De Paris en piscine Le blog de Papillonista

mercredi 14 Août, Dunois déserte

Personne ne savait que la piscine fermerait à 17h…C’était trés mal affiché, ou pas affiché du tout…C’était confidentiel 🙂 Je fus donc seule dans mon couloir pendant une bonne heure, la dernière heure, et c’était la même chose dans le couloir d’à coté, tandis que les MNS donnaient des leçons dans le premier couloir, à une collection de gens ne sachant pas nager, tous des habitués, des gens qui ont pris une collection de tickets…C’est l’été, c’est le moment d’apprendre… 🙂

Il y avait un mr mort de peur, avec un boudin et une ceinture (les MNS ont eu peur qu’il se noie), après la leçon : je lui ai indiqué qu’il devait souffler dans l’eau, mais il n’y arrivait pas du tout, la bouche crispée : J’ai eu une intuition « vous êtes fumeur »… hélas, il l’était, et le temps qu’il me parlait, à demi immergé, il tremblait et claquait des dents de terreur (pas de moi ni de mon cheval qui s’était mis en maillot de bain, non, bien que vision surprenante, non, il était en proie à la panique tout simplement… 🙂 Au tiers du bassin environ, et Dieu sait que Dunois est peu profonde, mais rien que ça il se sentait mourir…

A un moment, dans un élan de grand courage, collé au bord et faisant des mouvements frénétiques, il arriva jusqu’à mi chemin, le visage couleur de cendres de cigarettes froides, et s’agrippa au bord : je le regardai en lui faisant signe de souffler dans l’eau et en lui disant « Soufflez, ne pensez qu’à ça, la respiration viendra toute seule  » (j’étais dans le couloir d’à coté), mais il m’entendait à peine, voyant arriver sa dernière heure.;;

Puis arriva dans mon couloir un Mr avec une petite bedaine et des gants de natation, qu’il enfila d’un air de défi, ainsi qu’une magnifique paire de lunettes roses… Il fit quelques allers et retours en s’arrêtant chaque 25m, et puis s’apprêta à partir, et comme on n’était que tous les deux, je me crus autorisée à lui adresser jovialement la parole  » Comment, c’est déjà fini – mignon, vos lunettes roses »

Mon Cheval (admis sur le bord par dérogation spéciale), ajouta, galant  » je connais la Chevalette de Monsieur ».   » C’est que je ne veux pas fatiguer mon corps, je reprends doucement », dit ce Mr, 300m, c’est suffisant pour aujourd’hui… » Puis il ajouta  » je suis un habitué de Joséphine Baker, elle est encore fermée…Tout le temps fermée…Il y a tout le temps des cacas dans l’eau…Ils exagèrent…Si les gosses vomissent, je veux bien, mais le reste, ils ont des aspirateurs, ça va vite « … Là-dessus on entendit un grand hennissement d’impatience, et la Chevalette du Mr pencha la tête par dessus la balustrade du 1er étage et un « Georges » impérieux tomba au milieu des quelques rires enfantins de la ligne 5, le  Mr ramassa sa serviette et partit prestement…

Je continuai à dessiner des arabesques paresseuses dans l’eau (je ne nage jamais aussi bien que quand il n’y a personne), tandis que les MNS voyant la quille arriver commençaient à ramasser les planches et pull buoys, à terminer la leçon commencée (une dame comme une petite bonbonne, qui apprenait elle aussi à flotter)…je me suis aperçu quant à moi, que je flottais de mieux en mieux et me suis demandé si par hasard ça ne cacherait pas une déminéralisation précoce… Je voudrais me noyer, que je ne pourrais pas, je remonte sans rien à la surface… Nous sommes donc partis, mon Cheval et moi, en illustrant littéralement la chanson « Hit the road, jack… », car ce sont les impacts, les coups frappés contre des surfaces dures qui renforcent les os.. la natation n’est pas excellente pour le maintien de la minéralisation… d’ailleurs tous les vieux nageurs, ceux qui n’ont fait que ça, terminent avec des prothèses de hanches…Contrairement aux triathlètes, qui n’ont pas ces problèmes…Mais qui en ont d’autres…Et ce sont d’autres histoires…  🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation