De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Seems so long ago, Leonard …

« Seems so long ago, Nancy…

 

It seems so long ago

Nancy was alone

Looking at the late late show

Through a semi precious stone

 

In the house of honesty

Her father was on trial

In the house of mystery

There was no one at all

There was no one at all

 

It seems so long ago

None of us were strong

Nancy wore green stockings

And she slept with everyone

 

She never said she’d wait for us

Although she was alone

I think she fell in love for us

In nineteen sixty one

In nineteen sixty one

 

It seems so long ago

Nancy was alone

A forty five beside her head,

An open telephone

 

We told her she was beautiful

We told her she was free

But none of us would meet her in 

The house of mystery

The house of mystery

 

And now you look around you

See her everywhere

Many use her body,

Many comb her hair

 

And in the hollow of the night

When you are cold and numb

You hear her talking freely then

She’s happy that you’ve come

She’s happy that you’ve come

 

————————–

 

Cela semble tellement lointain …

Nancy était seule

En train de regarder le tout dernier programme

A travers une pierre semi précieuse 

 

Dans la Maison de la sincérité,

Son père était en procès

Dans la Maison du Mystère

Il n’y avait vraiment personne

Il n’y avait vraiment personne

 

Cela semble tellement lointain … 

Aucun d’entre nous n’avait beaucoup de force

Nancy portait des collants verts

Et elle couchait avec tout le monde

 

Elle ne nous a jamais dit qu’elle nous attendrait

Même si elle était seule

Je pense qu’elle est tombée amoureuse de nous

En mille neuf cent soixante et un

En mille neuf cent soixante et un …

 

Cela semble tellement lointain …

Nancy était seule

Un 45 derrière la tête

Un téléphone décroché

 

Nous lui disions qu’elle était belle

Nous lui disions qu’elle était libre

Mais aucun d’entre nous n’a voulu la rencontrer dans

La Maison du Mystère

La maison du Mystère

 

Et maintenant, tu regardes autour de toi

Tu la vois partout …

Il y en a beaucoup qui se servent de son corps

Beaucoup qui peignent ses cheveux

 

Et au creux de la nuit, 

Quand tu es transi de froid

Alors tu l’entends  qui parle librement

Elle est contente que tu sois venu

Elle est contente que tu sois venu …

————

(traduction papillonista)

J’ai entendu la nouvelle alors que je marchais dans le Marais, sur le chemin de la piscine. Ca m’a fait de la peine, j’aimais beaucoup les chanson de L. Cohen, sa manière de les interpréter… J’avais lu « beautiful loyers »(en français « les perdants magnifiques ») … La mort est une saleté . On ferait mieux de se préoccuper directement de l’essentiel … Combattre la mort : première étape: mourir , ok, mais quand on veut !

A la radio, on a entendu Graeme Allwright (90 ans quand même), qui était copain de Cohen, et avait traduit ses chansons en français …Graeme est le seul qui chante en français avec le bon sens du rock n roll …Ca doit tenir au fait qu’il est de langue anglaise au départ … parce que les paroles françaises, sur le rock, ça ne va pas trop … Graeme disait qu’il faisait très très attention à bien respecter, avec la traduction,  le sens que voulait donner Cohen …

J’aime beaucoup cette vieille chanson « Nancy …seems so long ago » , et j’ai cherché la traduction de Graeme Allwright sur internet, mais pas trouvé, alors j’ai fait au mieux …

Pour moi, « Nancy », c’est un petit morceau de vie qui se passe à New-York, dans les dernières années cinquante et les early sixties, alors qu’on sent encore beaucoup l’influence de la beat génération , ceux qui étaient là juste avant le grand barnum mondial  des sixties seventies, Dylan, Andy Warhol , le Velvet Underground, etc …Tout ce qui est devenu encore plus culte que la beat génération. 

Quelques  filles qui s ‘appelaient Nancy , ou des noms comme ça, jeunes,  ni très belles, ni moches, les yeux maquillés très noir , et portaient des collants, noirs ou verts (et c’est curieux, je vois aussi la robe, mais j’aurais du mal à la décrire …des bottes aussi, ou des chaussures à talons plats ) des filles qui assistaient par exemple aux soirées poésie dans les cafés du Village, qui fréquentaient des musiciens, qui lisaient dans des « libraries », ces cafés où on peut lire et acheter des livres , neufs ou anciens …Tiens, vous en avez un exemple (un peu chicos parce que c’est unique et que c’est à Paris ) avec la librairie américaine Shakespeare sur les quais , en face de Notre Dame …Il arrive qu’on y croise quelques fois une demoiselle qui ressemblerait à la Nancy de Léonard Cohen … la Librairie Shakespeare a été tenue pendant des décennies par Georges, un américain grincheux(mort de vieillesse il y a quelques années), qui mettait un point d’honneur à ce que ça soit exactement comme une librairie book shop de l’East Village à New York … 🙂 des livres partout (tu pouvais voler tout ce que tu voulais, si tu n’avais pas d’argent, par contre c’était un peu cher parfois quand on achetait), des divans défoncés pour lire, des endroits où les gens de passage pouvaient dormir, de quoi faire du thé et à manger, des conférences, etc … plusieurs petites pièces en enfilade, de la poussière juste ce qu’il faut, des escaliers en bois pour les pièces du dessus, et tous les livres du monde, en anglais … vraiment un endroit sympathique, et le vieux Georges, qui avait ses têtes …l’esprit de la beat génération …cet endroit existait bien avant que je n’arrive à Paris …je passe devant assez souvent… Mis à part les rats qui pullulent aux alentours, c’est toujours pareil, avec une sorte d’extension sur une boutique à coté, et puis certains trucs ont été refaits …  un endroit merveilleux …J’espère que ce ne sera pas vendu, la spéculation va son train dans ce quartier, juste en face de l’église Saint Julien-le-pauvre… 🙂

Ce que j’imagine de la chanson « Nancy » : Il y a une petite bande, dont Léonard Cohen fait partie, une petite bande qui cherche sa vie, qui n’a pas beaucoup d’argent, Léonard Cohen est très jeune et  il n’est pas connu, et tous passent chez Nancy, qui doit habiter dans le Village, (j’imagine tout ça, peut-être y a -t-il quelque chose sur Internet au sujet de la genèse de la chanson, mais je n’ai pas encore regardé) … « The late late show », c’est un truc inventé par les  Etats Unis, des talk show très tardifs à la télévision… La ville ne dort jamais, pas comme à Paris …J’ai entendu des mecs jouer du saxo avec la fenêtre ouverte sur la cour, des bands répéter dans des lofts toute la nuit, avec les amplis, et personne ne mouftait, même si on ne pouvait pas dormir …

« La maison de l’Honnêteté » et la « Maison du Mystère », dans la chanson, je pense que ça fait référence , aussi, à des maisons dans des systèmes divinatoires, tarot, ou astrologie, (où il existe des maisons I, maison II, maison VIII, etc … ou je ne sais plus quoi …chaque maison ayant sa spécificité… Je pense que Léonard Cohen utilise ce vocabulaire , qu’on rencontrait partout dans ces années-là, pas mal de gens  se piquant de magie ou de divination(en plus du reste)… 🙂 et, bien sur, la « Maison du Mystère »(c’est moi qui met des majuscules en français), dans laquelle personne ne veut rencontrer Nancy, c’est aussi la maison des mystères de la rencontre, de l’amour, etc … 

Le dernier vers de la chanson « She ‘s happy that you’ve come » … pour moi, a un petit double sens : elle est contente que tu sois venu … mais « To come » c’est aussi « venir » amoureusement parlant, jouir … 

Quand aux « green stockings » that Nancy wear, c’est tellement une image qui me parle … les collants sont apparus bien avant aux Etats Unis, qu’en France … Et les collants de couleur, encore plus … En 1961, en France, tout le monde portait encore des bas, avec des porte-jarretelles, je suppose, et c’est tout juste s’il y en avait des noirs … les premiers collants se sont répandus vers 1966 /68 … 🙂 🙂

J’adore cette chanson … 🙂 🙂 Sur un des disques de Cohen, on a aussi la chanson « le Partisan », qui est magnifique, avec un ou deux couplets en français … « J’ai changé 100 fois de nom…J’ai perdu femme et enfants…Mais j’ai tant d’amis…J’ai la France entière… » les choeurs, dans le disque initial, sont chantés par les soeur de Joe Dassin, qui s’appelaient Julie et Richelle …leurs voix allaient bien avec celle de Cohen… J’aime beaucoup aussi les choeurs de Cohen en concert … Ca correspond à ma tessiture(je ne sais pas si on dit comme ça) de voix, en plus, bien que je ne sois pas chanteuse… (Une vocation contrariée, selon mon Cheval … 🙂 …)

Je vois des correspondances entre les chansons de Léonard Cohen et celles de  Yael Naïm, chanteuse de maintenant, la musique, surtout … 🙂

J’ai nagé aux Halles, en pleine forme … dans le couloir, une demoiselle avec des palmes, je lui fais remarquer que ce n’est pas la place des palmes, elle me toise et me dit d’un ton désagréable que le couloir est réservé aux « nageurs confirmés » (j’étais avec une planche , pour 50m au début ) … genre je continue avec mes palmes, et toi tu vas ailleurs… A ce moment là, le maitre nageur vient lui dire de se déplacer …Elle préfère enlever ses palmes et rester dans le couloir, mais bien sur, après, c’était sympa de la doubler tout le temps … 🙂 …bon, elle est vite partie…

Ensuite, il y avait une petite dame qui nageait sur le dos, mais assez lentement… Une grande nana avec un maillot 2 pièces nageur qui vient la voir au T et lui dit qu’elle ne nage pas assez bien pour le couloir, et qu’il lui faut aller ailleurs …Moi je n’étais pas d’accord, et je lui ai dit qu’elle pouvait rester …c’est vrai, elle n’était pas rapide, mais elle se tenait bien à droite, et pour moi ça ne gênait pas … Donc elle est restée … L’autre demoiselle n’était pas contente  et essayait de me le faire savoir… elle nageait assez vite, mais sur 50m, ensuite ça n’allait plus …Elle avait un mauvais mouvement en crawl …A un moment elle nous a fait un 4 nages, mais elle s’est effondrée au bout du compte … 🙂 manque de pratique, sans doute …Elle avait je ne sais pas combien d’années de moins que moi … « Tu peux parler de décennies », rugit mon Cheval , avant que je ne l’assomme … 🙂 😮 😀 

So long, Leonard ! 

Il parait qu’il disait craindre la mort, il y a quelques semaines … Et que la disparition de sa muse, la fameuse Marianne, quelques mois avant, l’avait beaucoup affecté …Je me demande si c’est cette Marianne que l’on voit, sur la pochette d’un de ses disques, blonde et les pieds nus , dans une maison, en Grèce … Léonard Cohen était parti pour l’île de Hydra, où il était resté plusieurs mois … 🙂  je connais quelqu’un qui avait fait le projet d’aller le voir là-bas, mais qui s’était arrêté à Rome, et n’avait pas continué, vu les difficultés du voyage … 🙂 

On ne sait même pas de quoi il est mort ! personne n’a rien dit … 🙂

So long, Leonard ! 

 

 

 

 

 

2 Thoughts on “Seems so long ago, Leonard …

  1. Bécassine on 12 novembre 2016 at 12 h 41 min said:

    Beau texte, Papillonista. ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation