De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Fin de semaine en Normandie

photo P.A.M. (encore une oeuvre de la plasticienne américaine dont je ne me rappelle plus le nom, vue dans une galerie de la place des Vosges) 

Je suis partie revoir ma Normandie … 😉 bonjour ! bientôt, ce coin de France deviendra la nouvelle Côte d’Azur : dans le midi, il n’ pas plu depuis un mois et demi (et pourtant nous sommes au printemps et à la saison des giboulées), par contre en Normandie, il a plu un peu, mais pas assez… le ciel est bleu laiteux, avec le soleil qui tape fort… dans la terre, grasse, qui reste tout de même humide sauf sous les pinéacées où elle est plus sèche et mélangée d’aiguilles qui tombent avec la maladie des pins, on trouve des vers, gros et gras, qui se tordent quand ils sont découverts, quand on creuse un peu, par exemple pour planter tout et n’importe quoi. 

J’ai une passion pour le lierre, qui est ma plante favorite, d’abord parce qu’elle correspond à mon signe astrologique (en fait je n’en sais rien, mais j’en ai l’intuition, et mon Cheval a confirmé) , et ensuite parce que c’est trés trés joli, la forme des feuilles, divine,  la manière de s’enrouler et de s’agripper, la persistance, le fait que c’est vert tout le temps, et le lierre, comme on le sait, va avec les vieilles pierres, les édifices anciens, les châteaux à donjons et tourelles, Chateaubriand pensif accoudé à un vieux mur de la vieille France fleurdelisée, etc…etc… le romantisme, les souvenirs, les promenades dans les chemins creux… 🙂 il y a du lierre en abondance ici, et j’en ai arraché des brassées ça et là (rassurez-vous, il en reste toujours autant), pour les replanter dans le jardin…il y a quelques mois, j’avais fait un essai avec une touffe de lierre (touffe n’est pas le mot, disons une tige entortillée), que j’avais laissée une semaine dans un récipient avec de l’eau, et qu’ensuite j’avais fourrée dans la terre sans autre forme de procès : j’ai eu la surprise de voir que ce morceau de lierre, traité sans ménagement, avait bien pris racine et commencé à tracer sa route … 🙂 donc là, j’ai fait pareil , mais plus rapidement encore : 24 heures dans l’eau, et replanté … 🙂 on va voir ce que cela donne … j’en voudrais partout. y compris grimpant sur la maison , bien que ce ne soit pas du tout recommandé : mais je pense que je vais passer outre… le lierre abîme les maisons, parait-il, je vais me renseigner. s’il y a la moindre possibilité pour que cette affirmation soit fausse, je sens que je vais en planter partout. mélangé à d’autres grimpants colorés, des clématites , des fleurs bleues… 

« Je meurs où je m’attache » telle est la devise du lierre , mais cela pourrait être aussi bien « je meurs OU (bien) je m’attache »… 🙂  bof…on verra…lierre ou pas lierre… lierre récupéré sur le chemin de la vieille église et aussi sur le chemin de l’eau … 🙂

Tout cela pour vous dire que ce week end m’a revue à la piscine de Deauville, 50m de luxe, remplie d’eau de mer pompée au large , 8 couloirs sans grand monde, disons un ou deux par couloir …Bordel ! ça change de Berlioux, je peux vous le dire …aucune crainte de prendre des coups, là… on ne croise personne … elle est trop bien, cette piscine ! ça vaut le coup de s’établir à coté rien que pour y aller quotidiennement… il y a les thermes de Deauville, à coté, mais avec une piscine pareille, on n’en a vraiment pas besoin : rien que de nager là dedans, c’est comme une cure marine… 🙂 je n’en reviens pas de ce luxe… le copain qui était venu nager chaque jour avec moi cet été en était ressorti en pleine forme, mais quand il est rentré chez lui en région parisienne, il a reperdu tout cet acquis de bienfaits, et recommencé à déprimer trés rapidement…je lui ai dit de trouver une piscine près de chez lui, il cherche… mais je pense qu’il reviendra à la piscine de Deauville dès que le temps se mettra vraiment au beau… c’est un adepte des paradis tropicaux, il n’aime pas avoir froid, mais là , je pense qu’il a vraiment apprécié.Auparavant, il nageait à la piscine de Trouville, quand il venait dans la région, piscine trés sympa aussi, mais qui n’a rien à voir :un bassin de 50m en plein air, longeant la plage, ouvert l’été, mais où on peut se cailler assez rapidement , alors qu’à Deauville on a tout le temps chaud, l’eau est à la température exacte où les ions bienfaisants pénètrent dans tes pores avec une aisance déconcertante..;rien que de rester sans rien faire, déjà tu te sens bien, mais si en plus tu nages de manière soutenue, c’est inexprimablement bienfaisant. la piscine de Trouville possède un bassin de 25m intérieur, mais il n’est pas terrible, et en plus il n’est pas ligné avec des brise-vagues …quoi qu’il en soit, n’importe quelle piscine est bonne à prendre quand il n’y a pas autre chose, mais le 50m eau de mer, c’est le top des tops… du coup, mon Cheval qui s’angoisse pour un rien, et qui même crée des angoisses quand il n’y a pas lieu et que tout baigne, se demande avec angoisse donc à quel moment le truc va péricliter …car tout périclite, en France… j’ai entendu today à la radio un gars qui s’y connaissait , dire qu’il fallait que les français s’habituent, parce que le pays n’est plus assez riche pour permettre au niveau de vie des gens  de progresser … finalement, c’était assez mon avis , et pour une fois c’était exprimé crûment… bien qu’il y ait encore une croissance … à chaque fois que j’entends que la croissance n’est que de 1 ou 1,5 %, je m’émerveille, à part moi, de ce qu’il y ait encore une croissance … 🙂 

Dans la piscine de Deauville, j’ai revu les MNS que je commence à connaitre (c’est une piscine où il y a plus de MNS que de clients, presque … le top du luxe..; »on va le payer, on va le payer un jour », brame mon Cheval, pessimiste, qui ne s’habitue pas … 🙂 j’ai revu aussi un espèce de vieux birbe trop gros qui nage en continu comme un ogre … 🙂 et puis c’est tout … des petites mémés accortes, avec des joues rouges de normandes, qui ressemblent toutes à des petites fées un peu dodues du conte Cendrillon revisité par Walt Disney: elles font de l’aqua gym, et elles viennent , pour certaines, de la banlieue de Caen , pour ça..;et de toutes les petites villes environnantes, tous les villages …c’est qu’il n’y a pas tellement de piscines alentours…et tu te rends compte, Ô lecteur, moi je n’ai qu’une petite demi heure à pieds, enfin, à Cheval,  pour y arriver ! je n’en reviens pas  🙂

J’adore tout, presque tout, dans cet endroit, Deauville Trouville, la forme des maisons, le crottin de cheval, (si si), d’autres choses que je préfère ne pas révéler maintenant, quelle opinion auriez vous de moi, le fait que ce soit rempli de chiens partout, (comme vous le savez, je suis une mémère à toutous), même les gens riches sont assez cool (je ne les connais pas, mais il semble y avoir aussi des super riches, si on en juge par les nanas blondes friquées genre classe qu’on aperçoit un peu partout), et les gens « normaux » sont yper gentils , les petites fées dodues dont je parlais plus haut, tout le monde te fait un sourire gentil, ça change vraiment de Paris , quelque part… 🙂  il y a des boites à livres partout, les gens abandonnent les livres qu’ils ont acheté 24h avant, d’autres les récupèrent et en laissent d’autres… 🙂 (ça se fait aussi à Paris) : il y a aussi beaucoup de livres qu’on n’aurait pas l’idée de lire (enfin moi), genre les mémoires du Général Salan, ou des trucs sur Giscard d’Estaing, ou alors les histoires mystérieuses de Pierre Bellemare … 🙂 … Trouville /Deauville, l’air de la mer, le marché aux poissons, des crevettes , des étrilles , des huitres normandes, des fruits de mer (trés chers) partout… des bateaux, et le cap d’Antifer derrière la brume… 🙂 

Ce qui est bien aussi, et alors que j’ai tellement de travail, insurmontable presque, à Paris, c’est qu’ici je n’ai pas grand chose à faire…enfin, si, j’ai plein de trucs à faire, mais ce ne  sont vraiment pas les mêmes chose qu’à Paris, et je ne comprends pas pourquoi les soucis ne sont pas les mêmes … 🙂 des chats se promènent dans le jardin, et ils se laissent caresser, il y en a même un qui est trés trés familier, et qui me rappelle un chat que j’avais eu il y a des années , à Paris :c’était le chat d’un copain, que je voyais chez lui, et qui s’appelait « Brad », à cause de « Brad and Janet » , du « Rocky horror picture show…  » je ne sais pas si vous avez entendu parler de ce truc, mais c’était un film culte , que les gosses (de 20 ans à 30 ans, une génération) allaient voir plusieurs fois, en jetant du riz pendant les séances , et en faisant toutes sortes de trucs à des moments clefs du film : bref mon petit copain de l’époque (je me souviens du nom du chat, mais pas de son nom à lui… 🙂 sans doute parce que le chat m’aimait plus que lui, hihi…  ) 🙂 m’avait emmenée voir ce film (dont je n’ai pas grand souvenir non plus, un truc gothique me semble)… lui même était animateur dans une radio libre , et avait 2 chats, Brad et Janet : Janet s’était tirée par les toits, et restait Brad, qu’il m’avait demandé de garder chez moi alors qu’il était parti pour quelques jours . ce Brad était un chat comme j’en ai rencontré rarement, avec lequel je me suis tout de suite bien entendue : il était maigre et tigré, et complètement farceur. il passait son temps à me faire des niches et jouer à cache cache…dans la journée, comme j’habitais sous les toits à l’époque, il se baladait sur les toits, quand je n’étais pas là, et dès que je rentrais, on recommençait à rigoler … 🙂

De sorte que mon copain me l’avait laissé encore plus longtemps, même de retour à Paris … je commençais à envisager ma vie avec ce chat, qui était par ailleurs aussi affectueux qu’un chien, lorsque son maitre voulut le récupérer …je dus le lui rendre … hélas… je ne sais pas pourquoi je vous raconte cela … ah oui, le chat de céans me le rappelle … 🙂 la fin de l’histoire, pour le petit Brad d’autrefois, c’est que une fois revenu chez son maitre, il ne fit même pas 48 heures, il repartit sur les toits, sans doute pour me retrouver, mais comme ce n’était pas la porte à coté, on ne le revit jamais…trop triste … 🙂 

Waouh ! à bientôt … that’s all, folks ! 

je pense à un truc pour finir : vous vous rendez compte, de tout ce qu’on doit avaler : le changement climatique (réel ou fantasmé), la perte du pouvoir d’achat (dramatique) et surtout la manière dont les griffes extérieures de toutes les dépenses contraintes vous agrippent..(pour moi c’est cela précisément qui ne va pas) , l’intrusion dans le paysage de la religion barbante qui veut s’imposer partout, (ça ne va pas non plus pour moi), et la perspective des nouvelles technologies, tout ce truc artificiel qui change tous les jours on dirait, qui va trop vite, les perpectives de la robotique, les invasions de migrants (réelles ou fantasmées—on les voit trés clairement à Paris , moins en Normandie), et ce qu’ils appellent la mondialisation … la perte de la démocratie aussi, c’est plus subtil, mais je trouve que c’est réellement menaçant… c’est trop pour un seul homme… rendez moi la France des années d’avant l’euro et le nouveau millénaire… 🙂 rendez-nous la beauté, rendez-nous la liberté… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation