De Paris en piscine Le blog de Papillonista

voyage, voyage … dans la galaxie…

J’ai quitté la côte normande et la piscine de rêve dans laquelle j’ai nagé tous les jours (sauf le dimanche). Au bout d’un moment, on s’habitue à nager dans l’eau salée (pompée au large, comme ils disent dans les dépliants laudatifs des cures marines de Deauville (à lire cette littérature, on garde une jeunesse satinée, même à un âge avancé, en se faisant masser, immerger dans cette eau océanique…  cependant, ces derniers jours, j’avais vu vraiment plein de navires , au loin, et je me demande à quelle distance en fait ils pompent l’eau, et aussi à quelle profondeur…bah… il y a quantité de fruits de mer qui sont en vente dans les 2 villes jumelles, Deauville et Trouville , et je suppose que si la qualité de l’eau laissait à désirer, les fruits de mer ne seraient pas plus vendus que ça… il y a tout un truc à propos de la marée, la mer monte, ou bien elle est au plus bas… les pêcheurs partent, ou reviennent..c’est étrange qu’avec un tel traffic de bateaux on trouve encore des moules et des coquillages, des crevettes, des huitres . , (la Manche est connue pour être une sorte d’autoroute pour les tankers, les gros bateaux, les porte containers, etc… c’est un étroit passage, un chenal, et je suppose que tous les bateaux qui vont au Hâvre, sur les côtes anglaises, les ports belges , Anvers, Rotterdam, et plus haut encore, passent par là… ça m’étonnerait qu’ils fassent tout le tour de l’Angleterre, jusqu’aux Orcades, ou prennent la mer d’Irlande, pour arriver dans les ports d’Europe du nord… ou alors pour aller à Oslo … oui, c’était très étonnant (car je ne les avais pas vus avant), d’apercevoir, un beau jour, ce qui ressemblait à une armada de super tankers, ou de paquebots, au large, voguant tranquillement sur les routes du commerce … les hollandais font du commerce depuis toujours avec le monde entier …Rotterdam est l’un des ports les plus anciens… à l’ombre des ports , des navires marchands et du commerce maritime , dans les Flandres et autour, s’est développée toute une société qui avait beaucoup d’avance sur les sociétés des pays plus au sud : je pense à la peinture, par exemple : à l’époque où ailleurs dans le monde les sujets de la peinture étaient prioritairement religieux (des centaines de milliers de madones à l’enfant ou de Saint Sébastien  et de Christs en croix fleurissaient sous les talentueux pinceaux des écoles de peintures des grands maitres, à Madrid, Florence, Sienne, etc… ), dans les Flandres, nous avions des peintres du quotidien, de la paysannerie, de la vie dans la maison , des portraitistes de bourgeois, des Vermeer , des Rembrandt, des Brueghel, pendant plusieurs siècles, , et aussi les premiers peintres « visionnaires », comme Jérôme Bosch, et d’autres aussi qui l’ont imité… c’était gonflé, de la part de Jérôme Bosch, de peindre l’Enfer et le Paradis de cette façon, avec des créatures démoniaques, des sujets profanes,  et des inventions que tout le monde a plagiées, y compris dans notre temps, parce que de toutes façons, l’Eglise veillait, et ce que voulait dire Bosch devait être accommodé à une sauce que l’Eglise pouvait avaler … ce n’était pas trop possible plus au sud, à la même époque … de tous temps, certains peintres ont fait scandale , et leurs tableaux ont été censurés …plus l’Eglise était présente, dans un pays, notamment en Italie et en Espagne, plus il était compliqué pour un peintre d’exprimer vraiment quelque chose sur les moeurs de son temps, notamment, et notamment quand il n’approuvait pas … pour s’élever contre la guerre et les massacres, il valait mieux, par exemple, placer la scène dans l’antiquité, plutôt que dans le temps présent … 🙂 pour nous donner  à voir un horrible dragon et des petites bêtes hérétiques, il fallait aussi que le peintre mette un Saint Georges dans le tableau… pour la conformité à la Bible… ainsi le peintre pouvait faire passer quelques petites choses et critiques de son époque, sans risquer la censure, l’inquisition ou la persécution… personnellement, les vierges à l’enfant m’ennuient énormément, même quand c’est bien peint…les sculptures de Christs et de vierge à l’enfant tout autant…même les icônes russes, les madones avec des fonds dorés ne m’enthousiasment pas… 🙂

Quelques fois, je regarde les portrait de Courbet, qui vivait au 19ème et qui était juste à la charnière entre la peinture techniquement parfaite des peintres classiques et le début de l’impressionnisme, qui n’était pas techniquement intéressant (de mon point de vue…) (je pense à plusieurs  autoportraits, avec un chapeau, une barbe et une pipe façon rapin, ou alors avec un petit toutou dans les bras )  : je vois le beau jeune homme, tel que j’aurais pu le connaitre à l’époque , (ce serait devenu un ami, c’est sur) une figure moderne, anticonformiste, sans doute en révolte contre pas mal de poncifs et de lenteurs de son temps … il n’a pas peint que cela, mais le tableau « L’origine du monde » est une révolution en soi : non seulement c’est vachement bien peint, techniquement, (un sexe présenté comme un plat de haute gastronomie, hihi) , mais on peut penser au SCAN-DALE , Madame, quand le truc est sorti … complètement out of mind ! je suppose qu’il devait circuler quelques petites peintures cochonnes, à l’époque, sous le manteau, alors que  la photo était balbutiante (d’ailleurs dès que la photo a commencé à donner un visage à tous les oubliés du monde, car avant la photo, seuls les riches et les seigneurs avaient leur portrait, l’une des premières applications a été de faire poser des sexes … 🙂 … ) , quelques petites peintures cochonnes devaient circuler, regardées, revendues, cachées, oubliées.. mais le somptueux tableau de Courbet nous interpelle toujours autant… 🙂 parce que c’est quasiment un sexe parfait, jeune et abondant, si on peut dire, (à contrario, je pense aux sexes peint par exemple par Lucian Freud, qui sont à la fois fascinants et repoussants) et en même temps complètement humain… ce n’est pas le sexe d’un ange, je veux dire… 🙂 aucune vulgarité…  … d’ailleurs Fesse-Bouc, l’organe du crétin milliardaire Zuckerberg—il met du temps à disparaitre, celui-là—pousse des cris d’Orfraie et censure immédiatement dès que le tableau de Courbet apparait dans une petite fenêtre sur le site … ils ont des antennes pour repérer ça, on dirait, alors qu’ils laissent publier par ailleurs toutes sortes de contenus complètement débiles de cruauté et de bêtise … on devrait créer une « page Fesse-Bouc » avec ce tableau … histoire de faire devenir Zuckerberg hystérique, et de l’exiler dans quelque trou noir pour gens briqués de la planète… 🙂  … 🙂  bon…on serait censurés dès la première minute … il parait qu’ils ont des algorithmes chercheurs…je me demande à quoi ça peut ressembler, d’ailleurs : peut être ont-ils répertorié des modèles , toutes les formes de sexe, masculins, féminins, les poitrines aussi (les seins nus ne sont pas bienvenus chez Zuckerberg l’andouille )…et la machine algorithmique est dressée, robot docile, à repérer tout ce qui peut ressembler à ces modèles, peintures et sculptures classique y compris … quelle époque !  

Mais la photo qui interpelle tout le monde, aujourd’hui, c’est celle du premier trou noir photographié, dans l’histoire de l’Humanité … et ce trou noir fait (aussi )penser à un sexe, finalement … un sexe poétique … avec un coté angoissant, comme tous les sexes… 😮 😮 un trou noir avec une couronne de lumière rousse autour … une  chanson de Jean Ferrât … il parait que le fait que la bordure soit plus lumineuse en dessous du trou noir , c’est seulement parce que c’est photographié en perspective, et non du dessus, comme on pourrait le croire … la couronne lumineuse est en mouvement, c’est de la matière qui va être aspirée sous peu (et remplacée par d’autre matière) par le trou noir …ce trou est noir non pas parce qu’il est vide, mais parce qu’il est énormément plein, que la matière dedans est trés trés dense… le trou lui même est adorablement bien circonscrit, très net … il aspire tout ce qui arrive (à toute vitesse) à son abord… il y a plusieurs mois (années), j’avais lu qu’ils avaient réussi à « entendre » le bruit de la matière aspirée par le trou noir (avant de le photographier, ils l’ont entendu…) 🙂  et ce bruit était carrément un sanglot, une plainte, un énorme gémissement …la matière n’aime pas être engloutie dans le trou …

De toutes façons, il est à plus de 50 millions (ou milliards) d’années lumières … avant qu’on se trouve à son abord, il coulera de l’eau sous les ponts, et il y aura de la matière perdue…pour qui, pour quoi … ?  … une chose curieuse, est que, dans un monde, l’Univers, où les choses, les objets, les distances, se quantifient en millions, milliards, etc…, on nous dit qu’il n’existe que 2 (deux) trous noirs répertoriés : l’un à environ 25 millions (ou milliards) d’années lumière, et l’autre à plus de 50 millions (milliards) d’années lumières … si j’ai bien compris c’est celui-là qu’on a photographié… 🙂  peut être en existe-t-il d’autres, mais il est difficile de les trouver…là, ils n’ont commencé , pour vérifier les théories d’Einstein, qu’à supputer l’existence de ces trous noirs , sans les avoir jamais vus, en mesurant certaines choses dans l’univers et en faisant des déductions .;;si c’est comme cela, c’est que forcément, il y a quelque chose là, qui ne peut être qu’un trou noir, un truc qui absorbe tout ce qui vient à proximité… ils ont d’abord supposé l’existence des trous noirs à partir de calculs, et maintenant cela vient de se vérifier … on l’a photographié… maintenant j’aimerais bien savoir de quelle façon… vous pensez bien qu’il n’était pas question de se placer devant, même de loin, et de faire clic… non, ils ont commencé par solliciter plusieurs télescopes, sur la planète, et..;en fait je ne sais pas trop comment ils ont fait, mais c’est surement une image numérique, sans doute obtenue à partir de plein de clichés passé par le numérique … la dame qui est , si on peut dire, l’auteur principal du cliché, est en fait une informaticienne …et non une photographe mondaine … 🙂

Quoiqu’il en soit, le cliché est bluffant … j’essaie quelques fois de me mettre dans le cerveau par exemple des égyptiens anciens … quand ils adoraient le Dieu Râ, par exemple : ils sortaient de chez eux, le matin, et voyaient cet énorme soleil : c’était comme un seigneur inatteignable, avec un pouvoir immense… la crainte qu’ils devaient avoir … et la nuit, les étoiles … ils faisaient des dieux avec tout ce qu’ils avaient : Anubis, le Dieu à tête de chien, le Dieu à tête de faucon … ils étaient comme des petits enfants … et maintenant, nous, on photographie un trou noir, à des millions, milliards d’années lumières … t’as vu, la distance ! un des trucs que je regretterai sans doute (si j’ai le temps de me voir mourir, au cas où je meure , hihi) c’est de ne pas connaitre la solution terrestre de ces mystères …j’aurais peut être accès à une autre solution, qui sait…ou rien… mais j’aimerais vraiment en savoir plus… c’est cruel, de nous laisser comme cela, dans l’expectative … on a le nez pour ainsi dire fixé sur les trucs matériels de maintenant, toutes les c… politiques, qui sont toujours les mêmes, mais dont on doit s’occuper, mais ce qui est vraiment intéressant, les mystères, on n’en a pas souvent la solution… moi par exemple, j’aimerais savoir à quoi servent les trous noirs, que devient la matière dedans, quelle relation avec le temps, l’espace temps, puisqu’il parait que l’espace et le temps se rejoignent quelque part ( surement dans l’Eternité, je veux y aller, na !  … ) 🙂 

Nous sommes, maintenant, en avril 2019, aussi bluffés par le trou noir à des millions /milliards d’années lumières photographié pour la première fois, que les égyptiens du Moyen Empire par le disque du Soleil , Amon Râ ! et en plus, déjà rien que le concept d’une année-lumière est bluffant , inconcevable, presque …mais qu’est-ce que c’est que ces distances ? ce n’est même pas à notre échelle … je mesure 1,67 m et tu me parles d’années lumières, en distance ! 

Pour terminer, comme je m’embêtais, à la piscine Berlioux que j’ai regagnée hier (trop de monde), j’ai calculé que je devais bien avoir nagé, depuis que j’ai commencé, quelque chose comme 45.000 ou 50.000 kms … le tour de la Terre ? si je nage une éternité, je finirai par y arriver, dans un trou noir … terrestre…  et pour finir, j’ai trouvé , car dans mon quartier s’est ouvert une librairie de bd chinoise , un conte traditionnel chinois … (les chinois étaient déjà bien civilisés à l’époque où les égyptiens développaient leur civilisation, bien avant l’époque Jésus Christ—mais sans doute avec la même cruauté qui semble perdurer au fil des siècles …que serait la civilisation sans la cruauté ? peut être pourrait on conserver la cruauté en enlevant les signes visibles , les tueries, la guerre, le sang, ce genre de trucs, on ne garderait que le libre arbitre, la possibilité de ne pas aimer quelqu’un, et de l’abandonner à son sort, de l’aider si on veut, mais sans y être obligé, en tous cas de ne pas interférer dans sa vie par une quelconque contrainte physique, ou cruauté, de le laisser se débrouiller seul, voilà, et c ‘est tout… et abandonner tout le pêchi-précha humanitaire , que plus on me le serine, moins j’ai envie de rentrer dedans… ) : le conte chinois, de la dynastie des …  🙂 (me rappelle plus..;une époque où les chinois mâles portaient une tresse … 🙂 …) c’est une histoire d’amour entre 2 personnes , mais là où ça se complique, c’est qu’ils ne sont l’un et l’autre pas du « même coté de la vie « … j’ai bien aimé la formule … on pourrait dire que l’un est du coté de la vie, et l’autre du coté de la mort …mais l’expression « pas du même coté de la vie » est bien… ça donne à penser … il y aurait 2 cotés, équivalents … 🙂  la frontière entre les 2 cotés, quelle est-elle  ? quelque chose à voir avec les trous noirs ? va savoir … 🙂

That’s all, folks ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation