De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Aujourd’hui

IMGP0303(Photo jean mascolo)

 

Mon Cheval arrive et freine des 4 fers juste devant moi, il tient « Libération » entre ses grandes dents jaunes (savez-vous que des dents jaunes sont  synonymes de solidité ? et que les dents blanches, bien que plus jolies, sont en fait fragiles ?La matière dont les dents sont faites est plus dense, ce qui les rend jaunes … Mon Cheval a donc d’excellentes dents ...

Il me montre un article qui explicite ce que j’ai entendu hier à la radio à propos de l’eau des comètes …On pensait jusqu’ici que l’eau des océans, chez nous avait été formée par les comètes …En effet, quand la terre est née, elle était aride, parce que le soleil, déjà à l’époque, brûlait tout (qu’est-ce qui nous pend au nez, avec le réchauffement ... 🙂

Alors vint l’eau du ciel … les comètes balayèrent la terre de leur chevelure, et PAN, l’eau fut

Eh bien non — parce que la petite sonde Rosetta, le petit robot articulé qui s’est cassé la gueule sur la comète Tchouri après un si long voyage , a pris des mesures sur la comète, et — c’est une question d’isotopes qui me dépasse — l’eau de la comète est de l’eau « lourde », c’est-à-dire pas tout-à-fait la même composition que nos océans … Ils pensaient que les mesures faites par Rosetta viendraient conforter les idées comme quoi l’eau des océans vient des comètes, eh bien , ce n’est pas le cas … En tous cas, jusqu’ici (ils n’ont mesuré que l’eau de 3 comètes jusqu’ici, dont la plus célèbre, celle de Halley , alors qu’il y en a des milliers d’autres) …ce qui relance, dit le journal, la piste de l’eau venant des astéroides ..

Tout ça parce qu’il y a des traces sur terre de bombardements d’objets venant de l’espace ...

« Le mystère de notre existence n’est pas près d’être résolu », me dit le Cheval …A ce titre nous sommes lui et moi logés à la même enseigne …

Quelque chose nous dit qu’il est aussi quelque part en nous (ce serait plus facile, peut-être à appréhender que de bâtir des voyages interplanétaires) …On regarde au fond de nous même, et on ne voit pas le fond, justement … rien à faire …terre inconnue, à des milliards de milliards se seuils de compréhension ...

Profitons donc des beautés du jour et chevauchons jusqu’à Berlioux, dans 10 jours à peine, les jours rallongeront … 😉

A Berlioux, j’arrive juste au moment des leçons … Alors je vais nager la brasse dans le portnawak, une petite heure, sans m’arrêter, il n’y a pas trop de monde, mais une proportion inquiétante de malhabiles qui mettent des claques (une grande derrière la nuque …) et des coups de pied (un brasseur étourdi …)

mais voila, c’était bien, comme c’est bien de se retrouver dans ce quartier qui me plait , décidément ...

So long, folks … 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation