De Paris en piscine Le blog de Papillonista

Jeudi 30 mai 2013 : 2800m à Georges Hermant

Cette fois-ci, je suis passée par le pont-aux-cent-mille-cadenas, à la pointe de l’ile  de  la Cité,  qui ressemble à une décharge  à ciel ouvert  car  les amoureux entrelacent aussi  des morceaux de sacs plastique :  Il y a tant et tant de cadenas, tout petits ou  énormes ,  qu’on ne distingue  plus  les parapets  ajourés du pont, sous cette  muraille de métal .  – A quoi peut bien servir ce cadenas géant, dans la vraie vie – ,  – Je veux dire,  en dehors du symbole – s’interroge mon Cheval… 🙂   il y a la même  folie au Pont des arts,  plus à l’ouest,  et j’ai  lu qu’un  plasticien venait avec des assistants munis  de  grandes  tenailles  ( les mêmes que pour voler un vélo ou une moto )  afin de récupérer de la matière première pour ses sculptures…   le   cadenas  serait   une matérialisation de l’amour,  la version  moderne  et parisienne  du coeur  gravé sur l’arbre, et Paris est la ville la plus romantique du monde, n’est-ce pas, disent des gens qui n’y vivraient pour rien au monde…, ;-D  😀   😀       … »Ou alors , ça fait référence  aux serrures  dont les chevaliers  qui partaient  aux croisades   munissaient les  culottes  de leurs  épouses,  tu sais,  la ceinture de chasteté « ,    me  suggère  délicatement  le canasson  qui est actuellement sous influence médiévale…   On devrait faire des stats pour voir si les amoureux  cadenassés au fil du fleuve résistent mieux que les autres.

Aujourd’hui à la piscine, il manquait encore 2 lignes, mais heureusement cela ne nous a pas gênées, la ptite dame et moi même, toutes seules dans notre couloir. Elle s’habitue à moi, maintenant, et moi à elle…nous avons nos habitudes…Le  Jeudi on  se tutoie presque (elle-même est en train de se civiliser :  Aujourd’hui, enfin je veux dire : Demain, puisque j’écris là sur  hier…, today, donc, elle PLAISANTAIT avec un grand beau gaillard  au teint d’ébène doré  sous la douche ,  Elle lui arrivait au nombril…Un Mr a passé presque’une heure sur la plage à faire des exercices étranges sous l’oeil blasé des nageurs… A un moment il donnait des coups de pieds style Kung-fu dans les perches fichées en verticale au bord du bassin, jusqu’à en décrocher une qu’il remit prestement à sa place avant qu’elle ne m’assomme…de temps à autres, il plongeait depuis les bords latéraux, pas mal, d’ailleurs, mais je le perdais, impossible de voir s’il nageait bien ou si tous ses mouvements préliminaires  n’étaient que de l’esbrouffe pour faire croire qu’il s’échauffait…Nooon…Pas le profil du nageur…

Au moment de quitter les lieux, énorme orage qui me fit revenir au bord du bassin, à regretter de ne pas être restée encore plus longtemps dans l’eau : des coups de tonnerre,  le fracas de l’averse sur la toile de Hermant était impressionnant, on ne s’entendait plus. Des cascades ruisselaient le long des vitres. On priait pour que la toile et le mât tiennent le coup…

Dans   les douches,   2 gosses de 7  et 8 ans  en train  de discuter de quelqu’un, impossible de savoir qui … » Elle a des cheveux noirs ?  » demande le plus petit (son copain  faisait des signes  en se versant  des bonnêts remplis d’eau sur la tête, les gosses adorent ça ),  et puis  (en se rapprochant, rigolard):  « elle est grosse ? » … Et puis   » Elle a un ventre bidou ? »

Hé, toi, là-haut dans les nuages,  : Va faire beau bientôt, oui ?

Papillonista

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation