De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Samedi, concert dans le RER et natation dans 2 piscines

punta del hidalgo( Photo jean Mascolo)

Je ne peux plus me passer de la piscine des Halles, bien qu’elle soit vraiment trop peu profonde au bout, ça racle en crawl, enfin ça pourrait si je ne faisais pas attention . 🙂
Une chose qui est différente à l’une des extrêmité : On ne peut pas s’y tenir debout, on est obligé d’être accroupi ou assis dans l’eau. 🙁 on a l’air assez miteux, au bout, comme ça… La piscine de Villejuif, par exemple, est beaucoup mieux de ce point de vue : Non seulement on n’a pas besoin de se tasser au bout, mais encore on ne peut pas stationner du tout, car il n’y a rien pour poser les pieds, ni s’agripper, on est obligé de repartir, le bla bla en fin de ligne est out dans cette piscine… Il me tarde de la retrouver, surtout pour nager en plein air… 🙂

Les HALLES est bourrée de chlore, et d’ailleurs l’une des cabinières, revenue de la piscine VALLEREY, est déjà malade, son asthme a empiré, elle a de la sinusite et des aiguilles la percent quand elle respire, elle ne sait pas si c’est le chlore de l’ambiance ou les produits ménagers qu’elle doit par force utiliser pour nettoyer qui lui déclanchent des crises : Effectivement elle n’a pas l’air bien, ses joues sombres sont marbrées de mauve et de bistre, elle me dit qu’elle ne dort pas : Je lui ai dit (mais elle le savait déjà) que certaines pathologies survenant dans les piscines peuvent être reconnues comme maladies professionnelles.

Un homme d’entretien à Dunois a ainsi été mis en arrêt total, il avait développé de lourdes pathologies respiratoires en bossant plusieurs années dans cette piscine où existe un défaut de ventilation … 🙁

Je suis restée seule dans le couloir durant plusieurs dizaines de minutes, je ne savais pas que c’était possible à Berlioux un samedi, eh bien si, après la leçon … Les leçons reprennent tout doucement, et c’est toujours pareil, un couloir entier pour une personne piétinant à un bout … Ca devrait être payé le double, au moins …

Et puis je suis partie par le RER pour la NATION : Grand concert sur le quai, après avoir réussi à passer des HORDES déferlantes de barbares se rendant au forum depuis la banlieue : Il était impossible d’avancer à contre-courant : Un gars tout seul, avec une large audience autour, qui chantait dans l’idiome que j’appelle l’anglais africain : Les gars apprennent la chanson à l’oreille pour les paroles car ils ne parlent pas anglais.

Là le gars chantait « no woman no cry », avec une guitare et une bande enrégistrée, et il chantait vraiment bien, en attendant peut-être qu’on vienne le « signer »… Curieux ce verbe « signer »… On connaissait « signer » quelque chose (un papier, une lettre), « se signer », qui signifie faire le signe de croix, en général devant quelque chose qui le nécessite,ou bien signer tout court, (« je persiste et signe », « je signe des 2 mains »), mais « signer  » quelqu’un , ça c’était nouveau, enfin j’ai vu apparaitre ça il y a peut-être 4 ans,je date, et tout le monde a voulu employer ce verbe avec ce sens là, réservé au monde de la production de musique, on dirait … Une grande compagnie, une major, « signe » quelqu’un … Ca veut dire « fait signer un contrat »… Mais tout le monde sait ce que ça veut dire 🙂

C’est curieux comme certains mots, certaines expressions se trouvent propulsées dans toutes les bouches, d’un coup, et tout le monde veut les dire, sitôt entendues une première fois, c’est comme une grippe qui se propage, et s’éteint, après avoir fait son temps … 😉

Le gars dans le métro aurait mérité d’être signé par un BOSS passant par là…Sans avoir LA VOIX DU SIECLE, il avait un bon instrument …

Et me voila à ROGER-LE-GALL où j’aime bien aller le samedi soir , un ptit tour et puis s’en va… Rentrée à pieds, par la Nation et la Bastille … A la Bastoche, où l’on célébrait la prise de l’ancienne prison, comme tous les samedis soirs,. ;-), j’ai pris le bus pour le reste du trajet … L’abri-bus du 86, sur la place, est le seul (avec un ou deux autres après la Nation), à ne pas posséder d’indicateur d’attente … ce qui est proprement stu-pé-fiant ! sans blagues ! 🙂

J’ai terminé un livre sur l’acteur Pierre Clémenti (par jeanne Hoffstetter), mort juste avant l’avènement de l’an 2000 … Ca m’a donné envie de voir ses films, non pas ceux qu’il avait faits en tant qu’acteur, mais ceux qu’il avait réalisés, du pur cinéma underground, accrochez-vous …

Dans les années 60, et au début des seventies, on le trouvait trés beau, et il a une filmographie assez exceptionnelle, il a tourné avec Bunuel, Pasolini, Visconti, etc… et puis il y a eu un terrible – maintenant on dirait BUG – dans sa vie, il fut enfermé durant 17 mois, pour pas grand chose, à la prison romaine de REGINA COELI, un endroit qui devait ressembler aux prisons actuelles de certains pays de m…

Moi je ne l’ai jamais trouvé « beau », pas plus qu’Alain Delon, d’ailleurs, je trouve ces acteurs « jolis »… pour moi « beau » c’est autre chose, il faut une force que je ne sentais ni chez l’un ni chez l’autre … Par contre, le livre donne envie de connaitre mieux Pierre Clémenti, pour sa personnalité, au delà de ses traits réguliers …

Le livre est assez touchant, écrit un peu d’une manière brouillonne, avec des redites,ça tourne parfois en rond, il y a manque d’arguments, et on ne va peut-être pas vraiment au coeur des choses, cependant c’est un livre sincère et direct, je l’ai lu d’une traite.

(la photo en en-tête de cet article pourrait ressembler à un rivage, en Italie, où cet acteur avait séjourné ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation