De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Un ami

J’apprends aujourd’hui seulement , en regardant son nom sur internet, le décès d’un copain , d’un ami. Il n’y a rien d’autre qu’une page provenant d’une université (parce qu’il était universitaire), et cette nouvelle ne me plait pas. je ne sais même pas de quoi il est mort,  après tout il n’était pas si vieux que cela, et du coup je me sens mortelle moi-même, avec au bout une absence de projets—à quoi bon—ou alors les réaliser tout de suite, il n’y a pas beaucoup de temps. Mon véhicule spatio -temporel (c’est ainsi que j’appelle mon corps ce jour) me mènera-t-il …vers quoi ? vers la mort, voilà… ça ne me plait pas. Et en plus, les amis qui partent, comme un morceau de moi qui part aussi. Je comprends les gens qui ne veulent plus vivre parce que tous leurs amis ont disparu… c’est quoi, cette connerie ? on devrait vraiment se révolter.

Fait chier, la mort .Va te faire… tu nous gaves.

Demain, j’appellerai chez lui, et je dirai aux gens qu’il a laissés à quel point c’était un mec apprécié. Un mec gentil, et bien, un mec comme on n’en voit pas beaucoup, en tous cas moi, qui le connaissais depuis mes 16 ans 1/2, pratiquement. 

Peut être porter des fleurs à l’endroit où on l’a enseveli, ou alors peut être a t il été carbonisé, et dans ce cas ses cendres sont peut être dans un petit coffret quelque part, avec une plaque à son nom. Je pense qu’il était athée ou agnostique (je ne comprends pas bien la différence), car je ne vois pas d’avis de faire part de messes, ou autres… oui, c’était une famille d’athées, que des frères, tous différents, et jusqu’au bout, pas de Bon Dieu dans la famille, c’est pas mal, ça … je respecte beaucoup. 

Très triste, et en plus d’apprendre ça à c’t’heure…comme si c’était le départ d’un membre de ma famille…C’est nul… un grand beau garçon, un bel homme, gentil et attentionné pour les siens. 

Il faut survivre à toutes ces horreurs, les gens qu’on aime qui s’en vont, basta.

On a l’impression, avec la Mort,  qu’on est comme des  lapins qui essaient de se tirer de tous cotés devant le chasseur (qui ne chôme jamais : s’il ne t’a pas encore descendu, c’est qu’il est provisoirement occupé ailleurs). Le problème c’est que le territoire de chasse est trop restreint, la Mort a accès partout… quelques fois elle rate à moitié son coup, et les gens ont le temps de se voir mourir, ou alors ils sont estropiés toute leur vie, et la fin est la même … Tout est envisageable, dans la vie, même les trucs les plus étonnants et improbables, des trucs auxquels tu n’aurais pas pensé tout seul , et si tu en faisais un roman, on te traiterais d’affabulateur, mais un seul truc est certain, c’est qu’on va mourir, et qu’on ne dépassera pas 120 ans dans le meilleur des cas, et encore… (dans quel état, hihi) … personne au monde (malgré certains récits bibliques auxquels je ne crois pas une minute)n’a jamais été immortel ou éternel, ou n’a dépassé 120 ans un peu plus un peu moins… that is the reality…c’est dingue. 

Voir disparaitre les gens qu’on aime, c’est le pire, je crois. Pareil que devoir les quitter parce que soi même on va mourir (ce qui est peut être pire encore, qui sait ? en fait, ça dépend si on aime vraiment des personnes, ou une, ou bien personne ) .. il parait que la proximité de la Mort fait le prix de la vie, mais moi je jure que j’apprécierais tout autant la vie si on pouvait, AU MOINS, choisir l’heure de sa mort. Certes, ce serait difficile, au bout d’un moment, on voudrait disparaitre, ne serait ce que pour briser cette spirale d’emm. quotidiens, et encore les miens, les vôtres,  sont surement moins terribles que pour d’autres, mais c’est comme dans la fable de la Fontaine, que tout le monde connait, même si on appelle la Mort et qu’elle vient sans tarder, on préfère encore souffrir et rester là… 

Mais qui c’est qui m’a foutu dans un pataquès pareil ? plus je regarde ce système, cette terre perdue au sein d’une cosmogonie bizarre, avec des petits être vivants de toutes sortes, qui vont tous mourir, et même les arbres , les montagnes, vont mourir, et les océans se dessécher…mais c’est quoi, ça? pourquoi cette forme-là, cette histoire-là? à quoi ça rime ?

J’ai lu un truc sur les « Naines blanches » , il y a peu : ce sont des soleils comme le notre qui au bout de plusieurs milliards d’années, se recroquevillent sur eux mêmes, est se refroidissent : c’est parait il ce qui va arriver à notre soleil, une sorte d’implosion.  Et toute vie disparaitra peu à peu sur terre, nous mourrons, tous, enfin, nos descendants, s’il y en a , si nous n’avons pas tout fait exploser avant… je pensais, au lieu de chercher à gagner d’autres planètes, faire des voyages intersidéraux, ne serait il pas plus indiqué de rester là (en limitant notre fécondité—mais bientôt les bébés se concevront dans des nurseries extérieures, vous verrez, comme dans le Meilleur desMondes—), et de travailler (on a le temps, même si on peut commencer à y réfléchir) à maintenir ce soleil-là éternellement, qu’il ne devienne jamais une naine  blanche… ça pourrait être cool : on garde la terre, où on se trouve bien, on garde notre soleil, et on travaille contre la mort , avec l’Amour comme objectif … 🙂 un vrai amour, quoi, quelque chose qui vienne d’ailleurs… comme on n’est pas tellement capables ressentir de l’amour, nous les humains, en général,(je trouve… amour désintéressé)  à part les mères et les enfants, et encore, on dirait qu’on voudrait pouvoir le ressentir, mais que ça devrait venir de l’extérieur… on passerait des centaines d’années à attendre , et de la sorte on se configurerait à devenir plus grands, plus amples… car là on n’est que des tout petits étriqués, avec des petits sentiments…on deviendrait des êtres à taille des siècles, 

Bon, j’arrête, c’est n’importe quoi …c’est à cause de la mort de mon ami.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation