un article pour dimanche, il est dans les limbes, rien ne s’est affiché, pourtant je suis sure…La faute à qui ? Mon cheval est jaloux, il arrive dans mon dos avec une gomme et censure tout ce que je raconte…Et moi je ne me rappelle plus de rien, tant il est vrai que j’écris les articles au débotté, en pensant à autre chose parfois (à des trucs de la vie courante qu’il faut absolument résoudre, excellent exercice…Que je ne remets pas au jour suivant)…

Quoiqu’il en soit, voici l’article pour lundi, je suis près de la gare, j’ai trouvé un spot wifi en attendant mon train…

Hier je me suis baignée à l’anse Magaud, eau idéale, salinité idéale, fréquentation pas idéale, mais on ne se gêne pas trop. Les gens qui sont à 20cm de vous font comme si vous n’étiez pas là, et nous faisons de même…

En descendant le petit chemin, je jouais à un jeu, d’imaginer que j’étais ailleurs, toujours en méditerranée, peut-être à Chypre, peut-être en Turquie, en Grèce bien sur, ou du coté de Naples, ou en Sicile…Ce bleu de la mer qui se fragmente à travers les arbres, des pins géants, quelques palmiers, des arbres épanouis en largeur, la ligne d’horizon de la mer qui se perd dans le ciel…C’est bien la Méditerranée…

J’ai nagé 2000m, toujours en mesurant la distance entre 2 rochers j’imagine une piscine de 50m et je fais des allers et retours..;C’est un peu monotone, vieille habitude de nageuse de piscine…Je ne sais pas aller loin et au large, j’ai peur… Je ne sais que tourner comme dans un bassin d’eau douce…J’écoutais un jour une interview de Camille Muffat , elle disait qu’elle avait peur de la mer, de la profondeur, de l’éloignement…Elle ne pouvait nager qu’en piscine…

le soir, dans le jardin de la maison, je regardais avec affection un jeune cyprès (environ 2,50m de hauteur maintenant)…L’année dernière cet arbre semblait dépérir, plusieurs de ses – je ne sais pas comment on appelle ça, ce ne sont pas des feuilles, qui habillent un cyprès, ^pas des aiguilles non plus, mais des sortes de festons vert profond, et il était fort mal en point, tout avait jauni, et il avait comme la pelade…Je n’y connais rien, et je me suis précipité sur internet pour voir ce que je pouvais faire…Il me semblait qu’il allait rejoindre, cet arbre, le cerisier qui avait crevé d’un coup…Suivant le conseil d’un jardinier d’internet, je lui ai enlevé tout ce qui était jaune et qui tombait, je l’ai secoué aussi j’ai secoué ses …Branches avec les mains, je l’ai débarrassé, et ensuite j’ai ramassé tout ce qui était tombé à terre (c’était peut-être un champignon, et il ne fallait pas que ça puisse recommencer…on conseillait même de brûler, sur internet…)

Et voila qu’il s’est remis à vivre et qu’il est plus fort que jamais…je touche du bois (son tronc !) pour que ça continue..;

Hier soir, vers minuit, après avoir arrosé le jardin (les journées sont longues), je l’ai carrément pris dans mes bras en tapotant ses feuilles…? Aiguilles ? pour le délester de tout ce qui pourrait jaunir, la lune montait au ciel, tout était paisible, quand j’entendis un bruit de volet…C’était le voisin qui regardait le spectacle…(c’est un voisin que je n’apprécie pas, le genre qui parle sans arrêt à débiter des inepties toutes faites avec l’accent du midi, mauvais coucheur et égoiste, assez bête aussi…ne se met jamais à la place des gens…aucune relation avec lui…mais il examine sans en avoir l’air tout ce que je peux faire quand il a l’occasion…bref, la « cinglée  » d’en face, étreignant un arbre à minuit sous la lune…cataloguée, je suis… 🙂 🙂 🙂

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation