De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Piscine polytechnique : 2 kms

Retour à Polytechnique : profitons-en aussi, de celle-là… Le bruit court qu’après les municipales, la Ville, si c’est toujours le même maire, abandonnerait cette piscine, qui retournerait dans le giron du ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur… Par économie… Et pourtant, me dit la personne bien renseignée à qui je parle, cette piscine est remplie du matin au soir, par les clubs, les associations…

C’est une piscine qui ne chôme pas… sans doute  la Ville trouve que c’est gâcher de l’argent que de le mettre dans les piscines…La Ville ne conçoit de bonne piscine qu’en mode sardines…Pour l’instant, donc, le sort de Polytechnique est en suspens (e)… On n’y fait plus aucun travaux…

Non, mais, Hé, la Ville, qu’est-ce que c’est que cette gestion ? des milliards pour le stade Jean Bouin, des milliards pour le truc des Halles (il parait que la structure à elle seule pèse plus que la Tour Eiffel)…  et les petits équipements de quartier qui ferment, qui palissent, qui pâtissent… les restrictions … Une chose qu’on peut remarquer, de prime abord, quand on se balade du coté du chantier des Halles, sans même se demander si c’est moche ou joli, c’est que c’est trop près des immeubles alentours, et pas en harmonie… Un gros splash posé là, avec tout plein de commerces dedans, + une pelure de jardins rikikis par dessus (plus de 400 arbres déplantés, pour en replanter d’autres pas plus hauts, pas plus beaux…)

Quand on se balade aux Buttes Chaumont, on passe devant un panneau qui explique comment et pourquoi fut conçu ce parc, au 19ème siècle… Les malheureux n’ont même pas eu l’idée d’y fourrer un gros centre commercial…Non, ce fut juste une création  pour la Beauté, la Nature Romantique, pour s’y promener le dimanche… Quelle est la réalisation parisienne d’aujourd’hui qui approche la beauté des Buttes Chaumont ?

Je leur mettrais des claques, aux Ediles, ces Elites qui s’empiffrent et qui décident… Je ne peux pas les voir en peinture… Même s’ils ont peu de marge de manoeuvre (ce qui peut être le cas à l’échelon du gouvernement d’un pays, mais l’est beaucoup moins à l’échelon d’une ville), c’est un sans-faute qu’ils se devraient de faire… On en est loin… Plus menteurs et plus démagos tu meurs… Nous sommes leurs financiers …

On a les édiles qu’on mérite, après tout… la vague du tout-venant, dans la ville, les gens qui circulent, les gens d’ici (les autres sont mieux élevés), ont pris la couleur de leurs maitres : arrogants, égoistes, indifférents, méprisants, intéressés, .conformes, moutonniers et courts d’idées tout en se prenant pour des flèches …

On retrouve des échantillons dans les piscines où ça barde dès qu’il y a plus de quelques personnes parquées dans un couloir, chacun voulant passer en force… C’est pourquoi maintenant je m’acharne à trouver des endroits où je peux être un peu seule, même si je dois faire des kms à l’extérieur de Paris…je ne peux plus nager à Paris, en fait, c’est trop la galère…Ou alors en club…

Pour me changer les idées, j’ai discuté avec 2 vieilles personnes , j’ai soudain senti un besoin urgent de leur demander si elles avaient connu la guerre… ce Mr et cette dame avaient environ 10 ans au début, puis 14 ans à la fin de la guerre… Ils avaient vu l’occupation. Le père de l’un, qui avait fait la Grand Guerre en était revenu Grand Blessé de guerre, et cela ne l’a pas empêché de travailler toute sa vie aux usines Renault… pendant la 2ème guerre, il faisait du vélo, (lui aussi, me dit son fils en rigolant), mais c’était pour aller chercher des sacs de patates du coté de Saint Germain en laye… Et quand je leur demande s’ils préfèrent maintenant ou autrefois, ils me répondent autrefois… ce qu’ils ont aimé, surtout, ce sont les années 50 …Chères années 50… A moi aussi elles me parlent, quand je vois des photos… peut-être parce que c’était l’époque de leur jeunesse…

Ils n’ont pas l’habitude qu’on s’intéresse à ce qu’ils peuvent dire sur les années d’autrefois… les gens écoutent d’une oreille, tout le monde est pressé, et eux-même ne racontent plus rien, de peur de lasser…mais moi, je ne sais pas ce qui m’a pris, j’avais vraiment envie d’entendre…

D’après eux, absolument tout a changé, par rapport à leur enfance, rien ne ressemble… Le Mr avait appris à nager à la piscine de Pontoise, qui date des années 30, ou même peut-être avant, et il était allé au Lycée henri IV, mais la piscine Taris n’existait pas encore… (Par contre je pense qu’il y avait les bains Deligny, sur la Seine…)  C’était juste avant les débuts de ce qu’on pourrait appeler « le cauchemar climatisé »… Notre époque… Climatisez un peu moins, svp … je réclame un mois sans climatisation, juste pour voir ce que ça fait… Comme on peut décider « une heure sans illuminations »… Pour voir les étoiles…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation