De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Le 14 Juillet, et le 15 aussi

 

Photo Jean mascolo

Photo Jean mascolo

Hier, 14 juillet, je savais qu’il valait mieux ne pas trop circuler dans le centre ville ni essayer d’avoir un bus pour aller à Hyères :Une bonne solution eut été la piscine de LA GARDE, accessible à pieds … Pas de lignes dédiées, des gosses, mais elle est trés grande et il devrait être possible d’y nager à la fermeture, un peu avant

Ben, elle est fermée … Alors je vais à la plage à pieds … Sous le cagnard, mais tant pis … L’eau est à 18°, pour moi ça va, et les méduses, dont on a vu un contingent le matin, se sont fait oublier l’après-midi … 🙂 🙂

Des conditions idéales, donc, et je nage et je nage jusqu’à ce que mes mains deviennent glacées … Et après, étendue sur la plage, j’examine le journal « NOUS DEUX » , dont je n’avais pas vu d’exemplaire depuis mon enfance, lorsque la dame qui nous gardait chez ma grand-mère dans le lot me prêtait les N°S qu’elle avait terminés …

Je regarde directement les romans-photos … Il y en a 2, complets, début et fin de l’histoire, et tout de suite je me rends compte que ça a évolué … maintenant les héroines (et les héros) couchent, alors qu’avant ils EMBRASSAIENT seulement …

Autrefois, le BAISER sur la bouche était la fin du roman, maintenant la B…. est bien au milieu, voire au début, mais ça se termine quand même par un baiser , comme autrefois … (destiné à un public de femmes, c’est comme l’aquagym … )… 🙂 🙂

L’action se passe en partie autour d’une piscine, qui elle même est dans le secteur de BORMES_LES_MIMOSAS, village du Var…

Il est question d’une nana dont on apprend qu’elle est un « célèbre écrivain » … bien foutue, un peu maigre comme il sied, avec une tête un poil chevaline, désolée pour mon animal favori, à qui la tête de Cheval va bien, mais ce n’est pas le cas forcément pour tout le monde … 🙂  avec des  robes transparentes dont elle change à toutes les pages …

Elle attend sa belle-fille et le copain de celle-ci dans sa villa avec piscine … Il faut voir la piscine, un trou d’eau minuscule, avec les bords à 10cms au dessus de l’eau … Que la bonne est en train d’écrémer avec une épuisette , pour enlever les détritus (que probablement les voisins jettent par dessus les clôtures)…

Arrivent Elodie (la belle-fille) et le copain qui sera le seul garçon potable du roman, c’est une spécialiste qui vous le dit … gaulé comme un nageur, en plus (il se désape de suite ainsi que sa copine qui n’est pas mal, avec un soupçon de ventre, curieusement trop haut placé …  )… 😉 🙂 … je m’y connais aussi en belles filles … 😉 🙂

Les dialogues ne mangent pas de pain : « la route pour venir est magnifique »… « Nous en rêvions » … « Vous désirez du champagne? »  » Comment se passent vos études de médecine, Marc ? » … (ben, j’dissèque pas mal de cadavres et d’organes, pourquoi ? » ) Non … ça c’est de mon Cheval qui suit l’affaire par téléphone … 😉

En fait les dialogues d’entrée (pour amener à l’action)sont exactement les mêmes  que dans les dialogues d’entrée d’un film porno … le corps du sujet, dans le cas du roman photo étant une sorte de masturbation sur l’imaginaire basique féminin …

Dans tout roman photo qui se respecte il doit y avoir une rivalité, avec un triomphe à la fin … et là, ça y est, la belle-doche arrive à rester seule dans la piscine avec le copain , et elle lui propose de « faire la course »… (dans une pistoche de 8 m !!!) , et on voit le gars faire du crawl … Avec la tête hors de l’eau (là, c’est aussi la spécialiste qui parle) … tandis que la Belle-doche « se laisse volontairement distancer » (afin de laisser l’avantage au mâle, c’est basique … Evidemment moi je fais toujours le contraire, c’est l’histoire de ma vie … 😉 😉  tandis que …Oh… son soutien-gorge se dégrafe tout seul dans son dos et qu’elle s’écrie « Oh, j’ai un incident technique » …

Avant de continuer, je dois vous raconter la séance aquatique d’aujourd’hui :

Comme il fait trés chaud, je suis allée directement à la mer, après un petit tour dans Toulon centre (les galeries Lafayette, le Mac Do, la librairie Charlemagne, les jeunes qui font la route avec leurs chiens et leurs piercings, la place de la Liberté (jeux de ballons interdits), les ruelles du vieux Toulon, etc …)

Anse paradisiaque, mer sympa, je me baigne, et tombe nez à nez avec une grosse, une énorme méduse violette, juste devant mes lunettes …

Hier il n’y en avait pratiquement pas, mais cette après-midi, les voila qui débarquent… 🙂

Déçue ! je suis sortie de l’eau dare-dare …restée en tout 5 mns, même pas …Bus direct pour la piscine … trop frustrant !

Ben, finalement, c’était pas mal, à la piscine de Toulon Port marchand … Je note d’abord que pas d’entrainements (alors qu’on m’avait juré qu’il y aurait des entrainements à ces heures-là 2 h /jour tout le mois de juillet…Encore une fausse info … Croyez moi, c’est 10 fois pire qu’à Paris … La fausse info fleurit ici … Impossible de savoir s’ils le font exprès en toute conscience, ou bien si c’est au niveau inconscient , ou bien si vraiment ils ne savent pas …

Dans le cas de la fausse info des entrainements, ce srait grave, car c’est l’entraineur elle-même qui me l’a donnée, cette info … Entrainements tous les jours ouvrés de 6 à 8 … Tout juillet …

Là, c’était trés nageable, pas beaucoup de monde, quelques habitués avec des plaquettes comme des pelles à tartes, des dames avec des palmes, de 2 à 4 personne par couloir de 50m … Bon, pas se plaindre …

Le seul truc c’est qu’on nage au soleil (la partie ombrée est du coté portnawak, alors qu’à Hyères c’est le contraire, c’est le portnawak qui est au soleil … je parle quand les rayons déclinent … 🙂 🙂

Bref, ça faisait du bien … Quelques 25 pap, pas trop mal, mais l’ensemble était poussif, il faut croire que je me ramollis au soleil … Commencé à me réveiller sur la fin de la séance …

Je continue le roman photo … 🙂 😉 🙂 😛 😛

On en était resté que le soutien gorge de Christine se dégrafait tout seul suite aux mouvements convulsifs qu’elle faisait pour  laisser Marc gagner la course jusqu’à l’autre bord de la piscine de 8m … (Christine, à voir la photo, nage la brasse gynéco dans toute sa splendeur.. 🙂

Et voila Marc qui lui remet le soutif , on voit l’élastique bien lâche derrière, ce qui n’empêche pas Christine de dire « ne serrez pas si fort, Marc « …

Trois bulles issues de l’occiput de Marc nous font connaitre sa pensée « Elle le fait exprès, mais ça ne me déplait pas  » …

A ce stade, on est conforté dans l’idée qui est la notre depuis toujours, à savoir que les garçons n’apprécient que les s … La fille qui se tient bien ne peut que faire tapisserie dans la vie … mais nous sommes dans le roman-photo, qui n’est pas tout-à-fait la vie, et nous allons savoir ce qu’il en advient.

Un peu plus tard, Elodie (la belle-fille de l’écrivain à succès qui a la tête de Cheval et qui est juste un peu mieux gaulée que sa belle doche) se promène dans Bormes-les-Mimosas avec Marc, et voila qu’ils rencontrent Thibaud, un ami d’enfance d’Elodie …

(D’un coup ça me rappelle que J.P. Belmondo — tous les journaux ne manquaient pas de raconter ça à chaque fois qu’ils parlaient de Bébel — avait rebaptisé sa femme  des débuts– qui avait un prénom banal à l’origine — l’avait rebaptisée Elodie, ce qui était alors le comble de l’originalité … Tout le monde trouvait ça mieux que Michèle, ou Danièle, ou Christiane … )

Elodie… Mélodie …

Elodie porte maintenant un grand chapeau, et son copain d’enfance Thibaud a beaucoup changé (il lui est poussé des burnes sévères, me dit mon Cheval irrévérencieux) , mais elle l’a reconnu quand même … 🙂 :-), et elle est heureuse de le revoir après toutes ces années … 🙂 🙂

(personnellement, y a pas photo, je préfère Marc et de loin, Thibaud ne fait pas le poids…En maillot, il fait gringalet)

Marc est légèrement jaloux, car il s’éloigne et s’en va tout seul au village …

« Je me demande quelle mouche a piqué Marc », dit Elodie sous son chapeau …

Réconciliation sur l’oreiller, mais comme on n’est que dans un porno sentimental (c’est moi qui appelle ça comme ça), on ne voir rien de ce qui se passe en dessous du drap … 😉 😉 😉 😀 😀

Le lendemain, le couple rencontre de nouveau Thibaud à la plage, et les 2 garçons se lient d’une amitié virile (non, ça ne va pas prendre une autre tournure, puisqu’on est dans « Nous Deux » et non sa version gaie …)

Non… tandis qu’Elodie part se baigner , les garçons échangent des infos nécessaires à l’intrigue , et c’est là qu’on apprend que le mari de Christine (la belle doche) est en voyage d’affaire, qu’il s’appelle jean-Pierre (ils ne se foulent pas avec les prénoms), qu’il a plein de sous, et que l’écrivaine à succès l’a épousé rien que pour ça (on se demande à quoi ça lui sert, d’être écrivaine à succès )… C’est la S… intégrale, avec un grand S, quoi, mais attendez un peu, de voir ce qu’elle est capable de faire …. 😉 🙂 🙂

 

La suite + tard, je vous tiens en haleine … 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation