De Paris en piscine Le blog de Papillonista

5 octobre 2013, j’ai nagé à Roger-le-gall

Les attributions de créneaux ont légèrement évolué, chez Roger. Le nocturne du samedi soir n’a plus lieu que dans le grand bassin, le petit étant maintenant fermé au public, hormis une séance d’aquavélo de 18 à 19h.

Le Club CNP a récupéré 1h sur 2 couloirs dans ce même petit bassin, de 18 à 19h, en même temps que le vélo (le vélo est une activité UCPA, distincte du CNP). Et il y a un entrainement des « progressions-maitres » de 19 à 20h… C’est-à-dire les nageurs qui nagent pas mal mais ne font pas forcément des compétitions.

J’y ai assisté, à ce cours, il y avait peu de monde, environ 9 personnes, surtout des hommes, et le niveau était plutôt bon…

C’était bien hormis le fait que je n’aime pas nager dans le petit bassin du CNP, je ne peux pas voir les goulottes en peinture…Elles m’angoissent, elles sont trop hautes, je ne peux nager bien que dans un bassin dont je peux m’extraire à chaque seconde si je viens à paniquer…Oui, je nage bien, mais j’ai des moments de panique dans l’eau, encore maintenant, si je me sens prisonnière…Ca relève du « Toc », et c’est devenu un tic…Tic-tac, tic-tac, crois-je entendre, le crocodile du pays des enfants perdus est là, qui me guette pour m’avaler… A ce propos, à Toulon, il y avait un avertissement visible quand on nageait (à Léo lagrange) : ATTENTION, ASPIRATION, GRILLE DE FOND, ou quelque chose comme ça…Immanquablement c’était des histoires d’enfants avalés par l’aspiration des grilles au fond des piscines qui ressurgissaient , (slurp, slap, fait le Cheval dans mon dos pour se ficher de ma figure…) 🙂 des faits divers horribles, et même un fait d’hiver dont j’avais été témoin dans mon enfance à Briançon : Le fils du Dr Durand , un petit garçon qui était à l’école avec nous, était resté coincé sous la plaque de fer recouvrant une partie de la « Gargouille », ce ruisseau au milieu de la grande rue en pente dans le vieux Briançon…Mort noyé, cet enfant perdu… Il y avait la petite Gargouille, et la grande, qui toutes deux avaient donné leur nom à la rue même… Briançon, Briançon…

Et les cauchemars, chez moi, ont une couleur, celle des films d’horreur…Quand on sent des monstres tapis dans des caves, des puits, comme dans les films gore…fascination + répulsion…C’est curieux que mes phobies, mes peurs, mes hantises prennent ces couleurs-là, comme dans les films  genre hollywood, des monstres hideux entre la méduse et le poulpe gorgé de sang dont les tentacules palpitantes essaient de saisir et d’enserrer… La terreur enfouie…

Et puis en arrivant au métro bel air, juste avant, dans le wagon, je vois un bel homme avec un sourire hollywoodien magnifique et qui me dit bonjour…Je dis « on se connait?  »  « Piscine Georges Hermant », me fait-il, et c’était l’un des cabiniers maliens de Hermant, que je reconnus aussitôt…

On a un peu discuté sur le quai … Il a été mis au chômage, comme les autres…Il cherche un emploi…Ils lui ont dit qu’à Roger-le-Gall (géré par l’UCPA comme Hermant), il n’y avait pas de place… Mais lors de la réouverture d’Hermant, le reprendra-t-on ? D’après lui, oui, s’ils ont de nouveau la concession, car elle doit être renouvelée… En tous cas c’est ce qu’on lui a dit…Savoir s’ils tiendront ces promesses…Il est donc dans l’incertitude de retrouver un boulot… je lui ai dit que je demanderais quand même à Le Gall, parfois ils embauchent des cabiniers, et c’est le directeur de la piscine qui s’en occupe directement quand il y a besoin… Donc peut-être est-il possible de court-circuiter l’UCPA… Vrai, depuis que je vais à LE GALL, je n’ai pas vu une seule fois un dirigeant de l’UCPA..;A se demander s’ils existent…On a échangé nos N°s de téléphone, je lui ai dit que s’il avait un problème « administratif », il pouvait m’appeler… Genre par exemple si c’est de nouveau l’UCPA à Hermant et qu’ils ne pensent plus à le réembaucher… Je me mets à sa place, ça doit quand même être trés compliqué de trouver du boulot, de survivre tout simplement, dans cette ville…C’est déjà ultra compliqué pour moi, je passe une bonne partie de mon temps à essayer de faire manger leur chapeau à des gens qui s’asseyent sur une certaine bienséance, ou qui écrasent mes droits de leurs grands panards vicieux,  alors pour lui qui parle assez mal français, qu’est-ce que ça doit être… Dit sans aucun pathos, emphase,  ni démagogie, mes amis…

Rentrée à pieds avec le photographe de 27 ans qui a des rêves plein la tête…Pour lui non plus ce n’est pas simple…Il eût été plombier, que du travail il en aurait autant qu’il en voudrait… Dans une même conversation, il dit tout et son contraire…Mais il est quand même assez structuré, je ne me fais pas de souci pour son avenir…Il veut « réussir », dit il…Il  réussira à réussir, sans doute…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation